«Une véritable riposte ne se développera que par les travailleurs de la base»

Les travailleurs de GM à Oshawa dénoncent la fermeture de l’usine

Par une équipe de reporters du WSWS
10 décembre 2018

Julie travaille chez GM depuis 2008. «Je venais d'avoir un emploi à temps plein lorsque le contrat a été signé en 2016», nous a-t-elle dit. «C'est un peu déprimant. Bientôt, 2.500 personnes à Oshawa vont être sans emploi, en plus des personnes liées à l’approvisionnement. C'est dévastateur. GM ne sera plus là – et je compte essentiellement sur GM pour subvenir aux besoins de ma famille. J'ai un fils de cinq ans».

Julie a poursuivi: « Je pense que les Mexicains devraient également avoir un emploi. Je pense qu’à Oshawa, nous fabriquons des véhicules de la meilleure qualité que nous avons depuis cent ans. GM a pris sa décision et c'est ce qu'ils veulent faire».

Elle a également ridiculisé les affirmations du premier ministre progressiste-conservateur de l'Ontario, Doug Ford, selon lesquelles il soutiendrait les travailleurs mis à pied. «Doug Ford dit qu'il veut nous donner cinq semaines supplémentaires d'assurance-chômage, mais qu'est-ce que cela va faire pour nous à long terme quand nous n'aurons pas de travail du tout?», a déclaré Julie. «Cinq semaines ne suffiront pas pour subvenir aux besoins d'une famille. Il n'y a pas beaucoup de possibilités d'emploi à Oshawa ou même dans les environs. Tout augmente, le prix de la nourriture, des vêtements. Je ne sais pas comment les gens vont survivre».

Les reporters du WSWS ont également parlé aux travailleurs d’un Walmart situé à proximité. Grant a déclaré: « Maintenant, les syndicats sont aussi une entreprise. C'est ridicule. Les gens disent que les syndicats sont essentiellement des autocraties à ce stade».

Un travailleur qui a demandé l'anonymat par peur des représailles a déclaré: « Je vous soutiens à 100%. Ils ont fait un travail d'esclave ici. Chaque entreprise le fait. Je travaille pour une entreprise qui a fait la même chose. Ils sont allés en Chine, puis ils ont regardé l'Inde comme leur prochaine arme de travail forcé».

«Le gouvernement a annulé le prêt de Chrysler et GM», a ajouté le travailleur, évoquant le plan de sauvetage de plusieurs milliards de dollars des constructeurs automobiles orchestré par les conservateurs fédéraux et le gouvernement libéral ontarien en 2009. «Combien de milliards? 10 milliards de dollars que GM a obtenus. C'est ridicule. Ils ont profité de tout le monde parce que l'argent que le gouvernement leur a donné est notre argent, l’argent de nos impôts. Nous voulons quelque chose en retour pour cet argent. Nous avions l'habitude de parler de ce qui arriverait si GM fermait un jour. Oshawa serait une ville fantôme».

Sherry, qui vit à proximité et a de la famille chez GM, a déclaré: «Je suis sensible aux gens, vraiment. Nous sommes tellement dépendants de GM que nous sommes à leur merci. Les syndicats ne nous ont jamais aidés. Je pense qu'ils étaient bons à un moment donné, mais maintenant je ne sais pas».

«J’ai vraiment de la compassion pour les personnes au salaire minimum: 14 dollars de l'heure, ce n'est pas suffisant. À l'époque de mes parents, l'économie était liée aux salaires de la population. On ne gagnait peut-être que deux dollars de l’heure, mais on pouvait aller faire des courses. Ce n’est plus possible maintenant».

Le WSWS a également reçu des déclarations écrites de lecteurs canadiens du Bulletin d’information des travailleurs de l’automobile. Frank, un travailleur de longue date de l’usine d’assemblage Fiat-Chrysler de Windsor, en Ontario, a écrit: «L’annonce de GM est une nouvelle fois une initiative visant à augmenter le prix de ses actions».

« Les fermetures seront dévastatrices. En Ontario, ce sera un coup terrible, aggravant le problème du chômage et du sous-emploi qui est maintenant systémique dans notre province. La réponse d'Unifor a été médiocre. Pas de piquetage aux usines. Pas d’occupations d'usine. Pas de grève. Jusqu'à présent, tout est question de conversation».

Bruce Allen, un ancien travailleur à la retraite de l'usine de moteurs de GM à St Catharines, a écrit pour soutenir la réunion de contre-offensive de ce dimanche à Detroit, organisée par le Bulletin d’information des travailleurs de l’automobile du WSWS. « Chers collègues de travail, je souhaite saisir cette occasion pour exprimer mon sincère espoir que votre réunion soit un succès et facilitera une opposition significative et soutenue à la fermeture d'usines par General Motors», a-t-il déclaré.

« Il est parfaitement clair qu'une riposte sérieuse et efficace ne se développera que par une action initiée par la base et en dehors du contrôle des bureaucraties syndicales. Il est impératif que cette riposte bénéficie également de l'appui du plus grand nombre de travailleurs employés par d'autres sociétés du secteur de l'automobile, y compris vos homologues au Canada, au Mexique et ailleurs».

(Article paru en anglais le 8 décembre 2018)