La dernière année de Trotsky

Quatrième partie

Par David North
1 septembre 2020

Ceci est la quatrième partie d’une série.[Première partie][Deuxième partie][Troisième partie]

La survie miraculeuse de Trotsky lors de la tentative d'assassinat du 24 mai 1940 ne s’avéra être qu'un sursis. La GPU a immédiatement mis en œuvre un plan de rechange pour l'assassinat de Trotsky. La tentative suivante serait exécutée non pas par une escouade de tueurs lourdement armés, mais par un assassin solitaire. Ramon Mercader, l'agent espagnol choisi pour la mission par la GPU, avait été introduit dès 1938 dans le milieu de la Quatrième Internationale par sa petite amie Sylvia Ageloff. Sa relation spécifique avec le Socialist Worker Party reste floue, bien qu'elle semble avoir servi de messager pour la Quatrième Internationale et le SWP.

Ramon Mercader

Il est difficile de concilier les liens de haut niveau d’Ageloff avec la Quatrième Internationale avec sa naïveté personnelle et politique. Au cours d'une relation intime qui a duré près de deux ans, elle n'a pas remarqué – ou a décidé de réprimer ses inquiétudes – les anomalies flagrantes, les contradictions et les mystères qui tourbillonnaient autour de son très étrange compagnon: ses multiples identités (Frank Jacson, Jacques Mornard, Vandendresched), des activités commerciales très douteuses et un approvisionnement illimité en argent liquide. Il n'est jamais venu à l'esprit d'Ageloff – ou du moins elle l'a prétendu au lendemain de l'assassinat à des procureurs mexicains méfiants et incrédules – que son petit ami avait quelque chose de très louche et qu'il n'était certainement pas le genre de personne qui devrait être autorisé à s'approcher de Trotsky.

Au printemps 1940, Jacson-Mornard profite de l'occasion offerte par Ageloff pour se faire connaître des gardes de Trotsky, même s'il ne manifeste aucun intérêt à rencontrer le leader révolutionnaire. Conduisant fréquemment Ageloff à la villa sur l'Avenida Viena, Jacson-Mornard semblait se contenter d'attendre dehors jusqu'à ce qu'elle ait terminé son travail. Mais il discutait avec les gardes et entretenait soigneusement une relation avec les amis proches de Trotsky, Alfred et Marguerite Rosmer. Malgré les décennies passées dans le mouvement révolutionnaire, ils ne trouvèrent rien de particulier chez Jacson-Mornard, l'homme d'affaires soi-disant apolitique, avec beaucoup d'argent et beaucoup de temps libre. Le couple d'origine française n'a pas réussi à détecter l'accent de l'agent d'origine espagnole qui se disait belge.

Ce n'est que quatre jours après l'assaut du 24 mai que Jacson-Mornard est entré pour la première fois dans l'enceinte et a rencontré brièvement Trotsky. Lors d'un de ses voyages à Coyoacán, Jacson-Mornard s'est approché des gardes, qui renforçaient les murs extérieurs de la villa. Ils lui ont dit qu'ils se préparaient à un nouvel assaut de la GPU. Jacson-Mornard a fait remarquer, avec une désinvolture calculée, que la prochaine tentative de la GPU sur la vie de Trotsky utiliserait une méthode différente.

Le travail de Trotsky se poursuit à son rythme exténuant habituel. Bien qu'intensément occupé par la révélation de la conspiration du 24 mai et la réfutation des prétentions effrontées du Parti communiste mexicain et des syndicats et de la presse contrôlés par le stalinisme selon lesquelles l'attaque était une «auto-agression» planifiée par Trotsky et exécutée par ses partisans, il suivait avec attention le déroulement de la Seconde Guerre mondiale. À la mi-juin, la France avait capitulé et les armées d'Hitler régnaient sur l'Europe occidentale. Une tragédie d'une ampleur sans précédent s'était ainsi abattue sur la classe ouvrière. Dans une brève note rédigée le 17 juin 1940, deux jours après la défaite de la France, Trotsky a écrit:

«La capitulation de la France n'est pas un simple épisode militaire. Elle fait partie de la catastrophe de l'Europe. L'humanité ne peut plus vivre sous le régime de l'impérialisme. Hitler n'est pas un accident, il n'est que l'expression la plus cohérente et la plus bestiale de l'impérialisme, qui menace d'écraser toute notre civilisation.» [1]

Les crimes monstrueux d'Hitler sont nés du capitalisme et de la politique mondiale nocive de l'impérialisme. Mais la conquête de l'Europe occidentale par Hitler a été rendue possible par l'aide qu'il a reçue de Staline. Les trahisons du dictateur envers la classe ouvrière – d'abord par ses alliances de «front populaire» avec les impérialistes démocratiques, puis soudainement par son accord avec Hitler – ont désorienté la classe ouvrière et renforcé la position militaire de l'Allemagne nazie. «En démoralisant les masses populaires en Europe, et pas seulement en Europe, Staline a joué le rôle d'un agent provocateur au service d'Hitler. La capitulation de la France est l'un des résultats de cette politique», a écrit Trotsky. Staline a conduit l'URSS «au bord du gouffre.» Trotsky a averti que les «victoires d'Hitler à l'Ouest ne sont que la préparation d'un gigantesque mouvement vers l'Est.» [2] Presque exactement un an plus tard, le 22 juin 1941, Hitler lança l'opération Barberousse, l'invasion de l'Union soviétique.

Les questions politiques et de sécurité soulevées par le raid du 24 mai et les événements historiques en Europe ont nécessité la visite au Mexique d'une délégation de dirigeants du SWP, dirigée par le fondateur et chef du parti James P. Cannon. Entre le mercredi 12 juin et le samedi 15 juin, Trotsky a participé à une discussion approfondie sur le travail politique du SWP dans des conditions de guerre. Outre Trotsky et Cannon, Charles Cornell, Farrell Dobbs, Sam Gordon, Antoinette Konikow, Harold Robins et Joseph Hansen ont participé à cette discussion. Des documents obtenus dans les années 1970 et 1980 par le Comité international de la Quatrième Internationale, longtemps occultés, devaient établir que Hansen était un espion de la GPU au sein du secrétariat de Trotsky.

Un rapport sténographique non édité de cette discussion a été distribué aux membres du SWP. La discussion sur le premier point de l'ordre du jour, qui était un rapport sur la quatrième conférence internationale d'urgence, n'a pas été transcrite. Le compte-rendu des discussions commence par le deuxième point de l'ordre du jour, «Guerre et perspectives». Les contributions de Trotsky à cette discussion ont souligné que l'opposition de principe du parti à la guerre impérialiste ne devait pas être confondue ou associée de quelque façon que ce soit au pacifisme petit-bourgeois.

L'entrée en guerre des États-Unis était inévitable. Trotsky a insisté sur le fait que le SWP devait traduire l'opposition de principe à la guerre en une agitation révolutionnaire efficace qui recoupe la conscience des travailleurs, sans s'adapter au chauvinisme national.

«La militarisation se poursuit maintenant à une échelle considérable. Nous ne pouvons pas nous y opposer avec des phrases pacifistes. La militarisation bénéficie d'un large soutien parmi les travailleurs. Ils portent une haine sentimentale contre Hitler avec des sentiments de classe confus. Ils ont une haine contre les brigands victorieux. La bureaucratie utilise cela pour dire "Aidez le gangster vaincu". Nos conclusions sont complètement différentes. Mais ce sentiment est la base inévitable de la dernière période de préparation.» [3]

Le défi auquel était confronté le SWP était de développer une approche des jeunes travailleurs qui, même s'ils étaient attirés par l'armée, développait leur conscience de classe. Le parti devait placer son agitation «sur une base de classe». Trotsky a fourni des exemples de l'approche que le parti devrait adopter:

«Nous sommes contre les officiers bourgeois qui vous traitent comme du bétail, qui vous utilisent comme chair à canon. Nous sommes préoccupés par la mort des travailleurs, contrairement aux officiers bourgeois. Nous voulons des officiers ouvriers.

«Nous pouvons dire aux travailleurs: nous sommes prêts pour la révolution. Mais vous n'êtes pas prêts. Mais nous voulons tous les deux nos propres officiers ouvriers dans cette situation. Nous voulons des écoles ouvrières spéciales qui nous formeront pour être officiers...

«Nous rejetons le contrôle des soixante familles. Nous voulons une amélioration des conditions du travailleur-soldat. Nous voulons sauvegarder sa vie, pas la gaspiller.» [5]

Le jeudi 13 juin, la discussion a porté sur la politique du SWP pour l'élection présidentielle de 1940. Le candidat démocrate sortant, Franklin Roosevelt, se présentait pour un troisième mandat. Le parti n'avait pas désigné de candidat. «Que dit-on aux travailleurs quand ils demandent pour quel président ils doivent voter?» Cannon a répondu: «Ils ne devraient pas poser des questions aussi embarrassantes.» [6]

Trotsky a demandé pourquoi le SWP n'avait pas demandé un congrès des syndicats pour nommer un candidat en opposition à Roosevelt. «Nous ne pouvons pas rester complètement indifférents», a-t-il fait valoir. «Nous pouvons très bien, dans les syndicats où nous avons de l'influence, insister sur le fait que Roosevelt n'est pas notre candidat et que les travailleurs doivent avoir leur propre candidat. Nous devrions exiger un congrès national lié à la demande d'un parti ouvrier indépendant.» [7]

Trotsky a soulevé la question de la candidature à la présidence du Parti communiste américain. Depuis la signature du pacte de non-agression, le parti communiste avait adopté une position d'opposition à l'entrée en guerre des États-Unis. Il ne fait aucun doute que cette manœuvre de la direction stalinienne était entièrement déterminée par la politique étrangère du Kremlin. Mais elle a été prise au sérieux par certaines sections des membres du Parti communiste. Cela n'a-t-il pas donné l'occasion au SWP d'intervenir parmi les ouvriers staliniens? Trotsky a proposé que le SWP, n'ayant pas de candidat propre, envisage d'apporter un soutien critique à la campagne présidentielle du leader du Parti communiste Earl Browder. Bien que désorienté par la direction stalinienne, l’effectif du parti était constitué d’une couche importante de travailleurs conscients de leur classe sociale. Une manœuvre politique opportune du SWP – étendre le soutien critique à la campagne du parti communiste sur la base de son opposition actuelle à l'entrée en guerre des États-Unis – ouvrirait la possibilité d'approcher les ouvriers staliniens.

La proposition de Trotsky a été violemment opposée par Cannon et pratiquement tous les autres participants à la discussion. Au cours des années de lutte acharnée contre les staliniens, l'influence du SWP au sein des syndicats avait nécessité le développement d'alliances avec les sections «progressistes» de la bureaucratie syndicale. La manœuvre proposée par Trotsky allait saper ces relations.

Trotsky a critiqué l'approche du SWP vis-à-vis des «bureaucrates progressistes», qui étaient politiquement alignés sur Roosevelt et le Parti démocrate. «Ces bureaucrates progressistes», a noté Trotsky, «peuvent compter sur nous pour les conseiller dans la lutte contre les staliniens. Mais le rôle de conseiller d'un bureaucrate progressiste ne promet pas grand-chose à long terme.» [8]

Contre Trotsky, Antoinette Konikow – qui avait été l'un des premiers supporters américains de l'opposition de gauche dans les années 1920 – a déclaré que contrairement aux staliniens, les leaders américains de l'AFL comme Dan Tobin (leader des Teamsters) et John L. Lewis (leader de l'United Mine Workers) n'essaieraient pas de tuer les trotskystes.

«Je n'en suis pas si sûr», a répondu Trotsky. «Lewis nous tuerait très efficacement s'il était élu et que la guerre arrivait.» [9]

Trotsky n'a pas insisté pour que le SWP adopte la politique qu'il proposait. Mais alors que la discussion se poursuivait le vendredi 14 juin, il a critiqué de façon tranchante l'orientation du parti vers les progressistes.

«Je pense que le point crucial est très clair. Nous sommes dans un bloc avec des soi-disant progressistes: pas seulement des hypocrites, mais des gens honnêtes de la base. Oui, ils sont honnêtes et progressistes, mais de temps en temps, ils votent pour Roosevelt – une fois aux quatre ans. C'est un point décisif. Vous proposez une politique syndicale, pas une politique bolchévique. Les politiques bolchéviques commencent en dehors des syndicats. Le travailleur est un syndicaliste honnête, mais loin de la politique bolchévique. Le militant honnête peut se développer mais ce n'est pas identique à être un bolchévique. Vous avez peur d'être compromis aux yeux des syndicalistes de Roosevelt. En revanche, ils ne craignent pas le moindre compromis en votant pour Roosevelt contre vous. Nous avons peur d'être compromis. Si vous avez peur, vous perdez votre indépendance et devenez à moitié Roosevelt. En temps de paix, ce n'est pas catastrophique. En temps de guerre, cela nous compromettra. Ils peuvent nous écraser. Notre politique est trop pour les syndicalistes pro-Rooseveltiens. Je remarque que dans le Northwest Organizer [le journal de la section locale 544 des Teamsters à Minneapolis, édité et contrôlé par le SWP] c'est vrai. Nous en avons déjà discuté, mais pas un mot n'a été changé; pas un seul mot. Le danger – un danger terrible – est l'adaptation aux syndicalistes pro-Rooseveltiens. Vous ne donnez aucune réponse aux élections, pas même le début d'une réponse. Mais nous devons avoir une politique.» [10]

Trotsky a poursuivi sa critique de l'adaptation du SWP aux progressistes syndicaux le samedi 15 juin, dernier jour de la discussion.

«Il me semble que l'on peut reconnaître une sorte d'adaptation passive à notre travail syndical. Il n'y a pas de danger immédiat, mais un avertissement sérieux indiquant un changement de direction est nécessaire. De nombreux camarades sont plus intéressés par le travail syndical que par le travail de parti. Il faut plus de cohésion au sein du parti, des manœuvres plus pointues, une formation théorique systématique plus sérieuse; sinon les syndicats peuvent absorber nos camarades.» [11]

Alors que la discussion sur la politique du SWP lors des élections de 1940 touchait à sa fin, une dernière question se posait: le parti communiste pouvait-il être considéré comme une partie légitime du mouvement ouvrier? Trotsky répondit avec insistance:

«Bien sûr, les staliniens sont une partie légitime du mouvement ouvrier. Qu'ils soient abusés par leurs dirigeants à des fins spécifiques de la GPU est une chose, pour les fins du Kremlin en est une autre. Ce n’est pas du tout différent des autres bureaucraties ouvrières de l'opposition. Les puissants intérêts de Moscou influencent la Troisième Internationale, mais elle n'est pas différente en principe. Bien sûr, nous considérons la terreur du contrôle de la GPU différemment; nous nous battons avec tous les moyens, même la police bourgeoise. Mais le courant politique du stalinisme est un courant dans le mouvement ouvrier.» [12]

Malgré les crimes commis par les staliniens – et seulement trois semaines s’étaient écoulées depuis la tentative d’assassinat à son égard – Trotsky a insisté sur une évaluation objective du stalinisme. «Nous devons les considérer d'un point de vue marxiste objectif», a insisté Trotsky. «Ils sont un phénomène très contradictoire. Ils ont commencé avec Octobre comme base, ils sont devenus déformés, mais ils ont un grand courage.» Le but de la manœuvre proposée par Trotsky était d'exploiter cette contradiction dans la loyauté de la base stalinienne:

«Je pense que nous pouvons espérer gagner ces travailleurs qui ont commencé comme une cristallisation d'Octobre. Nous les voyons de façon négative; comment franchir cet obstacle. Nous devons monter la base contre les dirigeants. La bande de Moscou, nous la considérons comme des gangsters, mais la base ne se sent pas gangster, mais révolutionnaire... Si nous montrons que nous comprenons, que nous avons un langage commun, nous pouvons les retourner contre leurs chefs. Si nous gagnons cinq pour cent, le parti sera condamné.» [14]

Trotsky et la délégation du SWP ne sont pas parvenus à un accord sur la proposition d'extension du soutien critique au candidat du parti communiste, sur laquelle il n'a pas insisté. Le désaccord n'a pas miné la relation de Trotsky avec le Socialist Workers Party, et les discussions se sont terminées à l'amiable. En tout cas, dans la mesure où le SWP avait fait preuve d'un niveau d'adaptation décelable aux bureaucrates progressistes, la critique de Trotsky a eu un impact salutaire sur le parti. En quelques semaines, Trotsky a remarqué et commenté favorablement le renforcement politique du Northwest Organizer.

Harold Robins en mai 1940

L'un des participants à la discussion a ensuite rappelé un incident remarquable qui a mis en lumière l'approche pédagogique de Trotsky dans les discussions politiques. Harold Robins, un travailleur né à New York, qui s'était rendu au Mexique en 1939 et était devenu le capitaine de la garde de Trotsky, a participé à la discussion du matin du 13 juin, au cours de laquelle Trotsky a soulevé la question du soutien critique au candidat du PC à la présidence. Dans une nécrologie que j'ai écrite après la mort de Robins en 1987, à l'âge de 79 ans, j'ai inclus un récit de son expérience personnelle qu'il m'avait transmis.

«Quand son tour de parole est venu, Harold s'est lancé dans une dénonciation vitriolique des staliniens, énumérant leurs nombreuses trahisons de la classe ouvrière, et leur collaboration servile avec les politiciens bourgeois. Harold a proclamé qu'il n'y avait "aucune différence entre les staliniens et les démocrates".

Trotsky a levé la main pour interrompre le discours d'Harold. "Permettez-moi une question, camarade Robins. S'il n'y a pas de différence entre les staliniens et les démocrates, pourquoi gardent-ils une existence indépendante et se qualifient de communistes? Pourquoi ne rejoignent-ils pas simplement le Parti démocrate?"

Harold a été surpris par ces questions simples. Cette leçon élémentaire de dialectique a immédiatement fait comprendre à Harold que sa propre position était erronée. Mais l'histoire ne s'est pas arrêtée là.

La question étant encore indécise, la réunion s'est interrompue pour le déjeuner. Trotsky a approché Harold et lui a demandé quelle était sa position.

"Et bien, je pense que vous avez raison, camarade Trotsky."

Le "Vieil homme" rayonnait de satisfaction. "Alors, camarade Robins, je propose que nous formions un bloc et que nous menions la lutte ensemble lorsque la réunion reprendra."

Harold se rappelle avoir pensé qu'il ne pouvait pas croire que le "Vieil homme" était sérieux.

"Pourquoi diable Trotsky voudrait-il ou aurait-il besoin d'un bloc avec Harold Robins?"

En tout cas, il a accepté l'offre de Trotsky et attendu avec impatience le début de la session de l'après-midi. Cependant, alors que la pause déjeuner touchait à sa fin, Robins a été approché par un autre garde, Charles Cornell, qui a été amèrement déçu de devoir rester en service pendant l'après-midi et de ne pas pouvoir participer à la discussion avec Trotsky. Cornell a supplié Robins de changer de place avec lui, et Robins a cédé. Cornell s'est donc lancé dans la discussion pendant que Robins patrouillait dans les locaux.

En fin d'après-midi, peu après la fin de la réunion, Harold s'est retrouvé soudainement confronté à un Trotsky visiblement en colère. "Où étais-tu, camarade Robins?", demanda Trotsky.

Harold a cherché à expliquer les circonstances qui étaient intervenues pendant la pause déjeuner. Trotsky a écarté ses arguments. "Nous avions un bloc, camarade Robins, et vous l'avez trahi."

Harold racontait ces incidents sans le moindre sentiment de gêne, même s'ils ne le plaçaient guère sous son meilleur jour. Mais pour Harold, ces événements étaient de précieux exemples de la complétude totale de Trotsky en tant que révolutionnaire, inflexiblement dévoué aux principes dans tous les aspects de sa vie et dans toutes les conditions.

Voici un homme, semblait dire Harold, qui avait mené la plus grande révolution de l'histoire, organisé une armée de millions de personnes et participé aux luttes politiques de l'époque aux côtés des figures légendaires du mouvement marxiste international. Et pourtant, le même homme, Trotsky, pouvait proposer un bloc avec un "Jimmy Higgins" inconnu et le considérer aussi sérieusement qu'il avait envisagé une alliance avec Lénine! Harold était plus qu'heureux de "se rabaisser" et de raconter ses propres erreurs de jeunesse afin de transmettre la grandeur morale de Trotsky.» [15]

Au cours de leur voyage à Coyoacán, les dirigeants du SWP ont inspecté la villa et approuvé les travaux de construction qui permettraient de fortifier l'enceinte contre les attaques. Malgré leur engagement sincère pour la défense de Trotsky, leurs efforts ont été sapés par un niveau inquiétant d'insouciance personnelle. Même s'il reste des questions sans réponse sur le rôle de Sheldon Harte dans l'attaque du 24 mai, rien n'indique que les dirigeants du SWP aient adopté une attitude plus prudente à l'égard de leurs associations personnelles. Étant donné la campagne continue contre Trotsky dans la presse stalinienne, il aurait dû être clair pour les dirigeants du SWP que l'environnement politique à Mexico était dangereux et que la capitale grouillait d'agents de la GPU déterminés à éliminer Trotsky.

Natalia Sedova, Trotsky, une amie et Harold Robins

Néanmoins, le soir du 11 juin, James P. Cannon et Farrell Dobbs ont accepté une invitation à dîner à l'hôtel Geneva, suivie d'un verre dans un autre lieu. L'hôte des deux dirigeants du SWP était Jacson-Mornard. Cette rencontre a été rapportée par Cannon au cours d'une brève enquête interne menée par la direction du SWP après l'assassinat. Cette information a cependant été dissimulée aux membres de la base du parti.

À suivre

[1] «The Kremlin’s Role in the European Catastrophe,» dans Writings of Leon Trotsky 1939–40 (New York: 1973), p. 290

[2] Ibid, pp. 290–91

[3] «Discussions with Trotsky,» dans Writings of Leon Trotsky 1939–40, p. 253

[4] Ibid, p. 254

[5] Ibid

[6] Ibid, p. 260

[7] Ibid, pp. 260–61

[8] Ibid, p. 266

[9] Ibid, p. 267

[10] Ibid, pp. 271–73

[11] Ibid, pp. 280–81

[12] Ibid, p. 282

[13] Ibid

[14] Ibid

[15] A Tribute to Harold Robins, Captain of Trotsky’s Guard, par David North (Detroit: 1987), pp. 8–10

[16] Trotsky: Downfall of a Revolutionary, par Patenaude, Bertrand M. (p. 270). Harper Collins e-books. Kindle Edition.

(Article paru en anglais le 29 août 2020)