La grève de masse entre dans sa cinquième journée à Matamoros, au Mexique

Une réunion de masse attire des milliers de grévistes pendant que la grève des maquiladoras prend de l'ampleur

Par nos journalistes
18 janvier 2019

Alors que de nouvelles usines de fabrication se joignent à la grève croissante à Matamoros, au Mexique, plus de 70.000 travailleurs sont confrontés à la menace de licenciements massifs et de fermetures d’usines par les employeurs et font progresser leur lutte contre les inégalités sociales.

Assemblée de masse sur la place de Matamoros (Crédit Esteban Martínez)

Alors que les médias mexicains et internationaux bloquent les informations à ce sujet, la classe dirigeante a démontré une profonde crainte que la rébellion des travailleurs des ateliers de misère de Matamoros, qui produisent des pièces d’automobile et d’autres marchandises pour les principales entreprises automobiles en Amérique du Nord, en Europe et en Asie, n’inspire les travailleurs dans la zone industrielle le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique à se battre tout en débordant sur le continent de l’Amérique du Nord, et ailleurs.

Au cours du week-end, les travailleurs affiliés au Syndicat des travailleurs et travailleurs industriels de l’industrie de Maquiladora (SJOIIM) ont décidé, lors d’assemblées de masse et de discussions sur les médias sociaux, de défier le syndicat et le gouvernement Matamoros contrôlé par le Mouvement national de régénération (Morena) du président Andrés Manuel López Obrador (AMLO), qui le dirige.

La réponse est ‘non’. Personne ne devrait travailler demain. La lutte pour un avenir meilleur a commencé.

Les gouvernements de l’État et de la ville et les responsables syndicaux ont pris le relais des négociations pour les entreprises, ordonnant la fin de la grève et défendant les manœuvres des entreprises pour violer les contrats et continuer d’extraire des profits massifs de la super-exploitation des travailleurs de Maquiladora, qui gagnent en moyenne 8 euros par jour.

Au moins cinq travailleurs ont confirmé au Bulletin des travailleurs de l’automobile du WSWS (Autoworker Newsletter) que les responsables du SJOIIM intimidaient les travailleurs avec une déclaration obscure du Secrétaire du Travail de l’État du Tamaulipas déclarant que les grèves étaient illégales. De plus, des images ont été diffusés en direct sur Internet montrant des travailleurs en train de dénoncer les responsables du SITPME (connu sous le nom de syndicat de Mendoza) pour avoir menacé de licenciements et d’actes de violence les travailleurs qui se joignaient à la grève.

En réponse, un nombre croissant de travailleurs des deux syndicats et d’autres petits syndicats se sont joints à la grève, et beaucoup exigent que les syndicats «foutent le camp».

Une déclaration votée mercredi par les grévistes de l’usine Tridonex se lit comme suit: «Aujourd’hui, nous avons une chance unique que nous n’aurons plus jamais. Tous les travailleurs sont en désaccord avec l’injustice imposée par le syndicat et avec les cotisations qu’ils nous prélèvent chaque semaine. Aujourd’hui, nous pouvons nous battre pour changer, tous ensemble. N’ayons pas peur et ne les laissons pas nous intimider».

Plus tôt cette année, l’Administration d’AMLO et les organisations patronales ont convenu de mettre en œuvre une augmentation de 100 pour cent du salaire minimum dans les villes industrielles le long de la frontière américano-mexicaine, principalement pour nourrir les illusions du nouveau gouvernement et atténuer les tensions de classe. Les négociateurs estimaient à l’époque que les syndicats et les menaces suffiraient à forcer les réductions des primes et autres avantages en échange de cette augmentation.

Lorsque la grève a commencé samedi, les travailleurs réclamaient d’abord une augmentation de 100 pour cent. Afin de répondre aux revendications et d’éviter que les protestations échappent à son contrôle, le SJOIIM a accepté de demander aux entreprises une augmentation de 20 pour cent et une prime de 32.000 pesos (1.500 euros).

Les travailleurs ont organisé une assemblée générale sur les médias sociaux pour mercredi après-midi pour se débarrasser de la direction syndicale et discuter de la façon de poursuivre la lutte une fois que la date limite pour payer la prime a expiré selon le contrat de travail.

Les entreprises ont réagi par des intimidations croissantes, indiquant clairement qu’elles ne tiendront même pas compte des demandes des travailleurs. Mardi, la principale chambre de commerce du Mexique COPARMEX (Confédération des employeurs de la République mexicaine) a menacé que si la grève continue, «les maquiladoras chercheront d’autres options avec une main-d’œuvre moins chère».

La société ATD a menacé les travailleurs en grève d’être «pénalisés et d’en subir toutes les conséquences».

Mardi soir et mercredi matin, des dizaines de travailleurs de l’usine Cepillos de Matamoros, dont certains y travaillaient depuis plus de 20 ans, ont été sommairement licenciés pour ne pas avoir accepté de signer une augmentation salariale de 6 pour cent.

Le SJOIIM a alors tenté un coup de bluff avant cette assemblée, déposant un «avis de grève» légal obligeant les travailleurs à attendre 6 à 10 jours avant qu’une grève puisse «officiellement» commencer. À une question posée après le début de la grève des ouvriers par un journaliste demandant quand la grève du syndicat allait commencer, le dirigeant syndical Juan Villafuerte, largement détesté, a répondu: «Je ne sais pas».

Des délégations de grévistes envoyées pour écouter cette annonce sont ensuite retournées dans leurs usines pour informer les autres grévistes de la décision du syndicat.

«Le syndicat a fait les rondes pour un arrêt de travail, mais nous ne faisons pas confiance au syndicat parce que M. Juan Villafuerte est corrompu et, en fait, nous allons demander sa démission parce que nous ne voulons plus de lui. Nous mettrons quelqu’un d’autre ou nous éliminerons le syndicat pour toujours», a déclaré au WSWS Mika, une travailleuse d’Autoliv.

Avec des sentiments similaires, les travailleurs ont bientôt commencé à marcher des lignes de piquetage par milliers jusqu’à la place centrale de Matamoros avant leur assemblée prévue pour l’après-midi. Pour la plupart, la marche a duré plus d’une heure et, dans certains cas, les travailleurs ont décidé de se séparer, laissant certains d’entre eux surveiller les usines pour éviter les fermetures par la direction.

Plus tard dans l’après-midi, les travailleurs de la place ont commencé à signaler des menaces de licenciements massifs et que des camions étaient arrivés dans certaines usines pour emporter l’équipement. Néanmoins, les milliers de travailleurs qui se sont réunis à l’assemblée se sont engagés à poursuivre le combat et à étendre leur grève. Un slogan populaire de la grève est: «Ils peuvent virer 10 ou 20 d’entre nous, mais ils ne peuvent pas nous virer tous». Les grévistes de Matamoros sont en train de donner l’exemple aux travailleurs de l’autre côté de la frontière, aux États-Unis et ailleurs. Beaucoup ont exprimé leur soutien à la lutte des travailleurs mexicains par le biais du Bulletin des travailleurs de l’automobile du WSWS.

Les travailleurs des États-Unis et du Mexique devraient se rassembler pour lutter ensemble pour «la sécurité de l’emploi et de bons salaires», a déclaré Steve, un travailleur de Fiat-Chrysler à Belvidere, Illinois. «Ces gens reçoivent un salaire d’esclave et méritent mieux. La raison pour laquelle la plupart des Mexicains essaient de traverser la frontière, c’est pour un emploi mieux payé et des avantages sociaux pour leur famille».

De même, les travailleurs de Matamoros en contact avec les WSWS ont tous exprimé leur soutien à unir leur lutte avec leurs frères et sœurs de classe en Amérique du Nord. Exprimant son dégoût face à l'annonce de licenciements massifs et de concessions contre les travailleurs par GM aux Etats-Unis et au Canada, Mika, la travailleuse d'Autoliv, a déclaré: «Je n'ai plus qu'une chose à dire à ces travailleurs: ne laissez pas faire l'entreprise. Combattez jusqu'à la fin parce que nous méritons tous une vie décente».

Juillet, un travailleur en grève à l’usine Easy Way de Matamoros, a appelé les travailleurs de toute l’Amérique du Nord à «s’unir et à se battre pour ce qui est juste, rien de plus qu’un avenir meilleur pour nos familles. Ensemble, nous pouvons vaincre tous ces exploiteurs qui se sont enrichis grâce à l’esclavage que nous vivons. Dans notre cas, nous travaillons plus de 10 heures par jour et le samedi pour un faible salaire qui ne suffit pas».

Que ce soit au Mexique, aux États-Unis, au Canada ou dans le monde entier, les décennies d’abus et d’austérité continuelles des politiciens nationalistes et de leurs alliés syndicaux ont démontré que les travailleurs ne peuvent défendre leurs droits sociaux et démocratiques qu’en s’organisant indépendamment des syndicats et en luttant pour construire un mouvement politique international de la classe ouvrière qui exproprierait les moyens de production de la richesse contrôlée par la classe capitaliste et établirait les États-Unis socialistes d’Amérique.

Le 9 février, à 14 h, les travailleurs de l’automobile manifesteront au siège social mondial de GM à Detroit, au Michigan, pour s’opposer aux réductions d’emplois et aux concessions annoncées par les fabricants d’automobiles et de pièces. Les travailleurs du monde entier peuvent suivre et soutenir cette manifestation sur Facebook ici.

(Article paru en anglais le 17 janvier 2019)