Le conflit budgétaire entre l'Italie et l'UE s'aggrave

Par Peter Schwarz
24 novembre 2018

Mercredi, la Commission européenne a décidé d’engager une «procédure concernant les déficits excessifs» à l’encontre de l’Italie. Cela doit être approuvé par tous les ministres des Finances de la zone euro, ce qui n’est nullement certain. Et cela peut durer des mois. Mais à la fin, il pourrait y avoir des amendes de plusieurs milliards.

Le gouvernement italien soutient qu’il aura un déficit prévu de 2,4 % dans le budget 2019. C’est ce qu’a annoncé le ministre des Finances, Giovanni Tria, dans une lettre adressée à la Commission européenne le 13 novembre. Il y a quatre semaines, la Commission a rejeté le budget italien et demandé une révision. Tria a depuis apporté quelques corrections. Plus d’argent que prévu à l’origine doit être investi et la réduction de la dette doit être accélérée par la vente de biens publics. Toutefois, il s’en tient à l’objectif de déficit fixé.

Par le passé, la Commission a engagé à plusieurs reprises des procédures de déficit excessif, notamment à l’encontre de l’Allemagne et de la France, qui avaient enfreint les règles pendant des années. Mais elles n’ont rien donné. Dans le cas de l’Italie, les choses sont différentes. Avec une dette de 132 % du produit intérieur brut, le pays a la deuxième dette la plus élevée de la zone euro après la Grèce. Si les marchés financiers réagissent avec de nouvelles majorations d’intérêts sur les obligations d’État italiennes, cela pourrait entraîner une réaction en chaîne de faillites bancaires qui pourrait s’étendre à toute l’Europe.

Contrairement à la Grèce, où les gouvernements européens et le Fonds monétaire international (FMI) ont levé un total de 263 milliards d’euros pour sauver les banques créancières alors que la population grecque a dû saigner pour cela. L’Italie, avec une économie dix fois supérieure, est tout simplement trop grande pour une telle action. La zone euro risque d’éclater si la crise continue de s’aggraver.

Les partis italiens au pouvoir, la Lega fasciste et le Mouvement populiste des cinq étoiles (M5S) alimentent délibérément le conflit avec Bruxelles pour se présenter comme les défenseurs du peuple italien contre l’austérité de l’UE. Matteo Salvini, chef de la Lega, se distingue à cet égard. Il ne se passe pas un jour sans qu’il ne s’enrage contre Bruxelles. «Tout ce qui manque, ce sont les inspecteurs, les Casques bleus de l’ONU et les sanctions contre l’Italie», a-t-il déclaré à la station de radio Rai. Il a appelé à une manifestation contre les politiques de Bruxelles le 8 décembre.

Il en a profité dans les sondages. Avec 32 %, la Lega est aujourd’hui le parti le plus influent et presque deux fois plus fort que lors des élections législatives de mars dernier. Elle est suivie par la M5S, avec 27 %. Les démocrates (PD), le plus grand parti d’opposition, continuent de s’enliser à 18 %.

Salvini peut se baser sur deux facteurs. Le premier est le rôle du PD et de ses prolongements de gauche qui, au cours des deux dernières décennies, ont constamment mis en œuvre les exigences brutales d’austérité de l’UE, ce qui a eu des conséquences dévastatrices pour la population italienne. Le revenu personnel réel se situe au niveau d’il y a deux décennies, le chômage officiel est de dix pour cent et les conditions de vie des personnes d’âge moyen et des jeunes générations se sont «érodées», selon le dernier rapport régulier du FMI.

Le deuxième facteur est le rôle de Bruxelles et de Berlin, qui qualifient toute concession sociale, même minime, de violation des intérêts sacrés du capital, tout en soutenant une augmentation rapide des dépenses militaires.

Typique de l’arrogance provocatrice des médias allemands est un commentaire dans le Handelsblatt, qui accuse le gouvernement italien de «veiller jalousement à ce que les promesses électorales coûteuses soient tenues: retraite anticipée, revenu de base et simplifications et réductions fiscales».

Cependant, ni la Lega ni le M5S ne se préoccupent réellement des améliorations sociales. L’approche inhumaine de Salvini à l’égard des réfugiés, qui a fait augmenter massivement le nombre de morts en Méditerranée, est symptomatique de l’attitude du gouvernement envers l’ensemble de la classe ouvrière. Et le revenu de base, la promesse électorale centrale de M5S, n’est rien de plus qu’une version italienne des lois Hartz allemandes. Elle est associée à un devoir de travailler et à des sanctions draconiennes si les bénéficiaires ne se déclarent pas prêts à accepter un travail, aussi mauvais soit-il.

Les deux partis défendent inconditionnellement la propriété privée capitaliste et s’appuient sur les classes bourgeoise et petite-bourgeoise. De nombreux observateurs partent donc du principe qu’ils céderont finalement après les élections européennes de mai au plus tard, si la pression des marchés financiers augmente.

Ce n’est qu’une question de temps avant que le gouvernement de Rome ne cède sur la question de la dette, a prédit Manfred Weber de l’Union chrétienne sociale (bavaroise) allemande (CSU), qui mène la liste électorale du Parti populaire européen conservateur lors des élections européennes. «La réalité et les faits rattraperont rapidement Rome».

Le gouvernement populiste suivra probablement la même voie que celle du premier ministre grec Alexis Tsipras et sa coalition de pseudo-gauche dirigée par Syriza, qui a d’abord confronté Bruxelles à la crise de la dette, pour finalement se plier à l’UE et imposer ses ordres. Mais même si ce n’est pas le cas, le chemin nationaliste de Salvini et Di Maio conduit à une impasse dangereuse.

«Les tentatives de sauver la vie économique en l’inoculant avec le virus du cadavre du nationalisme entraînent une intoxication sanguine qui porte le nom de fascisme», écrit Léon Trotsky en 1934 dans son essai intitulé «Nationalisme et vie économique».

Le conflit croissant entre Rome et Bruxelles s'inscrit dans le cadre de l'éclatement de l'Union européenne selon des lignes nationales, qui se reflète également dans le Brexit et dans les conflits avec la Pologne et la Hongrie. Partout en Europe, la classe dirigeante poursuit une politique de démantèlement des protections sociales, de renforcement de la police et de militarisme, s'appuyant de plus en plus ouvertement sur les forces fascistes. Dans neuf États membres de l'UE, des partis d'extrême droite sont déjà au pouvoir.

L'UE elle-même joue un rôle de premier plan dans l'imposition de ces politiques, notamment en exigeant l'austérité, la mise en place d'un État policier et la fermeture des frontières. Elle génère les tendances centrifuges et nationalistes qu'elle prétend combattre. La classe ouvrière ne peut arrêter cette dangereuse évolution qu'en s'opposant à la fois au nationalisme et à l'UE et en luttant pour les États socialistes unis d'Europe.

(Article paru d’abord en anglais le 22 novembre 2018)