Les justifications cyniques du président sri lankais pour son coup politique

Par Wasantha Rupasinghe
30 octobre 2018

Dans un discours télévisé hier, le président sri-lankais Maithripala Sirisena a tenté de justifier son coup politique de vendredi dernier. Il a limogé inconstitutionnellement Ranil Wickremesinghe au poste de Premier ministre et a installé l’ancien président Mahinda Rajapakse pour le remplacer. Le renvoi de Wickremesinghe marque un approfondissement de la crise politique dans le pays, alimentée par la détérioration de la situation économique et la résistance croissante aux exigences du FMI.

Ce soulèvement met fin à l’instable gouvernement d’union nationale formé en 2015 lorsque Sirisena a démissionné du gouvernement Rajapakse et, avec le soutien du Parti national unifié (UNP) de Wickremesinghe, a remporté l’élection présidentielle. Le Parti de la liberté au Sri Lanka (SLFP), qui a en fait été scindé en deux factions, pro-Sirisena et pro-Rajapakse, est maintenant réunifié pour appuyer les actions de Sirisena.

Les lignes de bataille sont maintenant tracées. Wickremesinghe a refusé d’accepter son renvoi et est resté à Temple Trees, la résidence du Premier ministre. En réponse à son appel à une séance du Parlement pour prouver que son gouvernement détient toujours la majorité, Sirisena a prorogé le Parlement jusqu’au 16 novembre.

Wimal Weerawansa, allié de Rajapakse, connu pour sa démagogie, a lancé hier un ultimatum à Wickremesinghe lui demandant de quitter Temple Trees et a menacé de prendre des mesures pour le renverser. Déjà un homme est mort et deux autres ont été blessés dans un affrontement violent entre des voyous pro-Rajapakse et un ancien ministre et ses gardes du corps.

Le discours égoïste et cynique de Sirisena devait justifier ses actions antidémocratiques, dissimuler les raisons sous-jacentes et faire appel à des couches de la population qui s’opposaient de plus en plus aux attaques du gouvernement Wickremesinghe contre le niveau de vie.

Sirisena a accusé Wickremesinghe de « conduite indigne d’une politique civilisée », en affirmant qu’il « avait détruit le concept et les nobles attentes d’une bonne gouvernance par ses actions au cours des dernières années ». C’est cependant le même prétexte que lui et Wickremesinghe ont utilisé en 2015 pour justifier de se retourner contre Rajapakse, dont le gouvernement était responsable des violations systématiques des droits démocratiques et des crimes de guerre commis dans le cadre de sa guerre contre les séparatistes Tigres de la libération de l’Eelam tamoul (LTTE).

Sirisena a accusé Wickremesinghe de corruption pour une escroquerie des obligations dans laquelle une société financière, Perpetual Treasuries, appartenant au gendre du gouverneur de la Banque centrale nouvellement désigné, Arjuna Mahendran, proche confident de Wickremesinghe, a réalisé un bénéfice d’au moins 10 milliards de roupies (51 millions d’euros) après avoir reçu des informations privilégiées. Aucune accusation juridique n’a été portée contre Wickremesinghe pour ces allégations.

Le président a également de nouveau soulevé des affirmations non étayées d’un « complot puissant pour l’assassiner », impliquant un ministre du cabinet non nommé. Sirisena a déclaré que ce supposé coup d’État était la « raison la plus proche et la plus puissante » qui l’avait amenée à nommer Rajapakse au poste de Premier ministre, sans toutefois fournir de preuves. Il a dénoncé l’inspecteur général de la police, proche collaborateur de Wickremesinghe, au sujet de l’enquête sur le projet d’assassinat supposé.

Sirisena a essayé avec cynisme de se faire passer pour un « homme du peuple », se différenciant ainsi de Wickremesinghe qui « appartenait à une classe privilégiée et ne comprenait pas le pouls du peuple et se conduisait comme si la construction de l’avenir du pays était un jeu amusant qu’ils jouaient ».

En réalité, Sirisena, Wickremesinghe et Rajapakse sont les représentants politiques de la classe dirigeante vénale du Sri Lanka qui ont bafoué les droits démocratiques et sociaux des travailleurs depuis l’indépendance officielle de 1948. Les gouvernements successifs de l’UNP et du SLFP ont imposé le programme d’austérité du FMI en en réduisant les dépenses sociales et les emplois, en recourant à des mesures d’État policier pour supprimer l’opposition et en incitant le chauvinisme cinghalais à diviser la classe ouvrière. Les deux parties sont directement responsables de la guerre communautaire brutale qui a dévasté l’île de 1983 à 2009.

Sirisena a affirmé que ses actions étaient « totalement conformes à la constitution et sur l’avis d’experts juridiques », mais n’a pas tenté de démontrer pourquoi. En arrivant au pouvoir en 2015, il avait promis d’abolir la présidence « exécutive » du pays, qui disposait de pouvoirs autocratiques de grande portée. En réalité, le gouvernement Sirisena-Wickremesinghe n’a apporté que des retouches à ces pouvoirs, mais il avait effectivement mis un terme à la capacité du président de renvoyer unilatéralement un Premier ministre. Sirisena a maintenant violé la constitution pour supprimer Wickremesinghe.

Les actions de Sirisena en vue de suspendre arbitrairement le parlement visent à empêcher Wickremesinghe de démontrer qu’il dispose toujours de la majorité et de gagner du temps pour soudoyer ou intimider des députés afin de changer de camp. Les politiciens de Colombo sont réputés pour leurs « changements de camp » opportunistes. Rajapakse a promis hier de tenir de nouvelles élections dès que possible, mais rien ne garantit que le régime organisera des élections prochainement, ni même du tout.

Le président a conclu son discours en prétendant être un patriote – une démagogie visant à faire appel à des groupes chauvins d’extrême droite cinghalais, condamnant le gouvernement Wickremesinghe pour avoir vendu le pays. « Ces dernières années, a-t-il déclaré, la politique économique reposait sur des investissements étrangers, ce qui affaiblissait nos industries locales. »

Sirisena a déclaré : « De nombreux atouts précieux ont été remis à des étrangers sans appel d’offre. Des projets de construction ont également été attribués sans appel d’offres », a-t-il poursuivi : « Si la loi spéciale de la semaine dernière sur l’ordonnance sur les terres était adoptée par le Cabinet, puis par le Parlement, toutes les terres de notre patrie pourraient être achetées sans difficulté par des étrangers. »

Ces condamnations ont une connotation chauvine distincte. Une grande partie des critiques de Rajapakse et de ses alliés contre le gouvernement ont été dirigées contre l’Inde et donc indirectement contre la minorité tamoule de l’île, souvent qualifiée d’agents de l’expansionnisme indien par les nationalistes extrémistes. Les politiciens de Colombo ont longtemps utilisé le chauvinisme anti-tamouls pour diviser les travailleurs et ce n’est pas un hasard si une telle campagne est en train d’être lancée alors que les grèves et les manifestations concernant le niveau de vie qui se détériore se multiplient.

La rhétorique anti-indienne joue également dans l’intensification des rivalités géopolitiques en Asie du Sud entre la Chine, d’une part, et les États-Unis et l’Inde, d’autre part. Les États-Unis ont orchestré l’opération de changement de régime de 2015 qui a permis à Sirisena d’évincer Rajapakse, considéré comme trop proche de la Chine. L’Administration Trump, alors qu’elle intensifie ses mesures de guerre commerciale et son face-à-face avec la Chine, n’acceptera probablement pas passivement l’établissement de ce qu’elle considère comme un gouvernement favorable à Pékin dans un Sri Lanka stratégiquement situé. Les manœuvres en coulisse ne feront que s’intensifier, ce qui aggravera la crise politique à Colombo.

Sirisena doit faire entrer en fonctions le nouveau cabinet de Rajapakse aujourd’hui. Samedi, le secrétariat présidentiel a informé tous les chefs de services, les présidents des sociétés, des agences et des banques publiques que le mandat des ministres du gouvernement précédent avait pris fin. Les hauts responsables de l’UNP ont appelé les gens à « descendre dans la rue » pour s’opposer à l’éviction du gouvernement lors de manifestations susceptibles de conduire à de nouveaux affrontements avec les forces pro-Rajapakse.

Aucun des partis de l’élite ne défend les intérêts de la classe ouvrière et des pauvres. Le nouveau régime, à l’instar du gouvernement précédent, cherchera à imposer le fardeau de la crise économique aux travailleurs et à réprimer impitoyablement toute opposition. La classe ouvrière doit tracer son propre chemin indépendant dans cette crise politique en rejetant les deux ailes de la classe dirigeante et leur politique chauvine conflictuelle, et en mobilisant les pauvres urbains et ruraux dans la lutte pour un gouvernement ouvrier et paysan qui mènera une politique socialiste.

(Article paru d’abord en anglais le 29 octobre 2018)