Il y a 75 ans: Toulon et Marseille libérées de l'occupation nazie

31 août 2019

Cette semaine en août 1944, les troupes françaises et les partisans de la Résistance, ainsi que les forces alliées britanniques et américaines, ont remporté une victoire décisive contre l'occupant nazi dans les villes portuaires stratégiques de Toulon et de Marseille. La défaite des forces allemandes faisait suite au débarquement réussi des troupes alliées dans le sud de la France au début du mois et à la libération de Paris quelques jours auparavant.

Les deux villes portuaires n'étaient pas propices à un débarquement amphibie des Alliés, en raison des lourdes fortifications allemandes, ce qui signifiait qu'elles devaient être prises par un assaut terrestre.

À partir du 16 août, les bombardiers alliés ont effectué près de 30 raids visant des batteries d'artillerie et des postes de sous-marins allemands autour de Toulon. Les violents combats du 18 août ont forcé les unités défensives allemandes à se replier dans la ville. Le même jour, les Forces françaises libres ont lancé un important assaut sur Toulon, impliquant plus de 16.000 soldats. Au cours des jours suivants, leur nombre augmenterait à environ 50.000.

French resistance fighters

Au cours des jours suivants, les troupes françaises remportent une série de victoires en combat rapproché dans la banlieue de Toulon. Le 23 août, les forces françaises dominaient toute la ville, entraînant le renversement de la plupart des positions allemandes le lendemain. Les Forces françaises libres se sont tournées vers la base navale allemande, avec un bombardement d'artillerie massif. Toute voie d'évacuation étant bloquée, le commandement allemand s'est rendu le 28 août.

Les Forces françaises libres ont commencé leur approche de Marseille au moment même où leurs homologues assuraient la victoire dans une grande partie de Toulon. Les revers subis par les occupants allemands ont incité les groupes de résistance à prendre le contrôle de la préfecture de Marseille et d'autres positions stratégiques dans toute la ville. Les troupes nazies ont été incapables de vaincre les combattants de la résistance pourtant mal armés en raison de leur focalisation sur les troupes alliées qui s'approchaient et du large soutien populaire au soulèvement.

Le 24 août, la 3ème division d'infanterie algérienne a occupé le centre de Marseille, après l'entrée des Forces françaises libres dans la ville qui ont rencontré peu de résistance. Au cours des jours suivants, les poches défensives allemandes ont été éliminées de manière décisive. La garnison allemande se rendit le 27 août et, deux jours plus tard, les unités de la marine installées sur des îles très fortifiées situées près de la ville se rendirent aux alliés.

Les autorités britanniques et américaines ainsi que les Forces républicaines du général Charles de Gaulle ont agi rapidement pour s'assurer le contrôle de la situation. De Gaulle a insisté sur la nécessité de «l'unité nationale» et a immédiatement décidé d'intégrer les groupes de la résistance française dans l'armée nationale régulière afin de les empêcher de remettre en cause le rétablissement d'un État capitaliste français. Le Parti communiste stalinien a joué un rôle central dans le désarmement des partisans et leur subordination à l'élite dirigeante française.

(Article paru en anglais le 30 août 2019)