Pourquoi la question des réparations pour l'esclavage est-elle abordée lors des élections américaines de 2020?

Par Niles Niemuth
22 juin 2019

Une audience controversée s’est tenue mercredi devant la Commission judiciaire de la Chambre des représentants des États-Unis au sujet d’un projet de loi, H. R. 40. Ce projet de loi créerait une commission du Congrès chargée de réfléchir à des excuses nationales et des réparations pour l’esclavage et la discrimination raciale et économique dont sont victimes les Afro-Américains.

La représentante démocrate Sheila Jackson Lee de Houston, Texas a parrainé le projet de loi. L’ancien membre du Congrès John Conyers a présenté le projet de loi la première fois en 1989 et à chaque session annuelle depuis presque trois décennies. Mercredi, cependant, c’était la première fois que le comité plénier a examiné un projet de loi relatif aux réparations pour esclavage.

En dépit d’une large couverture médiatique, y compris en première page et dans les éditoriaux du New York Times, il n’y a pas de montée en puissance massive du sentiment populaire en faveur des réparations. En fait, un sondage réalisé en 2018 a révélé que seulement 26 pour cent des Américains étaient en faveur de réparations monétaires pour les descendants d’esclaves.

Au moment où l’inégalité sociale est le moteur d’un mouvement croissant de travailleurs et de jeunes. Cette question est délibérément promue par le Parti démocrate pour injecter les divisions raciales au cœur de la campagne électorale de 2020.

Tulsi Gabbard, Eric Swalwell et Tim Ryan, trois des quatre représentants démocrates en lice pour la candidature du parti à la présidentielle ont co-parrainé la formation d’une commission. Le projet de loi a également l’appui des sénatrices Elizabeth Warren et Cory Booker du Massachusetts et du New Jersey, toutes deux candidates à la présidence. Booker a été la première personne à témoigner à l’audience de mercredi.

Le panel comprenait un échantillon représentatif d’Afro-Américains privilégiés de la classe moyenne supérieure. Un exemple est l’auteur Ta-Nehisi Coates, un fervent partisan de Barack Obama qui s’est prononcé en faveur des réparations. Un autre est Burgess Owens, footballeur américain à la retraite, qui a utilisé son temps pour dénoncer les réparations du point de vue de l’extrême droite et a livré une tribune qui dénonçait le socialisme et le marxisme.

L’appel aux réparations soulève des questions politiques et historiques complexes qui ne sont abordées nulle part par ceux qui adhèrent à la demande.

Sans survivants vivants de l’«institution particulière» de l’esclavage, il est impossible de le placer dans le cadre des réparations légales:

Comment ces réparations seraient-elles versées et par qui? Par les descendants directs des esclavagistes? Seulement par ceux qui ont eu des ancêtres vivant aux États-Unis pendant la période de l’esclavage? Par tous les blancs? Ou serait-elle extraite de la société dans son ensemble?

Par quel mécanisme, en outre, serait-il établi qui peut prétendre à des réparations pour l’esclavage? Étant donné que la race n’a aucun fondement biologique, les partisans de la réparation reviendraient-ils à la règle raciste d’une seule «goutte» de ADN noir qui a prévalu dans le Sud pour déterminer qui est noir?

Ou s’opposeraient-ils à ce que l’on verse des réparations aux nombreux Américains dont les ancêtres esclavagistes africains s’identifient comme blancs et, par conséquent, bénéficient vraisemblablement du «privilège blanc»?

En outre, pourquoi limiter les réparations aux Afro-Américains? L’histoire des États-Unis est celle d’innombrables tragédies et injustices historiques qui touchent tous les segments de la classe ouvrière, des Irlandais, des Chinois et des Allemands aux Italiens et aux Juifs. Et bien sûr, il y a les nombreuses tribus d’Amérindiens qui se sont fait voler leurs terres et dont le gouvernement fédéral a fait et rompu régulièrement les traités. Comme beaucoup d’entre eux vivent encore aujourd’hui dans des réserves éloignées, ils souffrent de taux de pauvreté et de violence policière encore plus élevés que les Afro-Américains.

Les partisans des réparations transforment la race en la catégorie fondamentale qui est le cadre essentiel pour comprendre toute l’histoire américaine. Ces partisans considèrent l’esclavage que comme un épisode d’un règne de «suprématie blanche» qui perdure. Selon cette théorie cette dernière s’est simplement poursuivie après la guerre civile sous une autre forme d’oppression raciale. La ségrégation Jim Crow et la discrimination en matière de logement, et se poursuite dans la période actuelle avec l’incarcération de masse des Afro-Américains.

[Jim Crow, un personnage qui incarne la pire parodie d’un Afro-Américain, dont le nom est devenu le leitmotiv pour les lois de ségrégation des races dans le sud des États-Unis des années 1870 jusqu’au années 1960]

En fait, l’esclavage était un système d’exploitation socio-économique de portée mondiale qui s’étendait du cœur du continent africain aux plantations de sucre des Caraïbes et aux chantiers navals de la Grande-Bretagne. Elle a été abolie aux États-Unis il y a plus de 150 ans après une guerre civile monumentale, la Deuxième Révolution américaine.

Ceux qui promeuvent les réparations font preuve d’une indifférence totale à l’égard de l’expérience historique réelle. Ils ignorent et ignorent l’importance de la guerre civile, dans laquelle la classe ouvrière a joué un rôle crucial. Les centaines de milliers de personnes qui ont payé de leur vie la liberté des esclavagistes étaient en très grande majorité blanche, motivées par une lutte idéologique et politique contre l’esclavage.

Les penseurs politiques les plus avancés de l’époque avaient compris qu’il existait un lien fondamental entre le développement d’un mouvement ouvrier contre le capitalisme et l’élimination de l’esclavage. Karl Marx notait dans Le Capital: «[T]oute velléité d’indépendance de la part des ouvriers est restée paralysée aussi longtemps que l’esclavage souillait une partie du sol de la République. Le travail sous peau blanche ne peut s’émanciper là où le travail sous peau noire est stigmatisé et flétri.»

Au lendemain de la guerre civile, l’oppression des Afro-Américains était liée au développement du capitalisme moderne et à la lutte des classes. Les élites et les démagogues ont alimenté le racisme pour diviser les travailleurs blancs et noirs. Des groupes tels que le Ku Klux Klan ont mené des campagnes de terrorisme et de lynchages pour faire respecter les divisions entre noirs et blancs, qu'ils soient ouvriers ou métayers.

Le mouvement des droits civiques s’est développé dans les années 1950 et 1960 comme un mouvement de masse. Un mouvement qui unissant les Noirs et les Blancs, dans la lutte pour l’application de l’égalité juridique pour tous. À la fin de sa vie, l’un des dirigeants de ce mouvement, Martin Luther King, Jr, a appelé à une marche des peuples pauvres pour exiger la justice économique pour tous, sans distinction de race.

Dans le demi-siècle qui s’est écoulé depuis la fin du mouvement pour les droits civiques, Le Parti démocrate a déployé des efforts considérables. Ces efforts étaient de séparer les problèmes sociaux auxquels sont confrontés les travailleurs afro-américains de l’ensemble de la classe ouvrière. Le résultat de politiques telles que l’Action affirmative (pour des quotas raciaux) a été un désastre social pour les plus démunis et l’enrichissement d’une minuscule couche de millionnaires et de milliardaires noirs.

La ligne de démarcation fondamentale de la société américaine — et du capitalisme mondial dans son ensemble — est celle de la classe et non celle de la race, de la nationalité ou du sexe. Le projet de loi sur les réparations fait référence au fait que les Afro-Américains ont «un taux de chômage deux fois plus élevé que le taux de chômage actuel des Blancs et une moyenne de moins de 1/16 de la richesse des familles blanches, une disparité qui s’est aggravée, et non améliorée avec le temps». Il ne dit rien, cependant, de la disparité de classe parmi les Afro-Américains, ou parmi les Blancs. Jamais l’écart de richesse entre les noirs riches et les noirs de la classe ouvrière n’a été aussi grand, et il en va de même pour tous les autres, quelle que soit la couleur de leur peau.

Les problèmes fondamentaux auxquels sont confrontés les travailleurs afro-américains — chômage, pauvreté, dette, attaques contre les salaires et les soins de santé, violence policière, guerre — sont les problèmes auxquels font face tous les travailleurs, blancs et noirs, immigrants et natifs. Dans ces conditions, proposer qu’un programme social soit développé au profit de l’une ou l’autre ethnie est répugnant.

La demande de réparation monétaire a l’odeur désagréable d’une arnaque financière. Des éléments comme Coates et Booker ne parlent pas au nom de la classe ouvrière. Ils parlent au nom d’une couche de la classe moyenne supérieure qui cherche à affecter une répartition plus équitable de la richesse au sommet de la société. Si un programme de réparation raciale était adopté par le Congrès, on peut être certain qu’il ne profiterait qu’aux Afro-Américains de la classe moyenne supérieure et laisserait les travailleurs chercher des miettes sous la table.

Elle a, en outre, le caractère clair d’une escroquerie politique. Dans des conditions de lutte de classe internationale croissante, son but est de diviser les travailleurs les uns contre les autres et de préserver le système social et économique, le capitalisme, qui est à l’origine de tous les maux, y compris le racisme, auxquels la classe ouvrière dans son ensemble est confrontée. À cet égard, il remplit une fonction similaire à celle des appels fascistes de Trump au chauvinisme anti-immigré.

Le parti de l’égalité socialiste ne soutient pas les réparations. Elle lutte pour l’unité de la classe ouvrière dans la lutte pour l’égalité véritable. La vaste richesse monopolisée par les riches doit être expropriée, et les sociétés géantes doivent être transformées en services publics contrôlés démocratiquement, gérés sur la base des besoins sociaux et non du profit privé. C’est la lutte pour le socialisme, aux États-Unis et dans le monde entier.

(Article paru d’abord en anglais le 21 juin 2019)