Des centaines de personnes assistent à la conférence sur la présentation de l’édition allemande de La Révolution russe et le 20e siècle inachevé

Par nos correspondants
18 mars 2015

Le président du comité de rédaction international du World Socialist Web Site, David North, a présenté la traduction allemande de son livre, La Révolution russe et le 20e siècle inachevé, à la Foire du livre de Leipzig vendredi dernier. La conférence, qui a réuni 450 personnes, a été parmi les réunions les plus réussies à la foire.

(Cliquez sur l’image pour lancer le diaporama)

Beaucoup d'étudiants de l'Université de Leipzig y ont participé, ainsi que les travailleurs et les visiteurs de la foire du livre. Le rapport a été interrompu à plusieurs reprises par des applaudissements.

«Ce livre n’est pas seulement une contribution importante à l'histoire du XXe siècle, il fait partie de cette histoire», a déclaré Christoph Vandreier, qui a introduit la réunion au nom de l'éditeur Mehring Verlag. Les essais n’ont pas été écrits par un seul intérêt théorique, mais plutôt dans le cadre d'une polémique soutenue contre les tendances réactionnaires qui ont émergé suite à l'effondrement de l'Union soviétique.

«Le livre est le produit de luttes politiques menées par le Comité international de la Quatrième Internationale au cours des 30 dernières années», a déclaré Vandreier. «David North a joué un rôle de premier plan dans ces luttes», y compris en tant que dirigeant du mouvement trotskyste aux États-Unis et en tant que président du comité de rédaction du WSWS.

Dans son discours, David North a décrit les essais et conférences recueillies dans le livre comme «une seule oeuvre intégralement unifiée, dont les 15 chapitres ont été écrits sur une période de près de 20 ans, en réponse à des questions historiques, théoriques et politiques qui étaient posées à la suite de l'effondrement, entre 1989 et 1991, des régimes staliniens d'Europe de l'Est et la dissolution de l'Union soviétique.» (voir le texte intégral du rapport en anglais: «Socialism and historical truth»)

«La disparition soudaine de ces régimes a soulevé des questions fondamentales sur l'ensemble du cours du XXe siècle», a déclaré North. «Les conflits ont surgi non seulement sur ​​l'interprétation des événements, mais aussi sur la présentation des faits. Et de tous les événements du XXe siècle, la Révolution russe de 1917 a fait l'objet du conflit le plus déchaîné.»

Il y a eu une campagne délibérée de falsification de l'histoire et de discrédit de la révolution d'Octobre, North a expliqué. C’était particulièrement évident dans le travail du professeur basé à Berlin Jörg Baberowski qui, a dit North, illustre le lien «entre le postmodernisme, la réaction politique et un mépris cynique des preuves factuelles et des normes les plus élémentaires de l'intégrité scientifique».

Les thèmes du rapport ont été développés dans la discussion qui a pris place après la conférence.

Les développements réactionnaires des 25 dernières années posent inévitablement la nécessité d'une alternative au capitalisme, a dit North. Le danger croissant d'une guerre mondiale et les niveaux horribles de l'inégalité sociale provoquent la colère populaire et l'opposition. Lorsque North a attaqué la propagande guerrière des médias, il a été interrompu par les applaudissements du public.

La discussion des alternatives au capitalisme soulève des questions historiques fondamentales. «Comment peut-on dire que le socialisme est une alternative au capitalisme sans expliquer le sort tragique de la Révolution russe?» a-t-il demandé. Pour comprendre cette histoire, il est nécessaire d'étudier la lutte de l'Opposition de gauche et le mouvement trotskyste contre le stalinisme.

La classe dirigeante est également consciente de l'importance de l'histoire, a soutenu North. En particulier depuis l'effondrement financier de 2008, la falsification de l'histoire a pris des formes hystériques. «Quand un professeur allemand [Baberowski] dit qu'il n'y a rien à apprendre de l'histoire, il entend par là qu'il n'y a rien à apprendre de 1914, rien à apprendre du Troisième Reich.» Le lien entre les positions comme celles de Baberowski et la renaissance du militarisme allemand est indéniable.

Ce n’est pas seulement important pour les travailleurs de comprendre la Révolution russe de 1917, mais aussi la contre-révolution en Allemagne en 1933. Le fascisme n’était pas le résultat d'un antisémitisme enraciné dans l'âme du peuple allemand, mais plutôt la réaction de la classe dirigeante à la révolution d'Octobre. La thèse de Daniel Goldhagen concernant «les bourreaux volontaires de Hitler», discutée en détail dans le livre de David North, ignore complètement l'opposition au fascisme parmi la classe ouvrière. En conséquence, la mesure de la trahison par le Parti social-démocrate (SPD) et le Parti communiste allemand (KPD) est cachée et toute compréhension du fascisme rendue impossible, a déclaré North.

Une personne dans le public a demandé comment un parti international de la classe ouvrière pourrait être construit aujourd'hui. North a fait remarquer que le Comité international (CI) n'a pas cherché à construire un mouvement simplement en rassemblant tous ceux qui sont insatisfaits de l'état actuel des choses. Au contraire, il est nécessaire d'unifier la classe ouvrière sur la base d'une compréhension des expériences historiques centrales du XXe siècle. «Cela ne peut fonctionner que sur la base d’une compréhension claire des grands enjeux historiques, tels que les expériences avec le stalinisme, le fascisme et les mouvements de libération nationale», a dit North.

«Je peux le démontrer à l’aide d’un seul mot», North a continué: «Syriza». Beaucoup de gens ont été irrités par l'analyse du Comité international, bien avant les dernières élections grecques, que Syriza ne représentait pas une alternative et manquerait à toutes ses promesses. «Dans l’espace de trois semaines, Syriza a fait exactement ce que nous avions dit. Nous n’avions pas de boule de cristal, mais nous comprenons le caractère de ces tendances petites-bourgeoises. Le XXe siècle en est rempli.»

Syriza avait loué la chancelière allemande Angela Merkel et même le ministre des Finances Wolfgang Schäuble, mais ses dirigeants n’ont jamais fait appel aux travailleurs allemands. Ils n’ont jamais appelé à des réunions en Allemagne. «Ils n’ont jamais déclaré: “Nous avons besoin de votre soutien. Si nous voulons changer la Grèce, vous avez à lutter contre votre gouvernement. Les problèmes ne peuvent être résolus en Grèce.”» À l’instant même où North prononçait ces mots, des applaudissements spontanés ont éclaté.

Il y avait une raison pour laquelle Syriza n'a pas fait appel à la classe ouvrière allemande, a continué North. Syriza défend le capitalisme et parle pour les 10 pour cent les plus riches de la société qui désirent tout simplement une distribution plus équitable des revenus au sommet.

Un jeune participant a soulevé les risques énormes impliqués dans une révolution et a demandé si le Comité international avait vraiment exclu toutes les autres possibilités pour une amélioration de la société: n’y avait-il peut-être pas une alternative à une révolution?

«Non», a répondu North avec fermeté. Les développements des vingt-cinq dernières années prouvent que le capitalisme est une fois de plus en marche vers la dictature et la guerre. «Les révolutions sont le moyen par lequel les grands problèmes sont résolus», a-t-il dit. Il n'y a aucune alternative au renversement de la classe dirigeante dans un mouvement de masse révolutionnaire.

Pour cela, une direction politique consciente est nécessaire. North a souligné l'expérience en Égypte, où des millions de personnes ont participé à des luttes révolutionnaires, mais une direction révolutionnaire était absente, ce qui a permis à l'armée de conserver son pouvoir. «C’est pourquoi vous devriez devenir actif dans la construction du Partei für Soziale Gleichheit en Allemagne et de la Quatrième Internationale dans le monde entier», a déclaré North. L'éducation de la classe ouvrière sur la base des événements historiques est d'une importance décisive. «C’est pourquoi vous devez utiliser ce livre pour votre propre formation politique et en discuter avec les autres», a-t-il ajouté.

Après la réunion, les discussions ont continué pendant un certain temps à au kiosque de documentation et dans les couloirs. Beaucoup de participants ont profité de la présence de l’auteur pour faire signer leur exemplaire du livre. Des dizaines de participants ont laissé leurs coordonnées pour être informés des activités organisées par les Étudiants et jeunes internationalistes pour l’égalité sociale, qui ont parrainé la réunion tenue par Mehring Verlag.

Le samedi, il y avait une autre présentation d'une demi-heure de l'ouvrage dans le cadre d'un forum de discussion théorique sur le livre auquel assistaient quelque 150 personnes.

--------

La version en langue anglaise de «La Révolution russe et le 20e siècle inachevé» peut être achetée chez Mehring ici . La version en langue allemande peut être achetée ici .

(Article original publié le 17 mars 2015)