Royaume-Uni: Des membres rivaux du Parti socialiste se disputent le poste de chef adjoint du syndicat des fonctionnaires

Par Robert Stevens
14 septembre 2018

Des mois de luttes intestines au sein du Parti socialiste (SP) ont éclaté dans une dispute publique après que l’un de ses membres, Janice Godrich, ait décidé de s’opposer à un autre, Chris Baugh, au poste de secrétaire général adjoint du Syndicat des Services publics et commerciaux (Public and Commercial Services Union, PCS).

Baugh occupe actuellement le poste, mais Godrich, présidente nationale de PCS, se porte candidate, car elle est jugée plus acceptable par le secrétaire général de PCS, Mark Serwotka.

Godrich a accepté l’approbation de Serwotka au mépris de la décision de son parti de continuer à soutenir Baugh.

Elle a annoncé sa propre candidature lors de la conférence du PCS du 16 mai, un jour après que Marion Lloyd, membre du SP et de l’exécutif national du PCS (NEC), ait écrit triomphalement sur le site Internet du SP: «Janice Godrich, membre du Parti socialiste, en tant que présidente nationale».

Dans un article publié le 20 septembre dans le Socialist, le SP a écrit que «Janice avait déjà accepté cette proposition [de Serwotka] et était déterminée à aller de l’avant, quel que soit le résultat des discussions dans son propre parti». Mais la tentative du SP à polémiquer contre Godrich ne fait que confirmer que l’opportunisme crasse de Godrich est partagé aussi par son parti – et expose la fraude de toutes ses initiatives «de la base» pour développer un «programme de transformation du mouvement syndical».

L’article du Socialist raconte comment Baugh a étrangement critiqué Serwotka, ce qui a motivé son patron à l’abandonner à son propre sort. Mais le SP précise que de tels conflits publics se sont produits pendant des années au cours desquelles il a accepté de garder le silence sur les «manœuvres non démocratiques» de Serwotka envers le SP.

Serwotka est tombée gravement malade en 2010 et a reçu une pompe cardiaque en 2013 avant de subir une transplantation cardiaque en décembre 2016. Le SP reconnaît que «pendant la période très difficile de maladie et de transplantation cardiaque de Mark Serwotka… L’aspect délicat de la situation, où Mark était gravement malade, a fait en sorte que le Parti socialiste a décidé que ses membres ne se plaindraient pas des manœuvres non démocratiques en cours.»

Serwotka a réagi en intensifiant ses actions contre le SP afin de concentrer tout pouvoir entre ses mains: pour mieux discipliner les membres du PCS et empêcher ou trahir toute lutte qui éclaterait contre les compressions, les pertes d’emploi et les augmentations de cadence imposées par le gouvernement conservateur.

Bien sûr, le SP se concentre presque exclusivement sur les épreuves et les tribulations de Baugh. Au cours de cette période, «les fonctions de [secrétaire général adjoint] élu, Chris Baugh, ont été ébranlées ou supprimées à plusieurs reprises – en fait, elles ont été confiées à des fonctionnaires non élus», écrivent-ils. Indiquant sans équivoque la collaboration intime qui existe entre le SP et la bureaucratie syndicale qui était jusqu’à présent la norme, ils ajoutent: «Mark Serwotka a justifié cela par des discussions avec Peter Taaffe, secrétaire général du Parti socialiste, et Rob Williams, l’organisateur industriel national du parti. Il [Serwotka] a ensuite écrit au Parti socialiste pour confirmer sa détermination à se porter candidat contre Chris, alléguant “des tentatives répétées pour saper mes décisions et mon autorité en tant que secrétaire générale”.»

Le SP s’efforce d’insister sur le fait que sa fidélité à Serwotka était incontestable tout au long de cette période, mais «cela n’a pas empêché des rumeurs complètement fausses selon lesquelles Chris “préparait un putsch”».

Baugh «et d’autres membres du Parti socialiste» étaient, en fait, loyalement «impliqués dans des discussions au sein de notre parti sur la manière de défendre la démocratie laïque contre les violations par des officiers, à temps plein, non élus». «Nous avons convenu que nous ne pouvions pas porter atteinte à ce droit sans conflit avec Mark Serwotka, à un moment où il était malheureusement gravement malade et resterait donc silencieux.»

Ce qui est souligné par le SP est un complot contre les intérêts des membres du PCS, centré sur un pacte du silence convenu avec Serwotka.

En expliquant la décision de Godrich de conclure un accord indépendant avec Serwotka à leurs dépens et les manœuvres de Serwotka contre les membres du PCS, le SP déclare: «La possibilité d’une bureaucratisation insidieuse existe dans toutes les organisations de travailleurs, y compris les plus démocratiques. Il ne s’agit pas seulement, voire même principalement, de privilèges matériels. Au contraire, sous les pressions constantes de la lutte de classe, la machine administrative peut avoir tendance à supplanter la voix collective de la base. Les partis ouvriers et même les États ouvriers ont également fait face – et feront face – à de telles difficultés… »

«Face à la baisse du nombre d’activistes du PCS – en partie à cause des pertes d’emplois, des compressions de temps dans les installations et, dans certains cas, à cause des difficultés de la période actuelle –, il y aura forcément une tendance à remplacer des membres du syndicat par des fonctionnaires à plein temps, non élus. Cette tendance doit être sérieusement combattue, à la fois par le haut et par la base. Malheureusement, Mark Serwotka et d’autres dirigeants ne lui ont pas suffisamment résisté.»

Le SP écrit comme si cette «bureaucratisation insidieuse» était une malheureuse maladie que Serwotka avait contractée malgré ses propres efforts. Mais la direction du PCS comprend aussi Baugh, en tant que secrétaire général adjoint, Godrich, en tant que président, et cinq autres membres du Parti socialiste au Comité exécutif national!

La loyauté de tous ces gens envers la bureaucratie syndicale repose sur des bases matérielles bien réelles. Le PCS compte 181.000 membres qui paient des cotisations de 23 millions d’euros. De ce fait, la bureaucratie syndicale a réclamé 12,7 millions d’euros en salaires et dépenses, soit plus de 50 % du revenu annuel. Serwotka a été payé 135.000 euros l’an dernier et Baugh 113.000 euros, excluant les comptes de dépenses et autres avantages.

Le rôle du PCS et de «Left Unity»

Serwotka était auparavant membre du groupe de pseudo-gauche Socialist Organiser dans les années 1980 et au début des années 1990. Après avoir quitté Socialist Organiser, il a d’abord été un partisan de l’Alliance socialiste dirigée par le Parti socialiste ouvrier (SWP) de Tony Cliff, puis l’organisation Respect, dirigée par le SWP en alliance avec George Galloway.

La direction du PCS est dominée par la fraction de Left Unity (Union de la gauche) depuis 2003, qui comprend le SP, le SWP et divers staliniens. Elle travaille aux côtés de PCS Democrats, un groupe plus restreint qui comprend divers travaillistes, sous le nom de Democracy Alliance (DA), qui a remporté 29 des 30 places du NEC cette année.

Avec le soutien des groupes de pseudo-gauche, la spécialité de Serwotka a été de proclamer son empressement constant à se battre pour ses membres et la classe ouvrière tout entière – seul si nécessaire – sans s’opposer véritablement à la décimation des salaires de ses membres et leurs conditions.

En 2011, le gouvernement conservateur a lancé des attaques contre les retraites des travailleurs du secteur public, notamment en doublant les cotisations des employés et en reliant les retraites à l'indice d'inflation inférieur. Cela s'est heurté à une opposition de masse qui a forcé les syndicats du secteur public à déclencher une grève d'un jour en novembre 2011 impliquant trois millions de travailleurs. Mais au cours des mois qui suivirent, cette lutte fut systématiquement ralentie, y compris par les syndicats qui y étaient opposés tels que le PCS. Un article sur cette trahison est détaillé dans l'article du WSWS en anglais: «Socialist Party defends betrayal of UK pension dispute» (Le Parti socialiste défend la trahison d'un conflit sur les pensions au Royaume-Uni).

Ceci et d’innombrables autres trahisons ont collectivement facilité la décimation des emplois du secteur public, de sorte que le SP note qu’il y a maintenant «plus d’un million de travailleurs de moins qu’en 2009», y compris «une perte d’environ 427.000 fonctionnaires». «Cela, ajoute le SP, est le facteur le plus important de la baisse du nombre de membres du PCS, qui est passé de 313.000 en 2006 à 195.000 en 2016.»

Voyant la possibilité de profiter de la rupture entre le SP et Serwotka, le SWP a publié une déclaration caractérisée par une incroyable adulation servile.

«Le SWP estime que Mark Serwotka a joué un rôle moteur dans toutes les actions industrielles nationales menées par PCS ces dernières années», a déclaré le SWP. «Nous pensons que de tous les dirigeants nationaux du syndicat, les politiques de Mark Serwotka sont les plus susceptibles de conduire le syndicat à lutter avec succès contre les attaques auxquelles nous faisons face.»

Le SWP soutient alors Godrich, car elle est «la candidate le mieux à même de travailler avec Mark Serwotka pour mettre en œuvre ces politiques».

Non seulement elle bénéficie du soutien de ce géant du mouvement syndical, mais elle s’engage également à «travailler à la revitalisation de Left Unity» – selon toute probabilité, le SP en moins!

Cette expérience ne changera en rien l’appui constant qu’accorde le SP aux syndicats en tant qu’«organisations de base de la classe ouvrière», pas plus que la série presque ininterrompue de défaites de la classe ouvrière qui a duré des décennies. Hostile à la lutte révolutionnaire pour le socialisme, leur loyauté envers la bureaucratie syndicale n’est en rien altérée par leurs critiques polies à l’encontre de tel ou tel bureaucrate et leurs capitulations et trahisons les plus flagrantes. Comme le reste de la pseudo-gauche, ils constituent une composante politiquement importante de la bureaucratie syndicale: ils proposent les services de ses membres de leur parti et de leurs journaux et sites web, une branche de propagande spécialisée dans la répression du mécontentement social et hostilité politique à Serwotka et à ses semblables.

Ce que ces groupes craignent le plus, c’est un véritable mouvement de la base qui menacerait leurs propres positions privilégiées au sein des syndicats qui fonctionnent comme une force de police industrielle pour les employeurs. Le sentiment d’opposition militant qui se développe actuellement parmi les travailleurs exprimés dans les grèves et les protestations des jeunes médecins, des professeurs d’université, des travailleurs du NHS et d’autres, les pousse sans arrêt à entrer en conflit direct avec la bureaucratie syndicale. Le SP et ses différents groupes rivaux se trouvent du mauvais côté dans ce conflit émergeant.

(Article paru en anglais le 13 septembre 2018)