L’absence-maladie en bloc des enseignants ferme tout un district scolaire en Arizona, le soutien s'accroît pour une grève nationale

Par Jerry White
18 août 2020

Les enseignants et personnels de soutien de la région de Phoenix, en Arizona, se sont mis en bloc en congé de maladie hier, imposant l’annulation de la première journée de cours en présentiel prévue par le district scolaire J.O. Combs Unified, à environ 80 kilomètres au sud-est de la capitale de l’État. Cette action fait partie de la résistance montante des enseignants et de la dynamique conduisant à une grève nationale pour stopper la réouverture dangereuse des écoles alors que la pandémie continue de faire rage dans tous les États-Unis.

Vendredi, 109 des 600 enseignants et autres employés scolaires de la banlieue de Phoenix s’étaient fait porter malades, défiant les instances de l’académie pour qu’ils retournent physiquement au travail alors même que la zone est un point chaud de COVID-19. Toutes les classes, y compris l’apprentissage virtuel, ont dû être annulées jusqu’à nouvel ordre en raison d’un «manque de personnel» qui était le résultat d’un «volume élevé d’absences du personnel, invoquant des problèmes de santé et de sécurité».

Les responsables du district scolaire adjacent de Queen Creek, également situé dans la vallée de San Tan, ont ordonné de manière provocante aux enseignants de venir dans les bâtiments scolaires lundi pour y donner des cours en ligne. Cela, malgré l’insistance des enseignants qu’ils pouvaient donner des cours virtuels tout aussi facilement et de manière beaucoup plus sûre depuis chez eux. En réponse, des dizaines d’enseignants de Queen Creek ont démissionné.

Lisa Vaaler, une enseignante locale, se joint à d’autres enseignants lors d’une manifestation de #Return2SchoolSafely Motor March, à Phoenix au début de l’année. (AP Photo/Ross D. Franklin)

Les écoles sont rouvertes même si les deux districts ne répondent pas aux critères de reprise scolaire dans la sécurité, fixés par le ministère de la Santé de l’Arizona. En fait, aucun district de l’État ne répond à l’exigence d’une baisse, sur deux semaines, des nouveaux cas hebdomadaires en dessous de 100 pour 100.000, d’un taux d’infection inférieur à sept pour cent sur deux semaines et d’un taux d’hospitalisation restant inférieur à 10 pour cent pendant deux semaines. L’État a fait état de 800 nouveaux cas et de 14 décès dimanche, ce qui porte le total à 193.537 infections et 4.506 décès. Actuellement, l’Arizona a un taux d’infection de 8 pour cent et 80 pour cent des lits de l’USI sont encore occupés.

La semaine dernière, le gouverneur de l’Arizona, Doug Ducey, un proche allié du président Trump, a réitéré sa demande de réouverture des écoles avant le 17 août, en violation des exigences de sécurité de son propre gouvernement. Dans un effort pour se donner une couverture pour cette politique meurtrière, Ducey a déclaré que les fonctionnaires de chaque district devaient décider de la manière de rouvrir les écoles. La semaine dernière, un membre de l’autorité scolaire de Lake Havasu a déclaré: «À un moment donné, nous allons devoir trouver un taux de mortalité acceptable, et personne ne veut avoir cette conversation. Ce commentaire révèle la logique derrière cette décision: chaque district doit proposer un taux de mortalité qui lui permet de rouvrir ses écoles.

Les enseignants de l’Arizona, qui ont mené une puissante grève sauvage dans tout l’État en 2018, se retrouvent à nouveau au premier plan de la lutte. «Je voudrais une grève générale», a déclaré Laura, une enseignante de Phoenix, au «World Socialist Web Site». «Les enseignants ont des familles et ne veulent pas ramener cette maladie à la maison. Je suis diabétique et je suis à haut risque. Je ne veux pas attraper la maladie».

«Bien sûr, l’enseignement va souffrir sans apprentissage en présentiel, mais tant que nous ne maîtriserons pas la situation, des gens vont mourir si les écoles sont rouvertes. Ils savent que des gens vont mourir, mais ils s’en fichent».

«Nous devons mettre un terme à cette situation et organiser une grève nationale. Nous ne pouvons ni nous mettre en danger ni mettre en danger nos enfants et nos familles. Vous préférez vivre et reporter temporairement votre éducation ou aller à l’école et mourir? Si c’est un choix entre retourner à l’école ou vivre, je vivrai, merci bien».

«Nous avons déjà vu des enseignants mourir en Arizona», a déclaré Laura, en évoquant le cas de Kimberley Chavez Lopez Byrd. C’était une enseignante de première année de 61 ans du district scolaire Hayden-Winkelman, un petit district rural au sud-est de Phoenix, qui est décédée le 26 juin. Mme Byrd et deux autres enseignants ont contracté la maladie alors qu’ils donnaient des cours d’été en ligne dans la même classe, bien qu’ils aient respecté la distanciation sociale et les autres mesures de sécurité.

«Ducey dit que c’est aux districts de décider», a-t-elle ajouté, «mais ils menacent ceux qui ne rouvrent pas. Si vous ne prenez pas les enfants, disent-ils, nous donnerons aux parents des bons pour envoyer leurs enfants dans des écoles privées qui ouvriront». En même temps, ils font pression sur les mères et les parents célibataires qui doivent aller travailler et ne peuvent pas se permettre de faire garder leurs enfants. Ils disent qu’on ne peut pas être expulsé, mais des gens sont expulsés de tous les cotés ici. Les parents devraient recevoir la totalité de leurs revenus pour rester à la maison ou les enfants plus âgés pourraient être payés pour aider leurs jeunes frères et sœurs à se connecter à l’Internet pour apprendre en ligne. Nous pouvons le faire, si nous voulons sauver des vies».

Rejoignez la lutte contre la réouverture meurtrière des écoles aux États-Unis!

Lisez et partagez la déclaration du Comité de sécurité des éducateurs de la base (La déclaration du Comité de sécurité des enseignants de la base)

Inscrivez-vous (en anglais) à notre réunion téléphonique du samedi 22 août

Rejoignez (en anglais) et aidez à construire un groupe Facebook

Inscrivez-vous (en anglais) à la lettre d'information des enseignants du WSWS

Comme Trump et sa secrétaire à l’Éducation Betsy DeVos, le gouverneur de l’Arizona, Ducey, affirme que la seule raison de l’ouverture des écoles est de répondre aux besoins éducatifs et émotionnels des élèves. C’est une fraude. Depuis 2009, les Républicains et les Démocrates de l’Arizona ont réduit de 4,56 milliards de dollars le budget des écoles publiques. Tout en accordant en même temps de milliards de dollars de réductions d’impôts aux entreprises, notamment aux géants du cuivre qui dominent l’État. Des réductions encore plus importantes sont maintenant en cours en raison de la crise économique provoquée par la pandémie.

La campagne meurtrière d’ouverture des écoles est une politique bipartite. Le seul but de cette politique est de remettre les parents au travail afin de rembourser les milliers de milliards remis à Wall Street et aux entreprises par le biais de la loi CARES bipartite.

La décision du gouverneur Démocrate de l’État de New York Andrew Cuomo et du maire de New York Bill de Blasio d’ouvrir complètement les écoles de la ville d’ici le 10 septembre pour 1,1 million d’élèves et 135.000 enseignants et personnels de soutien provoque une énorme indignation. La ville a déjà perdu plus de 23.000 personnes à cause du COVID-19. Ces deux responsables, en collaboration avec la Fédération unifié des enseignants (UFT affiliée à l’AFT, voir ci-dessous), avaient laissé les écoles ouvertes jusqu’à ce que les protestations des enseignants finirent par les forcer à les fermer à la mi-mars. Un retard qui a coûté la vie à 50 travailleurs scolaires, dont 21 enseignants, et à d’innombrables autres personnes.

Loin de s’opposer à la réouverture inconsidérée des écoles maintenant, la Fédération américaine des enseignants (AFT) et l’Association nationale de l’éducation (NEA) font tout pour bloquer le mouvement croissant de grève nationale. Les hauts responsables de l’AFT et de la NEA participent à la Convention nationale du Parti démocrate cette semaine en tant que délégués pour promouvoir Biden. Ce dernier a supervisé les attaques contre les enseignants sous l’administration Obama et colporte maintenant le mensonge que les écoles peuvent être rouvertes «en toute sécurité» avec la collaboration des syndicats. Les responsables démocrates de plusieurs districts urbains comme Chicago, Los Angeles et Houston ont conclu des accords avec les syndicats pour que les écoles ne soient rouvertes qu’à distance, mais juste pour dissiper la colère et préparer une réouverture complète.

Au cours des dernières semaines, il y a eu des centaines d’actions de protestation d’ enseignants, de parents et d’élèves contre les conditions dangereuses de réouverture. Des milliers de personnes ont publié des articles et commentaires sur des pages Facebook qui ont vu le jour pour échanger des informations et organiser l’opposition.

Ces derniers jours, des actions de protestations ont eu lieu dans de nombreuses villes, notamment à:

* Bridgeport, Connecticut, où des dizaines d’enseignants se sont rassemblés lors d’une réunion du conseil scolaire jeudi dernier.

* Boston, Massachusetts, où des centaines de personnes ont manifesté la semaine dernière, et le conseil scolaire a annoncé qu’il retarderait la rentrée scolaire du 10 septembre.

* Les enseignants d’Osseo et du comté de Santa Rosa en Floride ont protesté jeudi et vendredi contre les conditions dangereuses et les licenciements d’enseignants. Les enseignants affirment que le modèle hybride d’apprentissage en présentiel et en ligne leur fait courir un risque plus élevé de contracter le COVID-19. «Les écoles ne devraient pas être complètement ouvertes tant que les données ne sont pas compatibles avec la sécurité», a déclaré Lindsey Burdick, enseignante au lycée Park Center Senior High. Nous ne devrions pas avoir à affronter des conditions «relativement sûres». Les chiffres ne sont pas encore connus. Les taux ne sont pas assez bas».

Le 19 août, les enseignants de l’école de recherche en développement de l’université A&M de Floride ont également organisé une manifestation en ligne pour protester contre la reprise de l’enseignement en présentiel, ce qui a obligé à reporter la réouverture au 31 août.

* Dans le comté de Fulton, en Géorgie, les enseignants ont protesté contre l’ordre qui leur a été donné de se présenter dans les salles de classe pour donner des cours en ligne.

* A Sylvania, Ohio, les enseignants ont protesté contre le licenciement des professeurs d’art, de musique et d’autres enseignants.

Cette opposition croissante aux conditions d’insécurité et aux réductions budgétaires doit être unifiée et développée en un puissant mouvement de grève nationale pour stopper l’ouverture des écoles

C’est pourquoi des enseignants, des parents et des élèves de tous les États-Unis ont formé le Comité de sécurité des enseignants de la base. Son but est d’unir les éducateurs, indépendamment des syndicats et mobiliser le plus large soutien de toute la classe ouvrière. Dans une déclaration publiée la semaine dernière, le comité de sécurité a appelé à une grève générale pour exiger la fermeture immédiate de toutes les écoles publiques, privées et à charte. Il exige également le financement intégral de l’enseignement public, l’accès à Internet et l’instruction en ligne. Enfin, il exige la protection intégrale des revenus de tous les parents et personnes s’occupant des enfants et restant à la maison. Pour financer ces mesures, le comité demande la réorientation des milliers de milliards remis à Wall Street et aux entreprises.

Tous les éducateurs, travailleurs scolaires, parents et étudiants qui soutiennent cette initiative devraient rejoindre (en anglais) notre page Facebook et nous contacter (courriel) dès aujourd’hui pour mettre en place des comités locaux dans votre école et votre quartier. Envoyez-nous toute information pertinente, y compris les développements significatifs dans votre district ou votre État, et nous la partagerons largement avec un public mondial.

Nous organiserons une réunion téléphonique nationale (en anglais) le samedi 22 août à 15 heures (12 heures PDT) pour discuter des développements et de la voie à suivre. Nous vous invitons à planifier dès aujourd'hui votre participation (en anglais) à cette réunion essentielle.

(Article paru d’abord en anglais le 17 août 2020)

The author also recommends:

Formez des comités de sécurité indépendants composés d'enseignants, de parents et d'élèves!

[17 août 2020]