Les médias espagnols promeuvent la fête d’extrême droite VOX

Par Alejandro López et Paul Mitchell
10 novembre 2018

Le parti espagnol VOX d’extrême droite bénéficie d’une couverture médiatique massive depuis le rassemblement d’environ 9000 sympathisants qui a eu lieu le mois dernier au palais Vistalegre de Madrid.

En trois semaines, El Mundo a publié plus de 20 articles sur VOX. Le journal conservateur traditionnel espagnol, ABC, qui a soutenu tous les régimes réactionnaires et de droite en Espagne depuis sa fondation en 1903, a publié 18 articles dont des chroniques favorables et un entretien. La Razón a publié 11 articles. El Español les a tous surpassés en publiant 26 articles depuis le 7 octobre – au moins un par jour.

Les dirigeants de VOX ont pris la parole à Vistalegre pour plaider en faveur de 100 mesures réactionnaires et antidémocratiques. Il s’agit notamment de la suspension de l’autonomie régionale catalane, de l’interdiction des partis, associations et ONG qui « favorisent la destruction de l’unité territoriale [espagnole] et de sa souveraineté », l’imposition de l’espagnol comme principale langue d’enseignement dans les écoles et des limitations de l’utilisation de des langues régionales.

VOX veut abroger la Loi sur la mémoire historique qui impose des mesures limitées relatives aux crimes de la dictature franquiste, fermer des mosquées, créer un ministère de la famille pour promouvoir l’idéologie réactionnaire de l’Église catholique, à abolir la Loi sur la violence sexiste, réduire les impôts sur le revenu et les entreprises, ce qui aidera inévitablement les riches, et déporter les migrants.

Paraphrasant Trump, le secrétaire général de VOX, Ortega Smith, a exigé que « les Espagnols passent en premier », ajoutant : « Ensemble, nous allons redonner la gloire à l’Espagne. » Le président du parti, Santiago Abascal, a clôturé le rassemblement en déclarant : « Un pays réagit quand il a l’inertie historique, quand le sang coule dans ses veines, et quand il est agressé, comme l’Espagne est agressée maintenant. »

Depuis le rassemblement de Vistalegre, Abascal a obtenu de nombreux entretiens sur les principales émissions de radio et de télévision espagnoles. Il a même été interrogé dans le cadre de A diario, une émission sportive diffusée sur Radio Marca, qui n’invite généralement pas les politiciens.

VOX a été lancé en 2014 par d’anciens membres du Parti populaire (PP), l’Association des victimes du terrorisme (AVT) – un foyer de l’extrême droite espagnole – et la fondation Défense de la nation espagnole (DENAES). La plupart des membres fondateurs de VOX sont issus de familles liées à la dictature franquiste, à l’armée, à la monarchie, aux grandes entreprises et aux groupes de réflexion de droite.

Six personnes sur dix qui disent qu’elles voteraient pour VOX viennent du PP et trois de Ciudadanos [Citoyens], un parti néolibéral originaire de Catalogne opposé à la sécession et qui est devenu le plus grand parti du Parlement catalan lors des élections de décembre dernier. Selon les sondages pour les prochaines élections législatives espagnoles (au plus tard en juillet 2020), Ciudadanos se situe actuellement aux alentours de 20 à 25 %, ce qui le met en concurrence avec le PP et le Parti socialiste (PSOE) pour la première place.

VOX multiplie les appels à la défense de la nation espagnole contre les nationalistes catalans et basques, les travailleurs migrants et contre l’Union européenne. Il a exigé une réécriture de la constitution espagnole et la suppression de l’autonomie régionale et des parlements régionaux.

VOX a toutes les caractéristiques d’un parti fasciste, comme en témoigne ses attaques contre le PP lors de la crise sécessionniste catalane, affirmant qu’il « tergiversait » sur sa réaction. La « tergiversation » du PP, soutenu par Citoyens et le PSOE, allait prendre des mesures d’État policier sans précédent en Catalogne, avant de se retirer d’une prise de contrôle permanente par la police et l’armée de la région prônée par VOX.

Le PP a déclaré le référendum d’octobre 2017 illégal, suspendu l’autonomie catalane, envoyé la police paramilitaire pour démolir les bureaux de vote et emprisonné des ministres et des responsables catalans sous l’inculpation de sédition et de rébellion. Lorsque l’indépendance fut déclarée, VOX devint le principal promoteur du procès intenté par un tribunal privé contre les séparatistes. Le parti a exigé le maximum de peines de prison possibles pour les dirigeants emprisonnés.

VOX n’a pas de base sociale de masse. Selon les derniers sondages du CIS (Centre d’investigations sociologiques) financé par l’État, le parti n’aurait que 1,6 % si les élections nationales espagnoles étaient organisées à l’heure actuelle et n’aurait quasiment aucune possibilité d’avoir un député au Parlement. Même lors du scrutin pour les élections législatives de l’Union européenne l’année prochaine, VOX, le seul parti à s’opposer à l’UE, ne peut réunir que 5,1 % des voix.

Pendant la crise catalane, il a organisé des manifestations d’unité pro-espagnoles réunissant quelques centaines de personnes, arborant souvent des croix gammées et des saluts fascistes. Néanmoins, les médias ont affirmé que les membres du parti étaient « des citoyens concernés ». Le PP et Citoyens affirment également que la croissance du parti représente des citoyens « préoccupés » par l’immigration et le nationalisme catalan, qu’ils exploitent pour modifier leur agenda politique plus avant vers la droite.

Dimanche dernier, lors d’une réunion provocatrice organisée par Citizens et soutenue par le PP et le VOX dans la petite ville d’Alsasua en Navarre, à l’instar de celle de Catalogne, les politiciens de droite ont appelé à la défense de la force de sécurité de l’État et à l’unité de l’Espagne contre les nationalistes catalans et basques. La réunion avait pour but d’honorer les forces de sécurité de l’État dans la ville, où une bagarre dans un bar en 2016 a provoqué des blessures chez des gardes civils hors du service et leurs conjoints.

Abascal assistait à la réunion en tant que représentant de VOX, ainsi que l’association de police Jusapol, l’Association des victimes du terrorisme et l’association Société civile catalane. La promotion de VOX, à l’instar de formations similaires dans tous les pays, est le fer de lance de la tendance de la classe dirigeante à la censure, à la répression étatique et aux méthodes fascistes de défense de son pouvoir.

Il existe une opposition profonde, historiquement enracinée, dans la classe ouvrière en Espagne et au niveau international au fascisme. Cependant, dans la mesure où la classe ouvrière reste subordonnée au PSOE et à Podemos, il existe un réel danger de montée de VOX. En cela, il est aidé par la lâcheté et la complaisance du gouvernement du parti socialiste (PSOE).

Installé en juin dernier, le gouvernement minoritaire, soutenu par la pseudo-gauche de Podemos et des nationalistes régionaux, a promis de mettre fin aux politiques d’austérité de Rajoy, d’accroître les dépenses publiques, de mettre fin à l’expulsion des migrants, d’exhumer les restes de l’ancien dictateur Francisco Franco de son mausolée et de parvenir à règlement négocié à la crise catalane. En pratique cependant, le PSOE a imposé l’austérité et le budget militariste de Rajoy en juin. Le Premier ministre Pedro Sanchez a clairement indiqué qu’il était prêt à renoncer à ses augmentations limitées des dépenses dans le budget de 2019, y compris à une augmentation du salaire minimum, pour le faire passer au Parlement.

Le PSOE a poursuivi sa politique d’expulsions massives de migrants qui franchissent la frontière dans les enclaves espagnoles de Ceuta et de Melilla et a coordonné des raids contre des migrants subsahariens au Maroc, entraînant l’arrestation de milliers de personnes, bannies dans des régions isolées du pays ou expulsées.

Jeudi dernier, le procureur général contrôlé par le gouvernement a annoncé qu’il accuserait officiellement les sécessionnistes catalans de sédition, passible d’une peine maximale de 15 ans. Ceci est censé faire preuve d’indulgence par rapport aux 30 années pour rébellion requises par le parquet.

De telles politiques d’accommodement avec la droite renforcent et enhardissent des forces politiques telles que VOX.

S’opposer à la croissance des partis d’extrême droite et des partis fascistes exige une lutte sans compromis contre non seulement les sociaux-démocrates, mais également leurs alliés de la pseudo-gauche et staliniens. Si quelqu’un a l’illusion que Podemos s’opposera aux fascistes, il suffit d’examiner le récent débat interne dans lequel l’ancien dirigeant du Parti communiste, Julio Anguita, le député de Podemos Manuel Monereo, et le professeur de droit Héctor Illuega, tous proches du secrétaire général Pablo Igleisas, ont publié trois articles saluant le « décret sur la dignité » néo-fasciste italien comme « un effort remarquable pour défendre le peuple italien contre les seigneurs de la finance ».

Dans un récent entretien accordé à El Mundo, Anguita a déclaré à propos de l’immigration : « Croyez-vous que n’importe quel pays européen, en particulier le nôtre, peut dire : venez tous ceux qui veulent ? […] Cher ami, des millions peuvent-ils venir ? Faisons face aux faits. […] Ce qui se passe ici est déjà arrivé dans l’histoire de l’humanité. La migration a pris fin avec l’empire romain ».

De tels propos auraient pu être prononcés par le fasciste Abascal lui-même. Iglesias a non seulement refusé de condamner Anguita, son ancien mentor. Il lui propose de faire partie du Conseil d’État, le conseil consultatif suprême du gouvernement espagnol.

(Article paru en anglais le 6 novembre 2018)