Une veillée devant l’ambassade équatorienne à Londres exige la libération de Julian Assange et de Chelsea Manning

Par nos correspondants
12 mars 2019

Un rassemblement animé et déterminé a eu lieu hier devant l’ambassade équatorienne à Londres, organisé par le Comité de la défense Julian Assange et soutenue par le Socialist Equality Party (SEP, Parti de l’égalité socialiste) et le World Socialist Web Site.

Les personnes réunies ont réclamé la liberté du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, et de la lanceuse d’alerte américaine Chelsea Manning. Le rassemblement faisait suite à d’autres événements organisés par le Parti de l’égalité socialiste en Australie, le pays d’origine d’Assange, au cours de la semaine dernière. Le premier a eu lieu à Sydney le 3 mars et le second à Melbourne le 10 mars.

Parmi les orateurs figurait le secrétaire national du SEP Chris Marsden

De nombreuses pancartes arboraient des slogans, dont «Libérez Julian Assange, «Défendez la liberté de parole!», «Non à la censure sur Internet», «États-Unis – Ne touchez pas à Assange!», «États-Unis, libérez Chelsea Manning!», «Pas d’extradition américaine» et «La liberté d’Assange est notre liberté ». Les manifestants ont scandé «Libérez, libérez, Assange! « Ne touchez pas à Assange!»

La manifestation pour libérez Assange

Les événements de Melbourne et de Londres ont eu lieu après l’emprisonnement de Chelsea Manning, qui a héroïquement refusé par principe de répondre à toute question devant un grand jury secret enquêtant sur WikiLeaks et Assange.

Emmy Butlin du Comité de la défense Julian Assange, qui proteste devant l’ambassade depuis qu’Assange a été forcé de se réfugier sur place en 2012, a ouvert le rassemblement. «Cela fait trois ans au 5 février depuis que, le Groupe de travail des Nations Unies sur la Détention arbitraire a publié sa décision en faveur d’Assange, exigeant qu’il soit libéré et indemnisé. Malgré cette décision directe et claire, le Royaume-Uni a refusé de respecter ses obligations internationales et, le 23 février, Julian Assange a ainsi achevé 3000 jours de détention arbitraire.»

En ce qui concerne l’emprisonnement de Chelsea Manning, elle a déclaré: «Nous honorons la position de principe courageuse qu’elle a toujours adoptée. Nous manifesterons notre solidarité avec la résistance de Chelsea, comme nous le faisions auparavant, avec des banderoles, des affiches et des tracts, et en défilant au prochain London Pride [festival]. S’il vous plaît, soutenez Chelsea en faisant un don à son fonds de défense juridique.»

Butlin a déclaré: «Plus tôt aujourd’hui en Australie, un rassemblement organisé à Melbourne par le Parti de l’égalité socialiste, a exigé au gouvernement australien de prendre des mesures immédiates pour garantir la liberté du fondateur et citoyen australien de WikiLeaks, Julian Assange.»

Sous les applaudissements enthousiastes, elle a poursuivi: «Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et assister à son épreuve en restant indifférent. […] Nous sommes reconnaissants pour les rassemblements en Australie et inspirés par eux.»

Marsden a remercié les organisateurs du rassemblement et a cité les grandes réalisations d’Assange et de WikiLeaks, notant qu’ils avaient rendu public «La vidéo du « meurtre collatéral"» montrant les forces américaines abattant des Irakiens soupçonnés d’être des militants et assassinant deux journalistes; l’assassinat systématique de civils dans ce conflit; l’existence d’escadrons de la mort américains en Afghanistan; ce qui se passe réellement à Guantanamo Bay; L’espionnage et les opérations secrètes des États-Unis dans le monde entier – contre les ennemis et les alliés confondus.»

Chris Marsden, secrétaire national du SEP prenant la parole

Marsden a déclaré: «Chelsea Manning, comme Julian Assange, est un héros. Elle a été emprisonnée, maltraitée et torturée pendant sept ans pour avoir dénoncé les crimes de guerre perpétrés par les États-Unis en Irak et en Afghanistan.» Elle «est prise pour cible pour essayer de coincer enfin Assange. Leurs destins restent inextricablement liés. On fait pression sur elle pour qu’elle témoigne afin qu’Assange puisse être condamnée à une peine plus sévère que les 35 années qu’elle devait purger initialement à partir de 2013.»

Marsden a ajouté: «Assange est détenu involontairement et s’il quitte l’ambassade, il sera envoyé aux États-Unis par le gouvernement britannique. Quiconque dit autre chose est un menteur et un complice dans ses tentatives de capturer Assange et faire taire WikiLeaks,

«Les grands médias ont nié la vérité pendant des années. Des organes de presse pourris comme le Guardian exigeaient qu’Assange accepte de se rendre en Suède, sachant qu’il se retrouverait dans une prison américaine.

«La plupart de ce qui se fait passer pour «la gauche», que nous avons appelée des groupes pseudo-gauchistes tels que le Socialist Party et le Socialist Workers Party, a proclamé sa solidarité avec le parquet suédois! Depuis 2012, ils n’ont jamais écrit une seule fois pour défendre Assange.»

«Jeremy Corbyn a fait de même dès son élection à la direction du Parti travailliste et a gardé le silence jusqu’à ce jour. Il n’a rien fait pour défier le complot contre Assange ni contre les atteintes aux libertés démocratiques par l’appareil d’État. Et il ne le ferait pas, même s’il devait former un gouvernement.»

Marsden a averti: «Nous vivons une nouvelle ère de procès-spectacles, de surveillance de masse, de censure des médias, à la fois officiel et volontaire, de coups montés et de chasses aux sorcières.»

Sous les applaudissements, il a poursuivi: «Julian Assange est la victime la plus en vue de ce tournant vers la répression étatique et son adversaire le plus ferme et le plus courageux.»

«Le Parti de l’égalité socialiste est déterminé à briser le mur de silence érigé par les médias traditionnels et à mobiliser les travailleurs et les jeunes pour la défense d’Assange […] Nous, membres du SEP du Royaume-Uni, soutenons le rassemblement d’aujourd’hui et tous les efforts visant à libérer Assange ainsi que les efforts qui doivent maintenant être déployés pour libérer Chelsea Manning.

«Le succès dépend des efforts à lier ce combat à une lutte plus large de la classe ouvrière contre le système de profit capitaliste et tous ses défenseurs politiques.»

Marsden a conclu en disant que: «Julian Assange ne peut être libre que si nous mobilisons du soutien dans les lieux de travail, les universités collèges et lycées… Le SEP et nos camarades en Europe, en Australie, aux États-Unis et dans le monde entier, ainsi que l’International Youth and Students for social equality (les Jeunes et Etudiants internationaux pour l’égalité sociale), s’engagent à renforcer notre propre campagne dans cette lutte unifiée pour la liberté et la justice de Julian Assange.»

Voir aussi:

Le rassemblement de Sydney a exigé la liberté de Julian Assangel

Les leçons politiques du rassemblement du 3 mars pour la libération d' Assange