Alors que des détails sur l’ampleur du complot, ses liens avec la police et la campagne Trump apparaissent

Le shérif défend les conspirateurs du Michigan

Par Eric London
16 octobre 2020

Des détails supplémentaires apparaissent sur les plans et les possibles connexions politiques des miliciens fascistes qui ont été arrêtés la semaine dernière pour avoir comploté de kidnapper et de tuer la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer.

Mardi matin, lors d’une audience au tribunal fédéral de Grand Rapids, Michigan, l’agent spécial du FBI, Richard Trask a annoncé que les conspirateurs du Michigan avaient également discuté du meurtre de Ralph Northam, le gouverneur démocrate de Virginie. Selon Trask, les conspirateurs ont évoqué vouloir étendre leurs plans au-delà du Michigan lorsqu’ils se sont rencontrés à Dublin, en Ohio, en juin.

Le FBI n’a pas encore publié les détails des contacts du groupe en Ohio, en Virginie ou au Wisconsin, où les conspirateurs avaient planifié de «juger» Whitmer et de la tuer après l’avoir capturée dans sa maison de vacances dans le nord du Michigan.

Selon un reportage de CNN, le shérif du comté de Barry, Dar Leaf, membre dirigeant de l’organisation fasciste «Association constitutionnels des shérifs et des agents de la paix» (CSPOA) a ouvertement défendu les actions des comploteurs et a affirmé qu’elles étaient légales.

«Beaucoup de gens sont en colère contre la gouverneure et ils veulent qu’elle soit arrêtée», a déclaré Leaf. «Est-ce qu’il s’agit d’une arrestation ou d’une tentative d’enlèvement? Parce qu’on peut, dans le Michigan, si c’est un crime, ont peut procéder à une arrestation pour crime. Et il n’est pas dit que si la personne en question est un élu, elle serait protégée contre cette arrestation. Je dois donc l’envisager sous cet angle».

Leaf a également admis avoir participé à de multiples reprises à des rassemblements avec deux des accusés, Michael et William Null. Il a défendu le rôle de la milice, en disant: «Eh bien, on regarde les médias eux-mêmes et les origines de la milice. Ils ont plus de poids juridique dans ce pays que les agences qui les ont arrêtés».

Urban Milwaukee a rapporté mercredi que David Clarke, membre éminent de la CSPOA, porte-parole de Trump et ancien shérif du comté de Milwaukee, s’est rendu dans le Michigan en avril pour s’adresser à une foule de manifestants anti-confinement.

L’article est intitulé «David Clarke a-t-il inspiré la milice du Michigan?» Il explique: «À la mi-avril, lorsque les manifestants se sont rassemblés à Lansing pour appeler à la résistance aux restrictions mises en place par Whitmer contre la pandémie, Clarke était l’un des intervenants vedettes». Un certain nombre de conspirateurs ont assisté à ce rassemblement. On ne sait pas si l’un d’entre eux a rencontré Clarke.

Ces déclarations surviennent alors que de nouveaux faits soulèvent des questions supplémentaires sur les liens entre les conspirateurs eux-mêmes.

Huron Valley Guns, le commerce du Michigan où Eric Trump avait prévu d’organiser un rassemblement cette semaine, a employé Paul Edward Bellar de Milford en février dernier. Bellar, un ex-soldat de l’armée de 21 ans, a été arrêté jeudi en Caroline du Sud sur la base d’accusations portées par l’État du Michigan. Le FBI a eu connaissance des activités des conspirateurs au début de l’année 2020.

Bellar aurait joué un rôle important dans le complot. Selon les accusations de l’État, il a été «nommé sergent» au sein des Wolverine Watchmen parce qu’il «avait une expertise spécifique en matière de formation médicale et d’armes à feu et a conçu des exercices tactiques pour une formation».

L’emploi de Bellar soulève des questions sur les liens des personnes impliquées dans le complot avec la campagne Trump et la police. Les voisins de Bellar ont appelé à plusieurs reprises la police au sujet du milicien cet été. L’un d’eux a déclaré à WXYZ, la filiale locale d’ABC, que Bellar ne cachait pas son rôle dans la milice.

«Il a déjà craché sur les voisins, il nous a tous crié dessus, on lui a dit d’arrêter de se promener [avec des armes], on a appelé la police et ils n’ont rien fait», a déclaré le voisin.

Est-ce que c’est parce que la police a reconnu Bellar dans le champ de tir du Huron Valley Guns?

Le propriétaire Ed Swadish est un fervent partisan de Trump et un opposant acharné à Whitmer. Il a des liens politiques avec la police, les agents de l’immigration et des douanes (ICE), le Parti républicain et la campagne de Trump.

Les archives publiques montrent que Huron Valley Guns a reçu des dizaines de milliers de dollars en contrats pour former des agents de l’ICE et des policiers de toute la région. À partir de 2018, l’entreprise a remporté un appel d’offres de 58.500 dollars auprès du ministère de la Sécurité intérieure pour former les officiers de l’ICE sur le champ de tir de l’établissement.

Contrat pour la formation d’agents de l’ICE au Huron Valley Guns

Selon le contrat, Huron Valley Guns a accepté de «fournir un champ de tir privé et sécurisé intérieur qui répond aux besoins de formation de l’ICE en matière de qualification des armes à feu, d’exercices de formation avancée aux armes à feu (AFTE) et de formation des équipes d’intervention spéciales (SRT)».

Le 13 janvier 2020, Huron Valley Guns a obtenu un autre contrat, d’une valeur de 45.300 dollars, pour former les policiers affectés au ministère des Anciens Combattants.

L’entreprise sert également de lieu de rencontre central pour les principaux responsables de la police dans tout l’État. En plus d’être un magasin d’armes et un stand de tir, l’installation comprend également une salle de banquet et un restaurant.

Collecte de fonds de Huron Valley Guns à laquelle participent Kathy Crawford, la représentante républicaine de l’État, et le shérif du comté d’Oakland, Mike Bouchard

Swadish et Huron Valley Guns organisent des réunions et des collectes de fonds pour les politiciens du Parti républicain. Selon des messages publics sur Facebook, il s'agit notamment du shérif du comté d'Oakland, Mike Bouchard, et du représentant républicain de Milford, Matt Maddock.

Maddock et sa femme, Meshawn Maddock, sont les fondateurs de la Michigan Conservative Coalition, un groupe de lobbying de droite qui a financé les manifestations anti-confinement de l’État au début de l’année. Meshawn Maddock est membre du conseil consultatif de la campagne de Trump dans le Michigan et dirige l’organisation des «Femmes qui soutiennent Trump» (Women for Trump).

Swadish a également été très actif dans l’opposition aux mesures de confinement limitées que Whitmer a imposées pour contenir la propagation de la pandémie de coronavirus, qui a tué plus de 6.000 Michiganais depuis le printemps.

Kiosque commercial de Huron Valley Guns lors d’un événement du FBI-NAA

Il a des liens avec le FBI. Huron Valley Guns était un vendeur vedette lors d’une retraite du FBI-National Academy Associates (FBI NAA) qui s’est tenue sur l’île de Mackinac en septembre 2018. Swadish a publié une photo de lui lors de la retraite de la FBI-NAA qui s’est tenue au même endroit l’année suivante.

Selon le site web du FBINAA, «The FBI National Academy Associates, Inc. (FBI NAA) est une organisation internationale à but non lucratif regroupant 17.000 professionnels de haut niveau des autorités policières», qui organise des sessions de formation et offre des possibilités de réseautage entre les autorités fédérales et les polices d’État et locales.

Ces faits soulèvent de nombreuses questions sans réponse sur les comploteurs, leurs plans nationaux et leurs liens avec la campagne Trump et les forces de répression de l’État. Ce que le public connait actuellement n’est que la partie émergée de l’iceberg.

(Article paru en anglais le 15 octobre 2020)