Le gouvernement iranien tue des centaines de personnes pour tenter de réprimer les pires protestations depuis des décennies

Par Jean Shaoul
4 décembre 2019

Selon des informations émanant d'organisations internationales de défense des droits humains, de groupes d'opposition et de journalistes locaux, les forces de sécurité du président iranien Hassan Rouhani ont tué plus de 400 personnes depuis le déclenchement des manifestations de masse des travailleurs et des jeunes le 15 novembre. Les soulèvements ont été déclenchés par une hausse soudaine du prix de l'essence et par des difficultés économiques généralisées. Par ailleurs, 2 000 autres personnes auraient été blessées et 7 000 arrêtées pendant la répression gouvernementale.

Compte tenu du blocage de cinq jours d'Internet par le gouvernement et de l'hostilité des médias occidentaux à l'égard de l'Iran, il est difficile de savoir dans quelle mesure ces chiffres sont exacts et la véracité des affirmations et des réfutations sur l'identité des responsables de la répression brutale de ces manifestations.

Le gouvernement a reconnu que 12 personnes avaient été tuées après trois jours de manifestations, tandis qu'Amnesty International a affirmé qu'au moins 161 personnes avaient été tuées dans 10 provinces, la plupart à la suite de tirs à balles réelles. Selon le New York Times, qui a des liens étroits avec l'appareil militaire et de sécurité américain, le nombre de victimes de la répression du gouvernement au cours des deux dernières semaines se situe entre 180 et 450.

Le ministre de l'Intérieur Abdolreza Rahmani Fazli a déclaré que 731 banques, 140 espaces publics, neuf centres religieux, 70 stations-service, 307 véhicules, 183 voitures de police, 1 076 motos et 34 ambulances ont été attaqués et endommagés. Il a déclaré qu'il y avait eu des manifestations dans 29 des 31 provinces et que 50 bases militaires avaient été attaquées. Si c'est vrai, cela implique un niveau de coordination inédit lors des précédentes manifestations en 2009 et 2017-18, ou même ailleurs dans les mouvements de protestation au Moyen-Orient.

Hamed, un acteur vivant dans une banlieue de l'ouest de Téhéran, s'adressant au Financial Times au sujet des manifestants qui ont mené les attaques, a déclaré : " Ils étaient comme un gang, marchant dans les rues avec des visages couverts, détruisant des cibles spécifiques comme des banques " et ils avaient l'air " de professionnels avec des outils sophistiqués. Il a ajouté que certains d'entre eux "ont dû être dirigés par des forces étrangères ". Le corps des Gardiens de la révolution islamique (GRI) a affirmé que certains des manifestants portaient des outils qui n'étaient normalement pas disponibles en Iran. Mais d'autres ont suggéré que les attaques n'auraient pu avoir lieu que si les Gardiens de la révolution islamique avaient dirigé au moins certains des manifestants afin de fournir un prétexte pour la répression.

Les protestations ont commencé en réaction à un nouveau système de rationnement du carburant (qui n'autorise que 60 litres par mois pour chaque véhicule de tourisme (plus pour les taxis et les véhicules commerciaux) passant à 15 000 rials par litre - une augmentation de 50 % et passant à 30 000 rials - une augmentation de 300 % pour les achats plus importants au delà de 60 litres. Mais elles se sont rapidement étendues à des revendications sociales, économiques et politiques. Des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue, érigeant des barrages routiers.

Les prix de l'essence en Iran étant parmi les plus bas du monde, de nombreuses personnes utilisent leur voiture comme taxi non officiel pour compléter leurs maigres revenus qui ont été rongés par l'inflation suite à l'imposition unilatérale de sanctions par Washington et, surtout, la menace de sanctions secondaires contre les pays commerçant avec l'Iran. Depuis, les ventes de pétrole brut sont passées de 2,8 millions de barils par jour (b/j) à moins de 500 000 b/j, réduisant ainsi les recettes en devises.

Cette situation, conjuguée à des années d'austérité imposée par les gouvernements successifs avec l'appui de toutes les factions de l'establishment politique iranien, a entraîné une montée en flèche de l'inflation, un chômage de masse, une baisse des revenus et des inégalités sociales toujours plus marquées. Elle a chassé de nombreux jeunes des centres-villes vers les banlieues et les villes satellites, où se sont produits la plupart des troubles. Elle souligne le caractère totalement réactionnaire du régime clérical bourgeois qui a intensifié ses attaques contre la classe ouvrière en même temps qu'il cherchait à trouver un compromis avec les puissances impérialistes.

Dans un premier temps, le gouvernement a affirmé que la hausse des prix était nécessaire pour lutter contre la contrebande et qu'elle était conforme aux recommandations du FMI. Bien que la banque centrale iranienne ait nié avoir demandé un prêt au FMI, elle a rapidement changé de cap lorsque l'ampleur des protestations est devenue évidente. Reconnaissant qu'il y avait de la colère populaire et justifiable, les ministres du gouvernement ont insisté sur le fait que l'objectif réel de la hausse du prix de l'essence était de fournir un plus grand soutien financier aux familles appauvries grâce à un système de paiements mensuels en espèces, initialement introduit en 2011, qui bénéficierait en définitive à près de 60 millions de personnes, plus de 70 % des 82 millions de personnes que compte le pays.

Il y a de toute évidence d'énormes divisions et de la nervosité au sein de l'élite dirigeante quant à la manière de gérer les protestations. Au départ, certains des rivaux conservateurs sociaux de Rouhani se sont opposés à la hausse des prix, mais après que le dirigeant suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, a exprimé son soutien à Rouhani, ils ont reculé.

Khamenei a qualifié les violences comme étant l'œuvre d'une " conspiration très dangereuse ", tandis que le gouvernement de Rouhani a accusé les " voyous " liés aux dissidents iraniens en exil et les principaux ennemis extérieurs du pays, les États-Unis, Israël et l'Arabie saoudite. Le Corps des gardiens de la révolution islamique (GRI), créé en 1979 pour défendre le régime clérical bourgeois de l'Iran, a déclaré que les Etats-Unis avaient soutenu les manifestations en déployant une " guerre psychologique " et des " mercenaires locaux " afin d'exercer une pression maximale sur Téhéran.

Certaines des pires violences auraient eu lieu dans la ville de Mahshahr, dans le sud de la province du Khuzestan, près du plus grand complexe pétrochimique industriel d'Iran et de la porte d'entrée de Bandar Imam, un port important, où les forces gouvernementales ont encerclé et abattu 40 à 100 manifestants, pour la plupart des jeunes hommes non armés, dans un marais où ils avaient trouvé refuge. Mohamad Golmordai, membre du parlement de la ville, a attaqué le gouvernement lors d'un accès de colère qui a conduit à une bagarre au parlement qui a été diffusée à la télévision publique iranienne et est devenue virale sur les médias sociaux. Il a demandé: " Qu'avez-vous fait que le Shah indigne n'a pas fait ? " Il s'agissait d'une référence à la répression sanglante du mouvement de protestation en 1978 qui a fait tomber le régime tyrannique du Shah l'année suivante.

Mir Hussein Moussavi, chef du mouvement Vert de l'opposition et candidat à l'élection présidentielle de 2009, a accusé Khamenei de ces meurtres. Moussavi avait prétendu que les résultats des élections avaient été truqués, déclenchant des manifestations de masse, et il est assigné à résidence depuis 2011. Lui aussi a comparé la répression au massacre de 1978 par les forces du Shah.

Il ne fait aucun doute que les États-Unis, l'Arabie saoudite, les monarchies du Golfe et Israël cherchent à exploiter la crise croissante à laquelle l'Iran est confronté. L'objectif déclaré de la campagne américaine de " pression maximale " de sanctions unilatérales, équivalant à un blocus économique, est de réduire à zéro les exportations de pétrole du pays, tout en lui refusant l'accès au système bancaire mondial. Cet acte de guerre économique vise à assurer la chute du régime nationaliste iranien, à réduire son influence dans la région et à installer un gouvernement qui prendra ses ordres de Washington, isolant ainsi la Chine et la Russie.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou cependant fait pression sur l'administration Trump depuis des mois pour qu'elle adopte une position plus militariste contre l'Iran.

La Maison-Blanche a annoncé que le président Donald Trump s'était entretenu dimanche au téléphone avec le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour discuter de l'Iran et d'autres questions régionales. C'était seulement la deuxième fois que les deux se sont exprimés depuis que le bloc religieux d'extrême droite de Nétanyahou n'a pas réussi à obtenir la majorité absolue lors des élections israéliennes du 17 septembre, la deuxième cette année.

En octobre, Netanyahou accusait l'Iran de " chercher à resserrer son emprise au Liban, en Syrie, en Irak, au Yémen et dans la bande de Gaza. Elle ne cesse de s'armer, d'équiper ses alliés locaux d'armes dangereuses, d'assaillir la liberté de navigation sur les routes maritimes internationales. Il a abattu un gros drone américain et a lancé une attaque sans précédent contre des champs de pétrole en Arabie saoudite. " Il a ajouté qu'Israël " se souviendra toujours et suivra la règle fondamentale qui nous guide : Israël se défendra seul face à toute menace. "

Plusieurs hauts responsables militaires américains se sont rendus en Israël ou ont eu des discussions avec leurs homologues de l'armée israélienne au sujet de l'Iran et des tensions croissantes sur le rôle et l'influence de Téhéran en Syrie, en Irak, au Liban et au Yémen. M. Netanyahou espère obtenir une rencontre avec le secrétaire d'État américain Mike Pompeo à Lisbonne plus tard cette semaine. La semaine dernière, Pompéo a menacé d'imposer de nouvelles sanctions à l'Iran pour les violations des " droits de l'homme " en réprimant les manifestations.

Sa menace fait suite aux remarques du chef du Commandement central américain, le général Kenneth McKenzie, qui a affirmé que, malgré le renforcement de la puissance militaire américaine dans le Golfe, la menace de l'Iran ne cessait de croître. De telles remarques, qui n'ont aucun fondement dans la réalité, indiquent le danger croissant d'une guerre dans la région qui impliquerait toutes les grandes puissances.

(Article paru en anglais le 3 décembre 2019)