Participez au rassemblement pour Julian Assange le 10 mars à Londres

Par Robert Stevens
4 mars 2019

Le Parti de l'égalité socialiste (Royaume-Uni) appelle à une participation maximale à la Vigie de solidarité pour Julian Assange devant l'ambassade de l’Équateur à Londres le dimanche 10 mars.

La Comité de défense de Julian Assange a organisé cette vigie en complément du rassemblement organisé le même jour à Melbourne, en Australie, à l'initiative du Parti de l'égalité socialiste (Australie). Une semaine plus tôt, le dimanche 3 mars, le PES organise un rassemblement à Sydney pour exiger la liberté d'Assange. James Cogan, secrétaire national du PES, s'adressera aux deux rassemblements.

John Pilger, journaliste, cinéaste et opposant véhément au militarisme et à l'injustice, prendra la parole lors du rassemblement de Sydney, en compagnie du professeur Stuart Rees, éminent universitaire et défenseur des droits humains.

Le Comité de défense de Julian Assange monte une veillée régulièrement devant l'ambassade depuis 2012, date à laquelle Assange a été contraint de se réfugier après que le système judiciaire britannique a bafoué ses droits démocratiques dans une série de jugements pervers et arbitraires.

En août dernier, les partisans d'Assange ont organisé une manifestation devant l'ambassade pour marquer six ans jour pour jour depuis qu'Assange a été forcé à entrer dans la captivité.

Emmy Butlin, l'un des organisateurs de l'événement du 10 mars, a déclaré dimanche au WSWS:
«Le mois dernier, nous avons eu deux anniversaires qui nous rappellent la situation désastreuse à laquelle Julian Assange fait face. Le 5 février, cela faisait trois ans que le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire avait publié sa décision en sa faveur, demandant sa libération et son indemnisation. Malgré cette instruction claire, le Royaume-Uni a refusé de respecter ses obligations internationales et, en conséquence, le 23 février, Julian Assange a passé son 3000e jour en détention arbitraire.

«Compte tenu d'un acte d'accusation secret contre lui aux États-Unis qui a été accidentellement révélé à la fin de l'année dernière et des développements politiques en Équateur visant à supprimer les protections politiques de l'asile et de la nationalité qui lui sont accordées par cette nation, la liberté et la sécurité de Julian Assange n'ont jamais été plus menacées. Il subit un protocole draconien imposé à l'intérieur de l'ambassade de l'Équateur, y compris un le silence imposé depuis un an qui l'empêche de parler publiquement non seulement de son travail et de ses opinions, mais aussi de sa vie et de son bien-être.

«En ces temps difficiles, nous nous associons à nos frères et sœurs d'Australie qui se réuniront à Melbourne le 10 mars prochain, organisés par le Parti de l'égalité socialiste, pour exiger que le gouvernement australien prenne des mesures immédiates pour garantir la liberté du fondateur de WikiLeaks et citoyen australien Julian Assange. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et assister à son calvaire sans bouger. Nous sommes reconnaissants des rassemblements dans son pays natal et inspirés par eux, et nous prendrons le relais à la fin de leur action et nous commencerons une vigie de solidarité devant l'Ambassade de l’Équateur le dimanche 10 mars, entre 15h et 17h.

«Nous avons besoin de la solidarité internationale pour obtenir un résultat positif dans cette lutte pour la liberté de Julian Assange, dont le travail a servi l'humanité, avec abnégation et courage, à un prix personnel élevé. Nous invitons tous ceux qui croient en la justice et aux droits de l'homme, les organisations et les individus à se joindre à nous dans une veillée respectueuse pour soutenir l'éditeur de WikiLeaks.»

«Nous sommes très reconnaissants au WSWS pour leur soutien dans la publicité de l'événement.»
Les tribunaux britanniques ont confirmé le mandat d'extradition d'Assange vers la Suède, où il était recherché pour un interrogatoire en raison d'une allégation bidon selon laquelle il aurait commis une «inconduite sexuelle». Assange n'a jamais été accusé d'un crime par la Suède ni un autre pays.

Il reste prisonnier dans une minuscule pièce de l'ambassade, dans des conditions proches d’une cellule d’isolement parce que le Royaume-Uni œuvre en collaboration avec les États-Unis et l'Australie pour s'assurer qu'il est extradé vers les États-Unis, où il fait face à des accusations qui pourraient mener à une longue peine de prison pour le «crime» de révélation de crimes de guerre en Afghanistan et en Irak et des complots impérialistes menés par les États-Unis et d'autres puissances.

Contrairement au droit international, le Royaume-Uni refuse d'accorder à Assange un passage sûr vers l'Équateur ou son pays d'origine, l'Australie, sous prétexte peu convaincant qu'il aurait violé les conditions de sa libération sous caution lorsqu'il a demandé l’asile. Cela fait près de deux ans que la Suède a levé son mandat d'arrêt contre Assange.

En décembre, le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a une fois de plus condamné le gouvernement britannique pour son traitement inhumain et sa «privation prolongée de liberté» pour Assange. Elle a expressément déclaré que la question de la libération sous caution ne peut être utilisée pour justifier la poursuite de sa détention illégale au Royaume-Uni.

Notant que trois ans s'étaient écoulés depuis que le groupe de travail avait rendu son avis juridiquement contraignant selon lequel Assange était détenu arbitrairement et devait être immédiatement libéré et indemnisé, le groupe de travail a déclaré: «Les enquêtes suédoises sont closes depuis maintenant plus de 18 mois, et le seul motif qui subsiste pour que M. Assange soit toujours privé de liberté est une violation des conditions de sa libération sous caution au Royaume-Uni, qui est objectivement une infraction mineure qui ne peut justifier après coup les six ans de détention dont il est l'objet depuis qu'il a cherché asile à l'ambassade d'Equateur. M. Assange devrait pouvoir exercer son droit à la liberté de circulation sans entrave, conformément aux conventions relatives aux droits de l'homme que le Royaume-Uni a ratifiées.»

Il a ajouté: «Comme l'a dit la Haut-Commissaire aux droits de l'homme il y a plusieurs années, le droit des traités relatifs aux droits de l'homme est un droit contraignant et non un droit discrétionnaire.»

Il aurait été impossible pour les gouvernements conservateurs du premier ministre Theresa May et de son prédécesseur, David Cameron, de continuer à persécuter Assange sans le rôle perfide joué par le chef du Parti travailliste Jeremy Corbyn, qui a refusé de lever le petit doigt en sa faveur.

Corbyn a été élu chef du Parti travailliste en septembre 2015, puis réélu, avec l'appui de centaines de milliers de membres et partisans du parti. Sa dernière déclaration publique sur Assange remonte à juillet 2015, deux mois avant son élection à la tête du parti. Même dans cette déclaration, Corbyn avait refusé de déclarer qu'il soutenait la libération d'Assange, déclarant en revanche: «Je pense qu'il serait bien mieux que les autorités suédoises enquêtent sur l'affaire contre lui, décident s'il y a ou non matière à poursuite et traitent l'affaire de cette manière, tout en garantissant qu'en aucun cas, il ne sera extradé vers les États-Unis.»

Depuis lors, la Suède a été contrainte d'abandonner son enquête, mais Corbyn a soigneusement évité de faire quoi que ce soit pour garantir la liberté d'Assange. Il s'adresse régulièrement à de grandes réunions de travailleurs et de jeunes et n'a jamais soulevé la question de la détention arbitraire d'un journaliste courageux dans une petite pièce, sa santé se détériorant, à seulement quatre milles de la circonscription d'Islington North, où a été élu Corbyn, à Londres.

De même, les syndicats n'ont mené aucune campagne pour sa défense parmi leurs plus de 5,5 millions de membres. Le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, non plus.

Ils peuvent compter sur le soutien tacite des principales formations de pseudo-gauche de Grande-Bretagne, le Socialist Workers Party, le Socialist Party et la Socialist Resistance, qui ont soutenu la persécution d'Assange en soutenant le prétexte de son extradition – qu'il doit affronter ses accusateurs en Suède, et qui dénoncent quiconque met en doute leurs mensonges comme «apologiste du viol» qui «ne veulent pas croire les victimes».

Le PES insiste sur le fait que la liberté d'Assange ne peut être gagnée que par une lutte basée sur une perspective socialiste, anticapitaliste et anti-impérialiste. Tout dépend d'un effort déterminé pour mobiliser politiquement les couches les plus larges possibles de travailleurs et de jeunes au niveau international dans une telle perspective.

Nous appelons tous les défenseurs des libertés civiles et des droits démocratiques, tous les opposants aux guerres impérialistes pour le changement de régime, à assister à la vigie du 10 mars et à la faire connaître dans vos lieux de travail, sur vos campus, dans vos écoles et dans les médias sociaux.

***

Pas d'extradition vers les États-Unis pour Julian Assange, fondateur de WikiLeaks !

Dimanche 10 mars, de 15 h à 17 h

À l'extérieur de l'ambassade de l'Équateur Hans Crescent, London SW1X 0LS.

Station de métro la plus proche Knightsbridge (Piccadilly Line)

De plus amples détails seront disponibles sur le site wiseupaction.info de la Commission de défense de Julian Assange.

(Article paru en anglais le 25 février 2019)