Ne touchez pas à Lincoln et au mémorial Émancipation! Il faut défendre l'héritage de la guerre civile!

Par Niles Niemuth
6 juillet 2020

La décision unanime de la commission des arts de Boston (BAC) mardi de retirer le Emancipation Group, un monument public dédié à Abraham Lincoln et à la fin de l'esclavage, est une attaque réactionnaire contre l'héritage progressiste de la guerre civile qui aura de lourdes conséquences.

Le monument public qui doit être enlevé et placé «temporairement» dans un entrepôt est une réplique du mémorial Émancipation à Washington, DC, représentant Abraham Lincoln avec son bras tendu vers un homme autrefois esclave qui se lève, ses chaînes brisées et ses yeux vers le ciel et son poing droit tendu vers l'extérieur. Sur le socle, on peut lire «Émancipation».

Qu'une telle attaque contre Lincoln et l'héritage progressiste de la guerre de Sécession puisse avoir lieu à Boston, le berceau de la révolution américaine qui a tant contribué à la lutte contre la puissance esclavagiste, est une indication de la profonde ignorance historique de la population en général qui a été encouragée par les partis démocrate et républicain pour leurs propres objectifs politiques.

La statue de Boston est une copie du mémorial Émancipation, également connu sous le nom de Emancipation Group et du Freedman's Memorial, qui a été érigé à Lincoln Park, à Washington DC, en 1876. (AP Photo/Steven Senne)

Le mouvement contre la violence policière et le racisme qui a éclaté après l'assassinat de George Floyd est détourné par le Parti démocrate et ses agents vers la droite, transformant les demandes justifiées de démolition des statues confédérées en attaques contre des monuments à George Washington, Thomas Jefferson, Abraham Lincoln, Ulysses S. Grant et des officiers de l'Union abolitionniste comme Robert Gould Shaw et Hans Christian Heg.

La décision de Boston crée un précédent pour le retrait de l'original à Washington, DC pour les mêmes motifs fallacieux. Les protestataires ont déclaré leur intention de démolir le monument, et la démocrate Eleanor Holmes Norton, représentante sans droit de vote de la capitale du pays au Congrès, a annoncé un plan pour introduire un projet de loi autorisant le retrait de la statue «problématique» de Lincoln Park.

Le vote ignoble de la commission des arts de Boston est venu après deux heures de témoignages publics au cours desquelles les portes ont été ouvertes pour un flot de falsifications et de calomnies racistes sur Lincoln et le monument.

Anne Boelcskevy, professeur d'études afro-américaines à l'université de Boston, a déclaré à la commission que passer devant la statue lui donnait la «nausée» et a répété la fausse affirmation selon laquelle l'abolitionniste Frederick Douglass n'aimait pas le monument. Thalia Yunen, spécialiste des relations publiques chez Liberty Mutual Insurance, a déclaré que le monument de l'émancipation était une «microagression» contre les Afro-Américains et les Hispaniques car il dépeint Lincoln comme un «sauveur blanc».

Les pires calomnies ont été lancées par Greg Ux, un entraîneur personnel à Boston et fondateur d'une association de microfinance à but non lucratif, qui a déclaré que Lincoln était un raciste indigne d'un monument puisqu'alors qu'il était président «les idées ségrégationnistes et racistes suintaient de la plus haute fonction du pays».

Seuls quelques commentaires en faveur du monument ont été autorisés lors de l’audience, notamment ceux de Cedric Turner, l'arrière-arrière-arrière-petit-fils d’Archer Alexander, l'affranchi représenté dans le monument. Dorris Keeven-Franke, le biographe d'Alexander, s'est également exprimé en faveur du monument, notant qu'il ne représente pas un esclave à genoux mais «se levant et regardant vers l'avenir». Anne Khaminwa, qui a étudié au MIT, a déclaré à la commission que le monument «capture avec succès le moment où l'esclave émancipé se relève de l'esclavage».

Malgré ces efforts, les racialistes ont dominé. Les opinions de ceux qui ont témoigné contre le monument n'étaient pas simplement les leurs, mais étaient le résultat d'une longue campagne visant à le discréditer.

Un rapport de 2018 produit pour le BAC par Ewa Matyczyk, doctorante en histoire de l'art à l'université de Boston, «Opportunité pour le changement», a déclaré que le monument était «raciste et condescendant» pour avoir dépeint une «figure afro-américaine comme soumise à un homologue blanc». On prétend que la statue «[i]mplique que le mouvement d'abolition et la lutte pour mettre fin à l'esclavage peuvent être attribués à un seul individu».

Malgré les sentiments subjectifs de ceux qui veulent voir le mémorial Émancipation banni de la vue du public, il n'y a rien d'objectivement raciste dans cette statue, qui représente la fin de l'esclavage aux États-Unis. En fait, il s'agit d'un hommage juste à Lincoln.

Bien qu'il ne soit pas ouvertement abolitionniste, le bilan politique de Lincoln avant la guerre de Sécession était remarquable, et il en était venu à être considéré des années avant 1860 comme le principal porte-parole des forces antiesclavagistes aux États-Unis. La slavocratie du Sud a certainement compris ce que cela signifiait lorsqu'il a remporté la présidence, répondant à son accession à la Maison-Blanche par la sécession. Dans la mesure où l'on peut attribuer à n'importe quel individu dans l'histoire un rôle décisif dans la destruction de l'esclavage, il s'agit sans aucun doute de Lincoln.

De plus, la statue ne représente pas Alexander de manière raciste ou comme un sous-homme, mais comme un homme, avec des images tirées de la littérature abolitionniste. Le monument est une célébration de la fin de la forme la plus cruelle de l'oppression et du rôle que Lincoln a joué dans ce processus en tant que leader de la deuxième révolution américaine et auteur de la Proclamation d'émancipation.

Le monument original, payé par les dons d’anciens esclaves, a été commandé par l'abolitionniste William Greenleaf Eliot et créé par Thomas Ball, un éminent sculpteur américain qui a vécu à Florence, en Italie. Pendant son séjour à Florence, Ball a fait partie du cercle artistique des poètes antiesclavagistes Robert Browning et Elizabeth Barrett Browning, ce qui l'a exposé à l’apogée de l'écriture abolitionniste.

Eliot se rappelle avoir vu un petit modèle de Lincoln et d'esclaves libérés lors d'une visite au studio de Ball et a pensé que ce serait un mémorial approprié. C'est sur l'insistance d'Eliot qu'Alexander a été fait le modèle de l'esclave libéré. Ball a travaillé dans un style naturaliste en présentant les figures de Lincoln et d'Alexander d'une manière réaliste et compatissante.

Comme ce fut le cas pour les personnes qui ont témoigné devant la commission des arts de Boston, le discours de Douglass inaugurant le monument en 1876 a souvent été sorti de son contexte ou mal interprété pour déclarer que le principal abolitionniste afro-américain désapprouvait le monument et ne se souciait pas beaucoup de Lincoln lui-même. Alors qu'il décrit ce que les noirs libres et les anciens esclaves considéraient comme les défauts de Lincoln et la lenteur du mouvement vers l'abolition de l'esclavage au début de la guerre, le discours de Douglass est une reconnaissance objective et profondément perspicace du rôle progressiste et monumental de Lincoln dans l'histoire.

Dans le contexte de l'effort pour utiliser Douglass contre Lincoln, il est intéressant de citer longuement son discours de dédicace. Il a commencé par noter ce qu'il considérait comme l'importance du mémorial Émancipation, expliquant que «nous, le peuple de couleur, nouvellement émancipé et nous réjouissant de notre liberté achetée par le sang, vers la fin du premier siècle de la vie de cette République, avons maintenant et ici dévoilé et consacré un monument de granit et de bronze durable, dont chaque ligne, chaque trait et chaque figure sont susceptibles de faire lire aux hommes de cette génération et à ceux des générations suivantes, quelque chose du caractère exalté et des grandes œuvres d'Abraham Lincoln, premier président martyr des États-Unis.»

Il a ensuite expliqué pourquoi les anciens esclaves tenaient Lincoln en très haute estime, indépendamment de ses contradictions:

«Malgré le brouillard et la brume qui l'entouraient; malgré le tumulte, la précipitation et la confusion de l'heure, nous avons pu avoir une vue d'ensemble d'Abraham Lincoln et tenir compte des circonstances de sa position. Nous l'avons vu, mesuré et estimé; non pas par des déclarations erronées à des délégations peu judicieuses et fastidieuses, qui ont souvent mis sa patience à l'épreuve; non pas par des faits isolés arrachés à leur contexte; non pas par des aperçus partiels et imparfaits, pris à des moments inopportuns; mais par une large enquête, à la lumière de la logique sévère des grands événements, et en raison de cette divinité qui façonne nos fins, les façonne à la dure comme nous le voulons, nous sommes arrivés à la conclusion que l'heure et l'homme de notre rédemption s'étaient en quelque sorte rencontrés en la personne d'Abraham Lincoln. Le langage qu'il pouvait employer dans des occasions particulières nous importait peu, lorsque nous le connaissions pleinement, qu'il soit rapide ou lent dans ses mouvements; il nous suffisait qu'Abraham Lincoln soit à la tête d'un grand mouvement, et qu'il compatisse de manière vivante et sincère avec ce mouvement qui, par la nature des choses, doit se poursuivre jusqu'à ce que l'esclavage soit totalement et définitivement aboli aux États-Unis.»

Plus tard dans le discours, il a noté:

«Peu de grands hommes publics n’ont jamais été victimes d'une dénonciation plus féroce qu'Abraham Lincoln ne l'a été sous son administration. Il a souvent été blessé dans la maison de ses amis. Les reproches se sont multipliés de l'intérieur et de l'extérieur, et des quartiers opposés. Il fut assailli par les abolitionnistes; il fut assailli par les esclavagistes; il fut assailli par les hommes qui étaient pour la paix à tout prix; il fut assailli par ceux qui étaient pour une poursuite plus vigoureuse de la guerre; il fut assailli pour ne pas avoir fait de la guerre une guerre d'abolition; et il fut amèrement assailli pour avoir fait de la guerre une guerre d'abolition.

«Mais voici maintenant le changement: le jugement présent est que, le prenant dans sa totalité, mesurant l'ampleur énorme du travail qui l'attend, considérant les moyens nécessaires aux fins, et surveillant la fin depuis le début, la sagesse infinie a rarement envoyé dans le monde un homme mieux adapté à sa mission qu'Abraham Lincoln.»

Douglass comprit qu'il fallait juger Lincoln par son succès ultime dans l'extirpation de l'esclavage des États-Unis, une tâche historique mondiale qu'il avait entreprise avec détermination et qui s'était achevée par la défaite de la Confédération. Lincoln a refusé les demandes de beaucoup de gens qui voulaient qu'il cherche un compromis avec le Sud, qui aurait accepté ses exigences pour la poursuite de l'esclavage. Il a refusé de s'incliner devant les propriétaires d'esclaves. Lincoln est l'auteur politique du 13e amendement, sans parler des 14e et 15e, qui étendent la citoyenneté et le droit de vote.

Comme le montre magistralement le film Lincoln de Steven Spielberg de 2012, le président a utilisé toute sa puissance politique et son ingéniosité pour faire en sorte que le 13e amendement, qui abolit l'esclavage une fois pour toutes, soit adopté par la Chambre des représentants alors que la guerre était toujours en cours. Et dans son dernier discours public, Lincoln s'est prononcé en faveur de l'extension du droit de vote aux hommes noirs récemment émancipés, deux jours seulement après la fin effective de la guerre et quatre jours seulement avant qu'il ne soit assassiné par l'acteur raciste et pro-esclavagiste John Wilkes Booth.

C'est pour cette raison que Lincoln est la figure politique prééminente dans l'histoire des États-Unis. Les ignares qui cracheraient sur Lincoln – qui nient son rôle fondamental dans la destruction de l'esclavage aux États-Unis et qui rejettent l'importance capitale de la Proclamation d'émancipation en tant que document qui a sonné le glas de l'esclavage pour toujours – se retrouvent du côté du meurtrier Booth et des forces de la réaction politique.

Le 4 juillet, le World Socialist Web Site a célébré le 244e anniversaire de la Déclaration d'indépendance en organisant une discussion avec cinq éminents historiens: Victoria Bynum, Clayborne Carson, Richard Carwardine, James Oakes et Gordon Wood. Ils ont évalué les révolutions américaines dans le contexte de leur époque ainsi que leurs conséquences nationales et mondiales. Nous invitons nos lecteurs à écouter cette présentation cruciale.

(Article paru en anglais le 3 juillet 2020)