Il y a 50 ans: Le premier ministre canadien Pierre Trudeau invoquait la Loi sur les mesures de guerre

Par Keith Jones
24 octobre 2020

Il y a cinquante ans ce mois-ci, le 16 octobre 1970, le gouvernement du Canada, dirigé par Pierre Elliott Trudeau du Parti libéral, le père de l'actuel premier ministre du pays, a invoqué la loi draconienne sur les mesures de guerre. Sur la base d'une fausse déclaration selon laquelle le Québec était en état «d'insurrection appréhendée», les libertés civiles de base ont été suspendues.

Dans les heures qui ont suivi, la police a effectué des descentes sans mandat dans tout le Québec et a mis des centaines de personnes en détention. Nombre d'entre elles ont été détenues pendant des semaines sans qu'aucune accusation ne soit portée contre elles.

Le premier ministre Pierre Trudeau (Presse canadienne)

La grande majorité des détenus n'avaient aucun lien avec le Front de libération du Québec (FLQ), le petit groupe terroriste indépendantistequébécois qui avait enlevé un diplomate britannique, James Cross, le 5 octobre et le ministre du Travail du Québec, Pierre Laporte, cinq jours plus tard.

Dans le but de permettre à l'État canadien d'intimider, d'emprisonner et de diffamer les opposants de gauche du gouvernement, les accusant d’être violents, les gouvernements fédéral et libéral du Québec, l'administration municipale de Montréal dirigée par Jean Drapeau et son chef de police ont faussement prétendu que les enlèvements du FLQ étaient le premier acte d'une tentative de renversement du gouvernement.

Cela a fourni le prétexte juridique pour invoquer la Loi sur les mesures de guerre. Adoptée au début de la Première Guerre mondiale, cette loi donnait au gouvernement fédéral des pouvoirs quasi dictatoriaux en cas de «guerre, invasion ou insurrection, réelle ou appréhendée». Pendant la Seconde Guerre mondiale, ses pouvoirs avaient été utilisés pour interner 22.000 Canadiens d'origine japonaise, interdire les grèves, emprisonner les dirigeants du Parti communiste et mettre hors la loi pendant toute la durée de la guerre la Socialist Workers League, la section canadienne de la Quatrième Internationale d’alors.

Avec l'invocation de la loi sur les mesures de guerre, la police a obtenu le pouvoir de mener des descentes et des arrestations sans mandat et de détenir des personnes sans inculpation, sans avocat ou sans droit de comparaître devant un juge pendant 21 jours. Même après que le seuil de trois semaines ait été atteint, les personnes inculpées pouvaient se voir refuser indéfiniment la liberté sous caution sur ordre du gouvernement.

Privés du droit de voir un avocat, de nombreux détenus n'ont pas appris pendant des semaines qu'ils étaient détenus en vertu des pouvoirs dictatoriaux de la Loi sur les mesures de guerre. Certains ont subi des sévices physiques ou psychologiques.

Les 497 personnes détenues en vertu de la Loi sur les mesures de guerre constituaient un groupe diversifié d'opposants de gauche au gouvernement: socialistes, militants syndicaux, journalistes et militants anti-pauvreté. Parmi eux figuraient des travailleurs ordinaires ainsi que Michel Chartrand, le chef du Conseil central de la Confédération des syndicats nationaux (CSN/CNTU) à Montréal, le poète Gérald Godin et sa compagne, la célèbre chanteuse Pauline Julien. Ces deux derniers étaient des membres éminents du Parti Québécois, le parti indépendantiste proquébécois récemment fondé. Son chef, l'ancien ministre libéral provincial René Lévesque, avait dénoncé à plusieurs reprises le FLQ et le terrorisme.

Seuls 63 des 497 ont été inculpés d'un quelconque crime. Plus révélateur encore, 18 seulement ont été condamnés.

Armée de ses nouveaux pouvoirs, la police a agi de la manière la plus arbitraire qui soit. Alors que la plupart des personnes détenues ont été saisies au cours des quatre premiers jours sur la base de listes préparées, la police a également saisi des personnes, y compris des enfants, qui se trouvaient par hasard dans les endroits qu'elle a fouillés. Pendant les cinq mois et demi environ où la police a été autorisée à effectuer des perquisitions sans mandat (en vertu de la Loi sur les mesures de guerre, puis d'une nouvelle loi d'urgence, un peu moins radicale), elle a procédé à plus de 36.000 perquisitions, utilisant ses pouvoirs d'urgence pour intimider et espionner de nombreuses autres personnes de la gauche.

En invoquant la Loi sur les mesures de guerre aux premières heures du 16 octobre, le gouvernement Trudeau a également érigé en crime le fait d'être membre du FLQ et a déclaré «association illégale» toute organisation qui «préconise l'usage de la force» ou la «perpétration de crimes» comme «aide» à «l'accomplissement de changements gouvernementaux au Canada». Dans une attaque flagrante contre la présomption d'innocence, le gouvernement a en fait imposé à ceux qu'il accusait d'être membres du FLQ la responsabilité judiciaire de prouver qu'ils ne l'étaient pas.

Avant de suspendre les libertés civiles fondamentales, Ottawa avait déjà déployé des troupes des Forces armées canadiennes à Montréal, Québec et Ottawa. Dès le 12 octobre, des centaines de soldats avaient été déployés pour garder les diplomates et leurs bureaux, les bâtiments gouvernementaux et les manoirs du sénateur Hartland Molson et d'autres membres éminents de l'élite capitaliste de Montréal.

Des troupes dans les rues de Montréal (Toronto Star)

Le 16 octobre, le Québec est en état de siège. Il y avait des chars et 7.500 soldats dans les rues de Montréal, et 5.500 autres soldats déployés dans la région de Hull/Ottawa, et ailleurs au Québec.

Les troupes n'ont été totalement retirées que le 4 janvier 1971 – plus d'un mois après que des membres de la cellule de libération du FLQ, ayant été traqués par la police, aient échangé Cross contre un passage sûr vers Cuba; et une semaine après que le dernier des ravisseurs de Laporte ait été arrêté.

Les pouvoirs d'urgence accordés à la police en vertu de la Loi sur l'ordre public (mesures temporaires), qui avait remplacé la Loi sur les mesures de guerre au début du mois de décembre, sont restés en vigueur jusqu'à la fin du mois d'avril.

En 1970 et lors des années précédentes, d'autres démocraties impérialistes avaient connu des attaques terroristes. Mais nulle part ailleurs le gouvernement n'a réagi en déclarant l'état d'urgence et en ordonnant des déploiements militaires à grande échelle.

L'affirmation du gouvernement Trudeau et d'autres autorités de l'État selon laquelle le Québec était en état «d'insurrection appréhendée» en octobre 1970 était une imposture.

Sous la direction de Trudeau, l'État canadien a manipulé la crise du FLQ pour réaliser un coup de force.

Réunion de masse des travailleurs à l'approche de la grève du Front commun des travailleurs du secteur public québécois au printemps 1972 (Michel Giroux, Archives de la CSN)

Ce tournant radical vers des méthodes de gouvernement autoritaires, presque universellement applaudi par l'élite politique et des entreprises canadiennes de l'époque, était la réponse de la bourgeoisie canadienne au déclin du boom de l'après-guerre et à la croissance considérable de l'opposition sociale, qui faisait partie d'une radicalisation politique mondiale et était propulsée par celle-ci.

Alors que la jeunesse étudiante avait été au premier plan de nombreuses protestations, la classe ouvrière – comme l'illustrent la grève générale française de mai-juin 1968 et les grèves qui ont secoué l'Allemagne et l'Italie au cours de «l'automne chaud» de 1969 – entrait de plus en plus en scène et menaçait implicitement le pouvoir bourgeois.

Les travailleurs du Québec étaient à l'avant-garde d'une vague de luttes syndicales militantes qui se développait au Canada depuis le milieu des années 60. De plus, le sentiment anticapitaliste, bien que de caractère politiquement amorphe, se développait, surtout parmi les travailleurs québécois.

La crise à laquelle était confrontée la bourgeoisie canadienne avait été aggravée par la colère populaire qui avait éclaté au cours de la décennie précédente au sujet des services publics généralement inférieurs offerts aux Canadiens français, tant au Québec qu'à l'extérieur du Québec. La bourgeoisie québécoise a exploité ces sentiments dans sa propre poussée, lancée avec les réformes de la «Révolution tranquille» du gouvernement libéral provincial de Jean Lesage (1960-66), pour obtenir des pouvoirs accrus pour l'appareil d'État provincial du Québec. Elle cherchait ainsi à renforcer le capitalisme québécois et à devenir «maîtres chez nous», remplaçant l'élite anglophone de Westmount comme seigneur de la classe ouvrière et de la vie économique.

Lors des élections provinciales d'avril 1970, le PQ, qui avait été formé moins de deux ans auparavant, a remporté 23% des voix.

Comme le montre clairement la liste des personnes arrêtées en vertu de la loi sur les mesures de guerre, la principale cible de l'État canadien n'était pas le FLQ ou le PQ, mais la gauche politique et la classe ouvrière.

L'imposition par le gouvernement Trudeau de la Loi sur les mesures de guerre visait à démontrer le pouvoir répressif de l'État pour intimider, perturber et réprimer l'opposition de la gauche et de la classe ouvrière. C'était aussi une répétition générale, destinée à acclimater la population aux déploiements militaires et aux «mesures d'urgence» et à préparer l'appareil d'État à réprimer les troubles sociaux de masse.

La Loi sur les mesures de guerre et le bilan de l'État canadien en matière de violence et de répression

Cinquante ans plus tard, la décision de Trudeau d'invoquer la Loi sur les mesures de guerre est controversée. Cependant, le débat officiel est confiné dans des paramètres strictement limités.

Certains, dont Conrad Black, le commentateur pro-Trump et ancien magnat des médias, défendent avec virulence les actions du gouvernement. Ils le font soit en avançant l'argument réactionnaire selon lequel «des mesures non libérales doivent parfois être prises pour sauvegarder la démocratie»; soit en prétendant – malgré la preuve irréfutable qu'ils ont menti et comploté – que Trudeau et ses principaux collaborateurs ont agi de «bonne foi», mais ont été gênés par de mauvais renseignements ou l'absence d'une «loi d’urgence en temps de paix».

Dans les médias de l'establishment, l'opinion selon laquelle l'imposition de la Loi sur les mesures de guerre a été une réaction excessive regrettable, et représente une tache sur le parcours par ailleurs exemplaire de Pierre Elliott Trudeau en tant que défenseur des libertés civiles, est plus répandue.

Arrestations dans le cadre de la Loi sur les mesures de guerre à Montréal

Le «journal officiel» du Canada, le Globe and Mail, a défendu Trudeau de manière fallacieuse dans un éditorial publié vendredi dernier, un demi-siècle jour pour jour après que le gouvernement canadien ait invoqué les pouvoirs d'urgence. Vers la fin de son éditorial, le Globe a qualifié la suspension par le gouvernement des libertés civiles fondamentales de «ni nécessaire ni sage». Mais il a également déclaré que «M. Trudeau avait raison» de déployer l'armée, et s'est empressé de rassurer les Canadiens en leur disant qu'ils n'avaient pas à s'inquiéter particulièrement des événements de 1970 puisque les opposants au gouvernement n'ont pas été exécutés, et qu’il n’y a pas eu l’établissement d'une junte militaire comme au Chili en 1973. «Ce n'était pas un coup d'État à la Pinochet», a affirmé le Globe, «vraiment pas».

Pour sa part, l'actuel premier ministre, Justin Trudeau, a défendu à plusieurs reprises les actions de son père pendant la crise d'octobre, y compris pas plus tard que ce mois-ci. Bien conscient qu'elles sont impopulaires, surtout au Québec, il essaie généralement d'éviter le sujet, ou lorsqu'on le presse sur la question, de changer de sujet. Ainsi, au début de ce mois, le jeune Trudeau a répondu à une question sur les actions antidémocratiques du gouvernement en exhortant les Canadiens à réfléchir au sort de Pierre Laporte. Moins de 48 heures après qu'Ottawa ait imposé la Loi sur les mesures de guerre, et un jour après qu'il se soit gravement blessé en essayant de s'échapper de sa captivité, Laporte a été tué par ses ravisseurs du FLQ.

Les chefs contemporains du Parti Québécois (PQ) et du Bloc Québécois (BQ), son parti frère pro-indépendance au Parlement fédéral, sont beaucoup plus tranchants dans leurs critiques de Trudeau et d'Ottawa que ce qui est la norme au Canada anglais. Mais leurs dénonciations de la violence étatique d'Ottawa sont hypocrites et servent leurs propres intérêts.

Lorsque le PQ a formé le gouvernement provincial du Québec, il a bafoué les droits des travailleurs, utilisant des lois d'urgence pour briser les grèves et menaçant les travailleurs de licenciements de masse, afin d'imposer l'austérité capitaliste. Depuis plus d'une décennie, le PQ et le BQ attisent le chauvinisme anti-immigrants et anti-musulmans, notamment en promouvant des lois de «laïcité» qui attaquent les droits des minorités religieuses. Enfin et surtout, les souverainistes québécois, malgré leur opposition à l'État fédéral canadien, soutiennent le partenariat militaro-stratégique du Canada avec l'impérialisme américain et la participation aux guerres menées par les États-Unis.

La réalité est que l'imposition par Trudeau de la Loi sur les mesures de guerre était conforme, et non une violation, des traditions «démocratiques» rabougries de l'État canadien; un État qui a été fondé sur la base d'un accord commercial, négocié sous l'égide de l'Empire britannique, entre des politiciens corrompus, des promoteurs de chemins de fer et des banquiers, et sur la base d'un rejet explicite des traditions démocratiques bourgeoises révolutionnaires de la République des États-Unis.

L'histoire du capitalisme canadien et de son État est jonchée de violence et d'autres «excès» antidémocratiques. Parmi ceux-ci: la dépossession des peuples autochtones des plaines de l'Ouest et l'imposition de la conscription pendant la Première Guerre mondiale; la répression de la grève générale de Winnipeg en 1919 et de la marche des chômeurs vers Ottawa en 1935; et la violence de l'État à l'égard des personnes qui protestaient contre le sommet du G-20 de 2010 à Toronto et contre la grève étudiante de 2012 au Québec, que ce soit sous la forme d'agressions policières ou de la loi draconienne antigrève du gouvernement provincial (loi 78).

Une étude commandée par le gouvernement fédéral sur les relations de travail au Canada, publiée en 1966, quatre ans avant que Pierre Trudeau n'invoque la Loi sur les mesures de guerre, a révélé que les capitalistes canadiens étaient aussi ou «encore plus hostiles» que les grandes entreprises américaines aux tentatives des travailleurs de s'organiser et de faire valoir leurs intérêts de classe. Mais «plutôt que d’utiliser leurs propres ressources», ils se sont appuyés «sur les autorités légalement constituées», c'est-à-dire l'État et sa police et son armée, «pour appliquer la force et la violence».

Le mensonge de «l'insurrection appréhendée»

Pour justifier ses affirmations selon lesquelles le Québec était en état «d'insurrection appréhendée» en octobre 1970, le gouvernement a évoqué les deux enlèvements du FLQ, un rassemblement d'étudiants exprimant leur soutien aux sept «demandes» des ravisseurs et des preuves très troublantes qui ne pouvaient être divulguées pour des «raisons de sécurité». Les autres revendications clés avancées par les autorités pour étayer leur argument selon lequel les pouvoirs de l'État devaient être renforcés étaient tout aussi bidon.

La Loi sur les mesures de guerre

Cela n'a cependant pas empêché les médias du patronat et la quasi-totalité de l'establishment politique de se rallier au gouvernement Trudeau. Le 19 octobre 1970, la Chambre des communes a approuvé le recours à la Loi sur les mesures de guerre par un vote de 190-16. Tous les députés conservateurs et créditistes (Crédit social) ont voté avec le gouvernement. Le Nouveau Parti démocratique social-démocrate était divisé, le chef du parti, Tommy Douglas, et 15 autres députés néo-démocrates étant contre, et quatre en faveur de la suspension des libertés civiles fondamentales par le gouvernement.

Ottawa a toujours insisté sur le fait que ses actions étaient motivées par des événements imprévus.

En fait, le cabinet libéral fédéral avait discuté de la possibilité d'utiliser la Loi sur les mesures de guerre pour faire face à des «circonstances de troubles intérieurs» le 7 mai 1970, soit cinq mois avant le premier enlèvement perpétré par le FLQ.

Trudeau a affirmé qu'en invoquant la loi, il agissait à la demande des autorités québécoises légalement constituées, faisant référence à des lettres du premier ministre du Québec, du maire de Montréal et du chef de la police de Montréal. Il s'agissait d'une ruse. L’écriture de ces lettres avait en fait été orchestrée depuis le bureau du premier ministre et, selon ses ordres, chacune d'entre elles comportait la référence nécessaire à «l'insurrection» pour fournir le prétexte juridique permettant d'invoquer la Loi sur les mesures de guerre.

Les lettres ont été reçues à Ottawa quelques heures après que le gouvernement Trudeau ait informé les chefs de l'opposition qu'il allait invoquer les pouvoirs d'urgence, et alors que la police, également avertie, était déjà en train de finaliser sa liste de détenus et d'organiser ses équipes de saisie.

Dans les jours qui ont suivi, les fonctionnaires du gouvernement ont répandu des mensonges effrontément dans le but d’influencer l'opinion publique.

Le ministre libéral de premier plan Jean Marchand a affirmé que le FLQ avait infiltré les plus hauts niveaux de la vie publique québécoise. D'autres hauts fonctionnaires ont laissé entendre qu'il comptait potentiellement des milliers de membres et un vaste arsenal. Le solliciteur général fédéral a déclaré au Parlement que le FLQ avait kidnappé une femme et gravé ses initiales sur son ventre. Lors de réunions d'information officieuses, les hauts fonctionnaires ont décrit une réunion au cours de laquelle le chef du PQ Lévesque, le rédacteur en chef du Devoir Claude Ryan et le président de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) Louis Laberge, entre autres, avaient appelé à un règlement négocié de la crise pour tenter de remplacer le gouvernement du Québec.

Le maire de Montréal Jean Drapeau

Le maire de Montréal, Jean Drapeau, a insinué et Marchand a ouvertement accusé le FRAP (Front d'action politique), un parti d'opposition municipal récemment organisé, soutenu par les syndicats et manifestement de gauche, d'être une couverture du FLQ. Aidé par des médias serviles et par la police, qui a détenu deux candidats du FRAP en vertu de la Loi sur les mesures de guerre jusqu'à la veille des élections du 25 octobre à Montréal et qui a harcelé d'autres militants du FRAP, le Parti civique de Drapeau a remporté une victoire éclatante aux élections.

La police, pour sa part, a affirmé que la Loi sur les mesures de guerre était nécessaire parce que les contraintes judiciaires traditionnelles, telles que l'obligation d'obtenir un mandat de perquisition, entravaient son efficacité. En réalité, les tribunaux avaient donné carte blanche à la police. De leur propre aveu, au cours des quatre premiers jours qui ont suivi l'enlèvement de Cross, ils ont mené plus d'un millier de rafles et détenu 44 personnes pour les interroger.

Tout en mentant sans vergogne en public, le gouvernement canadien a rassuré ses alliés impérialistes. Le ministre canadien des Affaires étrangères, Mitchell Sharp, a déclaré à son homologue britannique qu'il n'y avait pas «d'insurrection appréhendée» ni même «de preuve d'une conspiration étendue et coordonnée du FLQ». Moins d'un an après que le Canada ait invoqué la Loi sur les mesures de guerre, le gouvernement britannique a suivi l'exemple de Trudeau et a suspendu les libertés civiles en Irlande du Nord afin de pouvoir rassembler et interner indéfiniment les opposants républicains au pouvoir britannique.

Le FLQ nationaliste-terroriste

L'affirmation selon laquelle le Québec était en état «d'insurrection appréhendée» était implicite dans un autre mensonge gargantuesque: le FLQ constituait une menace sérieuse pour l'État canadien.

Nous ne pouvons ici retracer l'histoire du FLQ, qui est apparu pour la première fois en 1963 et a mené une vague d'attentats à la bombe et de vols dans les années précédant 1970.

Mais le FLQ était plus une bannière qu'une organisation cohérente. Il est passé par de multiples itérations ou «vagues». Après que la police, souvent avec l'aide d'informateurs et d'agents provocateurs, aitréussi à démanteler «un FLQ», un autre émergeait, composé de personnes qui n'avaient que peu ou pas de liens avec ceux qui étaient en prison.

Paul Rose, chef de la cellule Chénier du FLQ, qui a enlevé le ministre québécois du Travail Pierre Laporte.

En 1970, le FLQ comptait quelque 35 personnes, peu organisées et divisées sur la question des priorités. Rejetant l'évaluation de la Cellule de libération selon laquelle le FLQ devrait immédiatement intensifier ses actions terroristes en recourant à l'enlèvement, trois des quatre futurs ravisseurs de Laporte se trouvaient en fait aux États-Unis lorsque Cross a été enlevé et sont ensuite revenus précipitamment. Laporte a été choisi comme cible en partie parce qu'il vivait près de leur base de la Rive-Sud de Montréal.

Soumis à la répression et à l'infiltration policière, et les événements d'octobre 1970 ayant manifestement démontré la faillite de sa politique nationale-terroriste, qui n'avait servi que de prétexte à une répression étatique de masse, le FLQ s'est rapidement désintégré.

En 1972, ses deux principaux «théoriciens», le journaliste radical Pierre Vallières et Charles Gagnon, un professeur de l'Université de Montréal, avaient tous deux publiquement renié le FLQ. Vallières a déclaré son soutien au Parti Québécois, formé en 1968 par la fusion d'une scission dirigée par Lévesque du Parti libéral du Québec et du Ralliement national, un parti conservateur.

Gagnon, quant à lui, est devenu le principal dirigeant de l'organisation maoïste En Lutte! en délaissant le FLQ pour une autre variante de la politique nationaliste petite-bourgeoise, qui s'est dissoute au début des années 1980.

Cinquante ans après la crise d'octobre, de nombreuses questions restent sans réponse, y compris celles concernant les faux pas apparents de la police qui ont permis aux ravisseurs du FLQ d'échapper à plusieurs reprises à leur capture.

L'attitude des autorités à l'égard du «sixième membre» de la cellule de libération du FLQ, un étudiant britannique de l'université McGill du nom de Nigel Barry Hamer, est particulièrement intéressante. Hamer a été identifié comme un suspect possible dans l'enlèvement de Cross le lendemain de celui-ci et un informateur de la police au sein du FLQ a mis la police à ses trousses en décembre 1970. Pourtant, la police ne l'a arrêté que dix ans après l'événement, malgré les pressions exercées par des officiers de rang inférieur. De plus, Hamer n'a été arrêté qu'après un tollé public provoqué par la révélation que la police avait ignoré un «sixième» felquisteimpliqué dans l'enlèvement de Cross. Même à ce moment-là, ils ont insisté sur le fait qu'il était en marge du complot terroriste, bien que Hamer ait joué un rôle de premier plan dans l'enlèvement de Cross et ait ensuite aidé à le surveiller.

En conclusion du procès de Hamer en 1981 – il avait plaidé coupable à des accusations d'enlèvement, d'extorsion et de conspiration – le juge présidant le procès a déclaré que Hamer méritait la clémence parce qu'il était devenu un membre responsable de la société (il était enseignant dans la région de Montréal), et qu'il avait souffert «d'angoisse» pendant des années parce qu'il craignait d'être suivi par la police. Hamer a été condamné à un an de prison et à des travaux communautaires. Il a depuis refusé tout commentaire public sur les événements de 1970.

Un rapport sur la crise d'octobre, rédigé par le procureur de la Couronne, le juge Jean-François Duchaine, et commandé par le gouvernement du Parti Québécois arrivé au pouvoir en 1976, a rejeté les suggestions selon lesquelles des agents provocateursdela policeavaient organisé la crise d'octobre. Il a cependant été contraint de concéder, en référence à Hamer: «Il est néanmoins stupéfiant que, compte tenu de la loi qui leur permettait d'interroger et de détenir des personnes soupçonnées d'appartenir au FLQ, la police n'ait rien fait à son sujet pendant que cette loi était en vigueur».

Quelles que soient les relations de Hamer avec l'État, il est un fait établi qu'au lendemain de la crise d'octobre, la GRC, la Police provinciale du Québec et la police de Montréal ont inondé le FLQ et son milieu d'agents. En 1972, de l'aveu même de la police, ils étaient devenus le FLQ.

Opération Neat Pitch: l'armée se prépare à la guerre civile contre la classe ouvrière

Plus généralement, la police a intensifié la surveillance d'État et perturbé les organisations de gauche, les syndicats et les organisations nationalistes québécoises, dont le PQ. Encouragé par le gouvernement Trudeau à jouer un rôle plus proactif, le service de sécurité de la GRC a mené des activités illégales à grande échelle, notamment la surveillance électronique et postale, les cambriolages, le vol de la liste des membres du PQ, la contrefaçon et des incendies criminels.

Pendant ce temps, l'armée canadienne a entrepris de vastes préparatifs pour des interventions «d'aide au pouvoir civil» visant à réprimer les «troubles intérieurs», notamment l'opération Neat Pitch de 1972. Un document de planification de l'opération Neat Pitch, divulgué au quotidien séparatiste Le Jour en 1974, indiquait clairement que l’armée préparait une guerre civile contre la classe ouvrière. Il décrit un scénario, nécessitant l'intervention de l'armée, de la croissance rapide d'un «nouveau mouvement populaire dans toute l'Amérique du Nord», alimenté par «les crises du système monétaire international» et un taux de chômage de 25%. Lorsque les autorités refusent ses revendications, des «troubles» s'ensuivent.

Des troupes et véhicules militaires dans les rues de Montréal en octobre 1970

Ce n'est pas un hasard si l'opération «Neat Pitch» s'est déroulée à Montréal en avril 1972, au milieu d'une confrontation croissante entre la classe ouvrière et le gouvernement libéral provincial. Quelques semaines plus tard, une grève générale spontanée a éclaté dans tout le Québec après que les présidents des trois principales fédérations syndicales aient été emprisonnés pour avoir encouragé 200.000 travailleurs du secteur public à défier les injonctions des tribunaux leur ordonnant de retourner au travail.

En 1976, sous le prétexte d'assurer la sécurité des Jeux olympiques de Montréal, l’armée a mis en œuvre des plans pour occuper la deuxième plus grande ville du Canada dans un contexte de montée continue de la classe ouvrière et de soutien croissant au PQ indépendantiste. Bien qu'en 1974, l'armée ait estimé que 2.000 hommes seraient nécessaires pour l'OPÉRATION GAMESCAN, à l'été 1976, elle a affecté plus de 15.000 hommes, soit environ un cinquième de l'ensemble du personnel militaire canadien, à ce déploiement.

Pierre Trudeau et la contre-offensive de la classe dirigeante après 1975

Au Canada, comme partout dans le monde, les années qui ont suivi immédiatement 1970 ont été dominées par des turbulences économiques croissantes et par une vaste offensive mondiale de la classe ouvrière qui a renversé des gouvernements, dont le gouvernement conservateur britannique, la junte grecque et le régime fasciste portugais.

Grâce à une vague de luttes militantes, souvent initiées par des grèves sauvages organisées au mépris des directions syndicales, les travailleurs du Québec et du Canada ont obtenu des améliorations significatives des salaires, des conditions de travail et des services publics au début des années 1970. Ils ont ensuite résisté avec acharnement aux tentatives des grandes entreprises et de leurs larbins au gouvernement de faire payer aux travailleurs la crise capitaliste croissante. En 1974, il y a eu plus de 1.200 grèves et lock-out dans tout le Canada et en 1975, 1.171. Cette dernière année, 10.908.000 jours de travail ont été perdus en raison de conflits de travail, soit plus de quatre fois plus que dix ans auparavant.

La classe dirigeante canadienne a régulièrement eu recours à la violence d'État, notamment sous la forme de lois anti-travailleurs coercitives et d'injonctions des tribunaux. Ses agences de sécurité militaire, avec la complicité et les encouragements du gouvernement Trudeau, se sont préparées à recourir à des mesures antidémocratiques encore plus radicales que l'imposition en 1970 de la Loi sur les mesures de guerre. Cependant, les principaux instruments utilisés pour contrer, contenir et désamorcer la montée de la classe ouvrière ont été la bureaucratie syndicale et les politiciens sociaux-démocrates du NPD.

La bureaucratie syndicale au Québec, comme dans le reste du Canada, s'est efforcée de mettre en quarantaine les luttes militantes de la classe ouvrière qui secouaient le Québec. Les syndicats québécois ont formé une alliance avec le Parti Québécois. Ils ont renforcé les revendications de ce parti capitaliste, dirigé par un ex-ministre du cabinet libéral, d'un «préjugé favorable au mouvement ouvrier» et ont contribué à le propulser pour qu'il devienne, pour les quatre décennies suivantes, l'un des deux partis de la bourgeoisie québécoise au gouvernement provincial. Le Congrès du travail du Canada n'a pris aucune mesure pour appuyer la grève générale de 1972 au Québec, tandis que son président a affirmé que le CTC «ne participera à aucune tentative de renversement d'un gouvernement démocratiquement élu».

Organisée au mépris des lois antigrèves, la grève de deux semaines des postiers de 1965 a forcé le gouvernement fédéral à étendre le droit de négociation collective aux travailleurs fédéraux. (Université de Toronto)

En 1976, la direction du CTC a sanctionné une grève générale de protestation nationale d'une journée afin de contrer les revendications des travailleurs de la base qui réclamaient des actions collectives systématiques contre le programme de baisse des salaires du gouvernement fédéral. En même temps, elle a adopté comme objectif une collaboration tripartite corporatiste entre le gouvernement, les syndicats et les grandes entreprises. Deux ans plus tard, elle a collaboré avec le gouvernement Trudeau pour briser une grève postale «illégale».

Le NPD a soutenu le gouvernement libéral minoritaire de 1972-1974 et, dans trois provinces où le NPD a occupé des fonctions provinciales, la Colombie-Britannique, le Manitoba et la Saskatchewan, il a mis en place le contrôle des salaires de Trudeau.

Cinquante ans après que Pierre Elliott Trudeau ait été au centre d'une conspiration d'État qui visait les opposants au gouvernement et a suspendu les libertés civiles des Canadiens au nom de la répression d'un complot fictif visant à renverser la «démocratie», il continue d'être célébré dans le récit nationaliste libéral canadien semi-officiel comme l'auteur de la Charte tronquée des droits et libertés du Canada et un défenseur des libertés civiles.

En réalité, Trudeau était un représentant impitoyable de l'élite capitaliste canadienne et, en tant que tel, il a constamment foulé aux pieds les droits démocratiques en promouvant ses intérêts de classe mercenaires.

Dans une démonstration calculée de sa volonté de recourir à la violence d'État, Trudeau – pas pour la dernière fois dans ce qui allait s'avérer être un long mandat de premier ministre – a pris les airs d'un homme fort et autoritaire pendant la crise d'octobre. Le 13 octobre, moins de trois jours avant que le gouverneur général n'invoque la Loi sur les mesures de guerre à la demande de son gouvernement, Trudeau a rejeté sèchement les préoccupations d'un journaliste de la CBC, Tim Ralfe, concernant la forte présence de personnel militaire dans les rues d'Ottawa.

«Il y a beaucoup de sensibles qui n'aiment tout simplement pas voir des gens avec des casques et des armes», a déclaré Trudeau. «Tout ce que je peux dire, c'est qu’ils continuent à gémir, mais il est plus important de maintenir l'ordre dans la société que de s'inquiéter des personnes fragiles». Lorsque Ralfe a ensuite demandé à Trudeau jusqu'où il était prêt à aller, le premier ministre a répondu de manière infâme: «Eh bien, regardez-moi faire.»

Au cours des 14 années suivantes, Trudeau dépouillera à plusieurs reprises les travailleurs de leur droit de grève, imposera des années de contrôle des salaires dans les secteurs public et privé, et en 1978, trois ans avant que le président américain Ronald Reagan ne licencie les contrôleurs aériens et ne démolisse le PATCO, il menacera de licencier en masse les postiers en grève. Comme dernier acte législatif en tant que premier ministre, Pierre Trudeau a fait adopter la création du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et lui a donné le pouvoir de faire bon nombre des choses que le Service de sécurité de la GRC faisait auparavant illégalement.

La démocratie en ruines

Cinquante ans après l'invocation de la Loi sur les mesures de guerre, le capitalisme mondial est enlisé dans une crise systémique sans précédent depuis la Grande Dépression. Face à une résurgence mondiale des luttes de la classe ouvrière – alimentée par des décennies d'austérité, d'inégalités sociales toujours plus grandes et de guerres prédatrices désastreuses – qui se transforment en une insurrection contre les syndicats procapitalistes et les partis «de gauche» de l'establishment, les élites dirigeantes bourgeoises du monde entier se tournent vers des formes de gouvernement autoritaires, alimentant la réaction et cultivant l'extrême droite.

Ces processus ont été accélérés par la pandémie de coronavirus. Après avoir renfloué l'oligarchie financière, les gouvernements capitalistes forcent les travailleurs à reprendre le travail en pleine pandémie, dans le cadre d'une campagne visant à intensifier l'exploitation des travailleurs.

Le virage de l'oligarchie capitaliste vers l'autoritarisme est incarné par la tentative continue du président américain Donald Trump d'orchestrer un coup d'État de concert avec des sections de l'appareil militaro-sécuritaire et des forces fascistes afin de pouvoir s'accrocher au pouvoir après les élections du 3 novembre et établir une dictature présidentielle. Ses plans sont facilités par le Parti démocrate, dont la plus grande crainte est l'éclatement d'une opposition de masse de la classe ouvrière. Dans la mesure où les démocrates s'opposent à Trump, c'est par des appels en coulisses à l'appareil de renseignement militaire qu'ils voient comme la meilleure option de la bourgeoisie pour contenir l'opposition sociale en ébullition et poursuivre la confrontation avec la Russie et la Chine – augmentant ainsi encore plus le pouvoir politique des forces répressives de l'État.

En Allemagne, l'establishment politique et les services de renseignement de l'État favorisent la montée de l'Alternative néofasciste pour l'Allemagne (AfD), devenue l'opposition officielle au Parlement, comme moyen de pousser la politique officielle vers la droite, et en particulier de relancer une weltpolitik – une politique étrangère impérialiste agressive – et un vaste programme de réarmement pour préparer la guerre.

Au Canada, les formes démocratiques de gouvernement s'effondrent également alors que la classe dirigeante se tourne de plus en plus vers la droite et se met à réprimer l'opposition de masse de la classe ouvrière. Au nom de la «guerre contre le terrorisme», les pouvoirs arbitraires et la portée de l'appareil de sécurité nationale ont été considérablement étendus depuis 2001. En vertu du projet de loi C-59 des libéraux, dirigé par Justin Trudeau, le SCRS a été autorisé à enfreindre pratiquement toutes les lois en «perturbant activement» les «menaces» à la sécurité nationale définies de façon vague au Canada.

L'opposition sociale, surtout de la classe ouvrière, est systématiquement criminalisée par une batterie de lois antigrèves et de violences policières.

Encouragées par le changement radical de la droite dans la politique officielle, y compris la promotion du sentiment anti-immigrant et anti-musulman et la vénération de l'armée canadienne, les forces d'extrême droite s'enhardissent. Dans un contexte inquiétant, FCL, l'une des plus grandes entreprises de l'ouest du Canada, a récemment utilisé des membres du groupe d'extrême droite United We Roll pour briser une manifestation organisée par des travailleurs de la raffinerie de pétrole de Regina en lock-out. L'échec de la tentative d'un réserviste d'extrême droite des Forces armées canadiennes d'assassiner le premier ministre Justin Trudeau en juillet dernier a mis en lumière la croissance des forces d'extrême droite au sein de l'armée.

L'une des toutes premières mesures prises par le gouvernement Trudeau en réponse à la pandémie actuelle a été d'autoriser l'armée à affecter plus de 20.000 soldats, soit près d'un quart de l'ensemble de son personnel, à un déploiement COVID-19. Les hauts gradés de la CAF ont déclaré qu'ils se préparaient à un scénario du «pire cas», qu'ils ont refusé de divulguer, mais qui correspondait à une crise de l’ordre social. Le fait qu'un élément clé de la mission militaire était de se préparer à l’opposition sociale a été mis en évidence lorsqu'il est apparu que les FAC avaient activé un plan, basé sur les méthodes qu'elles avaient utilisées pendant l'occupation néocoloniale de l'Afghanistan, pour recueillir des renseignements, supprimer et manipuler les informations et promouvoir la propagande progouvernementale afin de dissuader les troubles civils.

L'invocation par l'État canadien de la Loi sur les mesures de guerre en 1970 et le virage beaucoup plus développé et dangereux de la classe dirigeante vers l'autoritarisme aujourd'hui, au Canada et dans le monde entier, doivent servir d’appel à l’action pour la classe ouvrière. Comme dans les années 1930, la bourgeoisie se tourne vers la dictature et la réaction fasciste. La seule force ayant le pouvoir social de défendre les droits démocratiques et de vaincre les conspirations de la classe dirigeante est la classe ouvrière. Mais pour que ce pouvoir soit libéré, les innombrables luttes des travailleurs et des jeunes contre le démantèlement des services publics, les suppressions d'emplois, la violence policière, le fait de faire des immigrés des boucs émissaires et le militarisme doivent être unifiées; et la classe ouvrière doit être mobilisée en tant que force politique indépendante et armée d'une direction révolutionnaire et d'un programme socialiste et internationaliste.

(Article paru en anglais le 23 octobre 2020)