Il y a 75 ans: Paris libéré de l'occupation nazie

Par WSWS
23 août 2019
Parisiens combattants durant la libération de Paris en 1944

Le 25 août 1944, l'armée allemande qui occupait Paris depuis 1940 a abandonné la capitale française après une offensive réussie des troupes alliées et une grande insurrection de la résistance française. Cette défaite fut un coup important au régime nazi, elle faisait suite à l'invasion réussie du nord de la France par les armées britanniques et américaines en juin, et au débarquement des alliés dans le sud quelques semaines auparavant.

La défaite des nazis à Paris avait lieu dans un contexte de lutte quasi-insurrectionnelle des travailleurs de la ville. Le 15 août, les ouvriers dans plusieurs industries importantes, dont la poste et les réseaux de transport publics, avaient lancé des grèves. Ces arrêts du travail étaient une réaction à l'envoi de plus de 2000 prisonniers politiques dans les camps de concentration en Allemagne. Les travailleurs dans toute la ville ont rapidement rejoints ces actions, et cela est devenu une grève générale le 18 août.

Ces plans pour un soulèvement dans la capitale coïncidaient avec la défaite des nazis dans la bataille de Normandie, et la nouvelle qui se répandait largement de l'avancée des alliés vers Paris. Le 22 août les troupes allemandes ont commencé à quitter la ville, des barricades ont été érigées à Paris par la résistance française, et les combats ont commencés.

Les premières unités alliées, la deuxième division blindée française et la quatrième division d'infanterie américaine, sont entrées dans Paris le 24 août. Elles ont menées une série de raids réussis contre les dernières positions allemandes dans la ville. Le jour suivant, le commandement allemand se rendait officiellement.

Charles de Gaulle, chef du gouvernement provisoire de la République française, allié aux britanniques et aux américains, se ruait à Paris pour prendre le contrôle de la situation. Dans un discours diffusé à la radio, il a déclaré: «Puisque l’ennemi qui tenait Paris a capitulé dans nos mains, la France rentre à Paris, chez elle. Elle y rentre sanglante, mais bien résolue.»

En même temps, De Gaulle insistait sur la nécessité de l'«unité nationale» et de la discipline militaire. Lui et les puissances alliées étaient profondément inquiets que le soulèvement à Paris puisse catalyser un mouvement de la classe ouvrière non seulement contre les nazis, mais aussi contre la classe capitaliste française, dont une grande partie avait collaborée avec l'occupation allemande. L'objectif de De Gaulle était d'établir une république bourgeoise, et d'empêcher toute intervention indépendante de la classe ouvrière pour la suite.

(Article paru en anglais le 19 août 2019)