Ocasio-Cortez soutiendra Pelosi en tant que démocrate de premier rang et présidente de la Chambre des représentants

Par Patrick Martin
21 novembre 2018

La représentante nouvellement élue, Alexandria Ocasio-Cortez, a annoncé au cours du week-end dernier qu'elle allait probablement soutenir la dirigeante démocrate de longue date, Nancy Pelosi, à la présidence de la Chambre des représentants, lors du vote du caucus démocrate sur la candidature le 28 novembre.

Ocasio-Cortez, membre des Socialistes démocrates d’Amérique (Democratic Socialists of America, DSA), a déclaré à ses près de 800.000 abonnés Instagram que Pelosi était la candidate la plus progressiste au poste de président de la Chambre. Elle a dit que l'opposition à Pelosi venait de la droite du caucus démocrate, et non pas de la gauche.

«Mon critère est le suivant: je vais soutenir le candidat le plus progressiste à la tête du parti, et pour ce qui est de la course actuelle, il s’agit de Nancy Pelosi. J'aimerais voir de nouveaux dirigeants plus jeunes, mais je ne veux pas d'un nouveau leadership plus conservateur.»

Pelosi est à la tête d'un trio de quasi-octogénaires qui symbolisent le caractère sclérosé du parti démocrate. La potentielle future présidente de la Chambre des représentants est maintenant âgée de 78 ans. Steny Hoyer, le chef probable de la majorité, est âgé de 79 ans, tandis que Jim Clyburn, le probable whip de la minorité, a 78 ans. Tous occupaient les mêmes fonctions lorsque les démocrates dirigeaient la Chambre des représentants de 2007 à 2011.

Ocasio-Cortez a affirmé que les démocrates de la Chambre avaient besoin de «transformer notre leadership», mais cela n'inclut apparemment pas le retrait de Pelosi, qui a à son tour soutenu Hoyer et Clyburn. Hoyer a le soutien public d'au moins 155 députés démocrates de la Chambre, une nette majorité du caucus, alors que la seule opposante annoncée aux trois, la représentante Diana DeGette du Colorado, a laissé tomber son opposition à Clyburn lundi. Il semble maintenant que lors du vote du caucus démocrate le 28 novembre, il n'y aura qu'un seul candidat pour chacun des trois postes les plus importants.

Comme le disait Ocasio-Cortez, il est en effet vrai que la campagne publique contre la réélection de Pelosi au poste de chef des démocrates de la Chambre est menée par la droite du parti au Congrès. Cela ne fait cependant que témoigner du caractère de droite du parti dans son ensemble. Malgré toutes les affirmations d'Ocasio-Cortez et de ses partisans des DSA selon lesquelles le parti démocrate peut être poussé à gauche, même Pelosi – qui a bloqué la destitution de George W. Bush et assuré la poursuite du financement de la guerre en Irak – est jugée trop libérale par une fraction considérable du parti.

Lundi, les leaders de la campagne anti-Pelosi ont publié une lettre signée par 11 actuels représentants et cinq nouveaux membres élus, s'engageant à voter contre Pelosi en janvier lorsque la Chambre des représentants ouvrirait sa nouvelle session avec une majorité de démocrates. Une demi-douzaine d'autres démocrates ont pris des engagements similaires, mais n'ont pas signé la lettre.

Alors que les postes de chef de la majorité et de whip de la majorité sont choisis par le caucus du parti, le président est élu par l’ensemble des 435 membres de la Chambre et requiert donc 218 voix. Alors que les démocrates détiennent actuellement une majorité de 234-201, si plus de 16 démocrates n’acceptent en aucune circonstance de voter pour Pelosi, elle n’atteindrait pas la majorité et ne parviendrait pas à devenir présidente.

La lettre anti-Pelosi a été organisée par trois représentants: Tim Ryan, de Youngstown, dans l'Ohio, qui s'est présenté contre Pelosi en 2016 et a perdu par un vaste écart: 134 à 63; Kathleen Rice, de Long Island, ancienne procureure du comté de Nassau; et Seth Moulton du Massachusetts, un ancien officier du Corps des marines ayant effectué quatre services en Irak, qui a aidé à organiser l'afflux de candidats du renseignement et de l’armée dans le caucus du Congrès démocrate cette année.

Sur les onze démocrates du renseignement et de l’armée nouvellement élus, sept ont déclaré publiquement leur opposition à Pelosi, parmi lesquels les deux anciens agents de la CIA, Elissa Slotkin et Abigail Spanberger, et cinq anciens combattants, Jared Golden, Jason Crow, Max Rose, Conor Lamb et Mikie Sherrill.

Tout en prêchant un message de changement générationnel vis-à-vis des dirigeants gériatriques actuels, les organisateurs de la campagne anti-Pelosi ont clairement indiqué qu'ils plaidaient pour un changement à droite sur les questions «culturelles» telles que l'avortement et le mariage homosexuel, ainsi que sur la politique étrangère.

La campagne anti-Pelosi n'a pas permis de recruter un candidat contre Pelosi, Hoyer ou Clyburn. Selon des informations parues dans la presse, les organisateurs exhortaient la représentante Marcia Fudge, une dirigeante du Black Caucus du Congrès de Cleveland, à se présenter aux élections présidentielles, mais elle a annoncé mardi qu'elle soutiendrait Pelosi.

Le Caucus progressiste du Congrès (CPC), qui compte maintenant près de 100 membres, a rencontré Pelosi la semaine dernière et a publié une déclaration la soutenant, en échange d'un engagement selon lequel «les membres du CPC sont représentés de manière proportionnelle dans les principaux comités exclusifs» et qu'elle envisage «davantage de postes de direction sur lesquels les membres du CPC peuvent se porter candidats».

Le New York Times, la voix du parti démocrate, a publié un hommage élogieux à Pelosi dans son magazine du dimanche, intitulé «La dernière bataille de Nancy Pelosi», qui saluait ses qualités de dirigeante tout en donnant un aperçu de sa politique de droite. Pelosi a déclaré à son intervieweur, Robert Draper, que ses longues années de service au sein du comité du renseignement de la Chambre avaient démontré que «nous pouvions toujours trouver notre chemin de manière bipartite».

Elle a présenté de nombreux domaines d’accord possible avec la Maison-Blanche de Trump, notamment sur l’infrastructure et les soins de santé, et est décrite comme «souriant d’un air suffisant» devant les appels à la destitution de Trump ou à l’abolition de l’Immigration and Customs Enforcement (ICE), le fer de lance de l’assaut brutal de Trump contre les immigrants. Le profil décrit Pelosi comme une catholique pratiquante, mariée à un multimillionnaire de l'immobilier et de l’investissement, «avec peu de points communs, et parfois peu de patience, pour la nouvelle génération de militants de son parti, qu’elle qualifie parfois de “gauchistes”».

La perspective d'une impasse prolongée en janvier sur l'élection d'un nouveau président a toujours été peu probable, étant donné les pressions énormes exercées sur les représentants démocrates de la part des dirigeants eux-mêmes, qui contrôlent les attributions des comités, ainsi que de groupes comme l'AFL-CIO, MoveOn.org et Emily's List, ainsi que les principaux bailleurs de fonds du Parti démocrate.

Le soutien de Pelosi par Ocasio-Cortez, ainsi que la déclaration publique d'Ilhan Omar, un autre démocrate de «gauche», représentant un quartier du centre-ville de Minneapolis-St. Paul, qui votera pour Pelosi, rend une éventuelle opposition encore moins probable.

Que le parti démocrate choisisse maintenant entre la direction continue de Pelosi, l'une des membres les plus riches du Congrès et une défenseure acharnée de Wall Street et de l'impérialisme américain, et une figure encore plus à droite soutenue par le militariste Seth Moulton et son groupe de «démocrates de la CIA», témoigne seulement de son caractère réactionnaire.

Ocasio-Cortez a été fortement encouragée, non seulement par les DSA, mais également par une grande partie des médias et par le Parti démocrate lui-même, dans le but de donner au parti démocrate une couverture «de gauche» pendant que Pelosi et le chef de la minorité au Sénat tentent d’accommoder l'administration Trump.

Le bureau de Pelosi a rendu un hommage élogieux à Ocasio-Cortez en remerciement de son soutien à cette dernière, notant que la leader de la Chambre démocrate avait rencontré Ocasio-Cortez «à plusieurs reprises» la semaine dernière.

«Ocasio-Cortez, élue au Congrès, est une dirigeante dynamique et engageante dotée d'un don extraordinaire pour tisser des liens avec des jeunes qui pourraient se lancer dans la politique pour la première fois», a déclaré le porte-parole de Pelosi, Drew Hammill. «Son utilisation révolutionnaire des médias sociaux engage et dynamise d'une toute nouvelle façon les mouvements de la base».

(Article paru en anglais le 22 novembre 2018)