Merkel soutient les provocations ukrainiennes contre la Russie

Par Peter Schwarz
3 décembre 2018

La chancelière Angela Merkel a clairement pris position aux côtés de l’Ukraine dans le conflit entre l’Ukraine et la Russie en mer d’Azov.

Peu avant son départ pour le sommet du G20 en Argentine, la chancelière s’est entretenue avec des représentants des milieux d’affaires allemands et ukrainiens à Berlin, en présence du Premier ministre ukrainien, Volodymyr Groysman. Elle a violemment attaqué la Russie et déclaré que le président russe est pleinement responsable du conflit actuel, déclenché par l’intrusion de navires de la marine ukrainienne dans les eaux territoriales russes.

Merkel a appelé la Russie à libérer les soldats ukrainiens détenus et à « ne pas simplement couper les vivres » aux villes ukrainiennes comme Mariupol. Elle a compris, a-t-elle dit aux représentants de l’industrie allemande présents, que beaucoup d’entre eux « aimeraient avoir de bonnes relations économiques avec la Russie », mais ici « des principes fondamentaux sont en jeu ». Elle a promis de s’entretenir avec le président russe lors du sommet du G20 à cet effet.

Le chancelier n’est pas allé jusqu’à annoncer des sanctions supplémentaires contre la Russie ou le déploiement de navires de guerre allemands dans la mer Noire, comme l’avait demandé le président ukrainien Petro Porochenko. Mais elle n’a laissé aucun doute sur le fait que l’Allemagne serait du côté ukrainien dans l’éventualité d’une nouvelle escalade du conflit.

L’Occident avait garanti à l’Ukraine l’inviolabilité de ses frontières dans le « Mémorandum de Budapest » de 1994 en échange du renoncement du pays aux armes nucléaires [héritées de l’URSS], a-t-elle dit. « Par conséquent, nous avons le devoir de respecter ce que nous avons promis ».

En prenant parti pour l’Ukraine, Merkel entraîne l’Allemagne dans un conflit qui risque de dégénérer en une guerre majeure ou même en une confrontation nucléaire entre l’OTAN et la Russie.

Le président ukrainien Porochenko alimente délibérément le conflit et a déclaré la loi martiale parce qu’il considère que c’est le seul moyen de prolonger son règne au-delà de la date habituelle des élections du 31 mars 2019. Le régime de l’oligarque riche, arrivé au pouvoir lors d’un coup d’État de droite soutenu par les États-Unis et l’Allemagne il y a quatre ans, est plongé dans un marécage de corruption qui touche profondément l’armée, les services secrets et l’appareil présidentiel. En revanche, la grande majorité de la population ukrainienne vit dans un état d’extrême pauvreté et d’insécurité.

Tous les sondages s’accordent à dire que Porochenko n’a pas la moindre chance de remporter une élection qui contienne même un soupçon de démocratie. C’est pourquoi il aggrave le conflit avec la Russie, soit pour empêcher complètement les élections, soit pour les mener à bien dans une fièvre d’hystérie nationaliste.

Les États-Unis utilisent le conflit ukrainien pour accroître leur pression politique et militaire sur la Russie. Ils ont encouragé et soutenu la provocation ukrainienne dans la mer d’Azov. Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a assuré à Poroshenko que Washington apporterait « un soutien total, une assistance complète, y compris une assistance militaire ». (Voir : La provocation de l’Ukraine en mer d’Azov)

Que Merkel entraîne l’Allemagne dans ce conflit explosif et prenne parti pour le régime de Porochenko est irresponsable et criminelle. Sa ligne de conduite rappelle le fameux « chèque en blanc » émis par l’empereur Guillaume II à l’Autriche-Hongrie en 1914 après l’assassinat de Sarajevo. Il avait donné le feu vert à une action militaire contre la Serbie, sachant pertinemment que cela déclencherait une guerre avec la Russie et la Première Guerre mondiale.

La prise de position de Merkel à l’égard de Porochenko s’est déroulée sans débat public ni vote au Parlement. Les médias minimisent également la question afin de ne pas alarmer le public. Dans les émissions de débat avec leurs palabres sans fin sur toutes les bagatelles possibles, le conflit dans la mer d’Azov et ses implications dangereuses ne sont pas abordés.

Merkel poursuit sa politique de 2014, lorsque le gouvernement allemand a soutenu le coup d’État contre le prédécesseur pro-russe de Porochenko, Viktor Ianoukovitch. Bien que les partis et milices fascistes, tels que l’Union pan-ukrainienne Svoboda et le Secteur droit, aient joué un rôle de premier plan dans le coup d’État de Maidan, il a été glorifié en Allemagne comme une « révolution démocratique ».

Peu avant le coup d’État de Maidan, le gouvernement allemand avait annoncé son intention de jouer à nouveau un rôle politique et militaire dans le monde correspondant au poids économique de l’Allemagne. Le coup d’État de droite en Ukraine a été le premier test de cette politique de grande puissance.

Cependant, contrairement aux États-Unis, qui considèrent la Russie comme leur principal rival géopolitique après la Chine, le gouvernement allemand n’a pas voulu pousser le conflit avec Moscou trop loin. Elle dépend des approvisionnements énergétiques russes et craint également qu’une escalade du conflit ne renforce sa dépendance militaire et politique vis-à-vis des États-Unis. Merkel a donc négocié l’accord de Minsk en coopération avec la France, qui a « gelé » le conflit ukrainien sans le résoudre.

Dans le contexte des menaces de guerre féroces des États-Unis contre la Russie, Merkel abandonne maintenant le masque du médiateur. Elle promet toujours de parler à Poutine au sommet du G20. Mais étant donné ses accusations, cela ne peut que signifier qu’elle augmentera la pression sur la Russie.

Le gouvernement allemand s’efforce de se libérer de sa dépendance militaire vis-à-vis des États-Unis. Il veut construire une armée européenne afin de poursuivre ses intérêts impérialistes indépendamment des États-Unis et également contre eux. Mais il s’agit d’un projet à long terme, et d’ici là, il continuera à adhérer à l’OTAN.

L’Allemagne a joué un rôle de premier plan dans le renforcement militaire de l’OTAN contre la Russie. Des troupes allemandes sont stationnées depuis deux ans à la frontière russo-lituanienne et, en octobre, la Bundeswehr a fourni un cinquième des 50 000 soldats déployés en Norvège lors de la manœuvre à grande échelle « Trident Juncture » qui était une répétition pour la guerre contre la Russie. Aujourd’hui, Berlin soutient les nouvelles provocations de Kiev et de Washington.

Il est soutenu par le Frankfurter Allgemeine Zeitung (F.A.Z.), qui est toujours en première ligne lorsqu’il s’agit de battre le rappel pour la guerre. « Notre sécurité est en jeu en Ukraine, mais pas seulement là-bas. C’est pourquoi l’Occident doit se tenir fermement du côté de l’Ukraine », a annoncé jeudi le journal. Une Ukraine forte était « dans l’intérêt élémentaire de l’Union européenne ».

Le F.A.Z. considère qu’une intervention militaire directe est trop risquée. Au lieu de cela, il recommande d’armer plus fermement le régime de Porochenko. Il appelle à « aider l’Ukraine à renforcer ses forces armées – sur le plan organisationnel, financier et, le cas échéant, avec des armes ». En outre, la construction du gazoduc, « Nord Stream 2 », devrait être arrêtée afin d’« augmenter le coût de leur politique pour les dirigeants russes ».

Le mélange de brutalité et d’imprudence avec lequel le gouvernement fédéral et ses principaux médias se dirigent vers une guerre catastrophique ne peut s’expliquer que par la crise profonde et globale du système capitaliste, marquée par des inégalités sociales, des guerres commerciales et des conflits nationaux flagrants. Incapables d’organiser l’économie moderne et complexe dans l’intérêt de la société dans son ensemble, les puissances impérialistes, comme en 1914 et en 1939, s’apprêtent à rediviser violemment le monde entre elles.

La Russie est devenue la cible de ces intrigues impérialistes, mais le régime de Poutine n’a rien à leur opposer. Ce dernier représente les intérêts d’une oligarchie criminelle et vit dans la peur de la classe ouvrière. Il réagit en suscitant le nationalisme, en se réarmant d’une part et en cherchant des accords avec différentes puissances impérialistes d’autre part.

Seul un mouvement indépendant de la classe ouvrière internationale luttant pour le renversement du capitalisme et la construction d’une société socialiste peut arrêter la rechute de l’humanité dans la guerre et la barbarie.

(Article paru d’abord en anglais le 1ᵉʳ décembre 2018)