Plus de la moitié des «millenials» craignent une attaque nucléaire au cours de la prochaine décennie

Par Genevieve Leigh
7 février 2020

Un rapport publié en janvier a révélé qu'une majorité des millennials (génération du millénaire) dans le monde entier craignent qu'une attaque nucléaire ne se produise au cours de la prochaine décennie.

L'étude a été menée par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) qui a interrogé en 2019 16.000 millennials (génération Y ou X, définis dans cette étude comme des adultes âgés de 20 à 35 ans) dans 16 pays: Afghanistan, Colombie, France, Indonésie, Israël, Malaisie, Mexique, Nigeria, Palestine, Russie, Afrique du Sud, Syrie, Suisse, Royaume-Uni, Ukraine et États-Unis.

La moitié des pays de l'étude sont actuellement en conflit militaire.

Étude du CICR «Millennials on War» (Illustrations: Ipsos Interactive Services/Département de visualisation des données et Francis Macard)

Les millennialsconsidèrent que la guerre et les conflits armés font partie des cinq problèmes les plus importants qui touchent les populations du monde entier aujourd'hui. À noter, le chômage et la pauvreté figurent également parmi les cinq problèmes les plus importants pour les millennials.

Malgré la glorification de l'armée par les médias et les politiciens, les jeunes et les travailleurs du monde entier sont très majoritairement hostiles à la guerre et au militarisme sous toutes ses formes.

Le rapport reflète la prise de conscience par les jeunes que les armes nucléaires constituent une menace immédiate pour l'humanité tout entière. L'étude a montré que les jeunes sont massivement opposés à l'utilisation d'armes de destruction massive, sous quelque forme que ce soit – nucléaire, biologique ou chimique – et en toutes circonstances.

Plus de trois millennials sur cinq sont du même avis et s'opposent aux mines antipersonnel à 63 %, et aux bombes à fragmentation à 64 %.

Sans surprise, après neuf ans de guerre alimentée par l'impérialisme américain et ses représentants islamistes, les millennials syriens ont montré les niveaux les plus élevés de désapprobation pour les armes de destruction massive: 96% d’entre eux disant qu'il n'est jamais acceptable d'utiliser des armes chimiques ou biologiques, tandis que 98% ont dit qu'il n'est jamais acceptable d'utiliser des armes nucléaires. Au cours des cinq dernières années, les États-Unis ont procédé à un bombardement direct de la Syrie sous le couvert de la lutte contre ISIS, qui a notamment entraîné la destruction de villes entières du pays.

De nombreux jeunes du monde entier ont tiré leurs conclusions sur la guerre et le militarisme à partir d'une expérience directe.

Sur les 16 pays étudiés, un sur quatre, soit 27 %, a déclaré avoir eu une expérience directe de la guerre et des conflits armés. Pour cette étude, l'expérience directe comprend la participation au combat, le fait d'être blessé, d'être forcé de quitter son domicile, de perdre le contact avec un proche ou toute autre situation pouvant survenir en raison d'un conflit armé.

Ce pourcentage s'élève à près de la moitié si l'on considère les pays qui se trouvent actuellement en plein conflit militaire. Presque tous les millennials syriens interrogés ont connu un conflit, soit 96 %, tout comme plus de la moitié des millennials en Afghanistan.

Les effets dévastateurs et violents de la guerre et du militarisme sont ancrés dans l'expérience de toute une génération. Des millions de travailleurs et de jeunes ont été mutilés, brisés et marqués, et des générations de familles et d'amis ont été touchées par le traumatisme causé en grande partie par l'impérialisme américain.

Étude du CICR «Millennials on War» (Illustrations: Ipsos Interactive Services/Département de visualisation des données et Francis Macard)

Malgré ces expériences horribles, de nombreux éléments indiquent que les jeunes du monde entier restent optimistes quant à l'avenir. Le rapport du CICR a montré qu'une nette majorité de millennials pense que les guerres et les conflits armés sont évitables.

L'International Youth and Students for Social Equality (IYSSE – Étudiants et jeunes internationalistes pour l'égalité sociale), le mouvement de jeunesse et d'étudiants du Parti de l'égalité socialiste (PES), a parlé à des jeunes à travers les États-Unis de bon nombre des questions soulevées dans l'étude du CICR, notamment l'impact de décennies de guerre sans fin sur leur vie, leur attitude face à une troisième guerre mondiale et, peut-être plus important encore, ce qu'ils considèrent comme la voie à suivre dans la lutte contre la guerre.

Sebastian, un étudiant de 32 ans à l'Université de Californie, Berkeley, a déclaré à l'IYSSE qu'il pensait qu'«une troisième guerre mondiale ne pourrait que signifier la destruction complète et rapide de l'humanité telle que nous la connaissons».

Il a ensuite expliqué les guerres qui ont été orchestrées par les États-Unis de son vivant: «Les États-Unis ont été en guerre, ouvertement ou secrètement, toute ma vie. Les guerres s'étendent à toutes les administrations et ne connaissent aucune ligne de parti. Il y a eu la campagne de terreur de Reagan contre l'Amérique centrale, l'invasion du Panama par George Bush père et le début de la guerre du Golfe, l'invasion d'Haïti par Clinton, la campagne de George W. Bush contre la «terreur» qui est devenue la plus longue guerre que nous n’ayons jamais connue. Et puis il y a Obama qui a promis qu'il allait nous sortir de la guerre mais qui, au lieu de cela, nous a fait passer de deux à sept guerres».

Sebastian, exprimant un sentiment largement ressenti par les travailleurs et les jeunes du monde entier, a expliqué pourquoi il est opposé à la guerre, en notant: «Je suis contre la guerre parce que je pense que la guerre ne sert que ceux qui sont au pouvoir et qu'elle sacrifie les pauvres au nom de l'“empire”».

«Je crois en la solidarité avec tous les peuples du monde», a-t-il ajouté.

Karsten

Karsten, qui a 20 ans et vient de New York, a déclaré à l'IYSSE qu'il croyait que «la guerre sert à accroître la fortune personnelle de l'élite dirigeante».

Reliant la question des guerres à l'étranger à l'attaque au pays contre les travailleurs, Karsten a déclaré qu'il pense que la guerre sert un double objectif pour l'élite dirigeante: «Je pense qu'ils se tourneront vers la guerre afin d'étouffer la poussée croissante de changement social parmi les travailleurs et les jeunes que nous avons vu émerger».

Karsten a expliqué qu'il considérait le Parti démocrate comme un obstacle à la mobilisation de la classe ouvrière contre la guerre: «Je pense que pour s'opposer à la guerre, la classe ouvrière doit se séparer du Parti démocrate et de tous les éléments soi-disant progressistes du Parti démocrate, tels que les DSA ou Sanders.»

Il a ajouté: «Sanders a prouvé qu'il faisait partie de l'establishment du Parti démocrate. Je pense que s'il était élu, il soutiendrait en fait la guerre. Il a été démontré qu'il soutient l'impérialisme américain par ses votes pour le financement de la guerre en Irak et son vote pour la guerre avec l'Afghanistan».

Noel, 19 ans, de Chicago, a déclaré qu'il pense qu'une troisième guerre mondiale «serait une catastrophe mondiale d'une ampleur jamais vue auparavant et qui ne se reproduirait probablement jamais».

S'exprimant sur la voie à suivre dans la lutte contre la guerre, Noel a déclaré qu'il était d'accord avec l'IYSSE: «Ce n'est que par un véritable mouvement ouvrier uni et de masse que nous pourrons éviter une troisième guerre mondiale».

Pour voir d'autres interviews de jeunes et d'étudiants américains sur la lutte contre la guerre, regardez notre vidéo récemment publiée. L'IYSSE encourage tous les jeunes et les étudiants qui veulent se battre contre la guerre, le militarisme et la dictature et pour le socialisme, l'égalité et la paix à rejoindre l' IYSSE dès maintenant.

(Article paru en anglais le 4 février 2020)