Le président déchu de la Catalogne Carles Puigdemont arrété en Allemagne

Par Alejandro López
27 mars 2018

Des manifestations de masse ont éclaté contre l’arrestation par la police allemande de l’ancien président de la région Catalogne, Carles Puigdemont.

Le mandat d’arrêt a été demandé par le gouvernement du Parti populaire (PP) du Premier ministre Mariano Rajoy. Mais la répression du PP a le plein soutien de l’opposition du Parti socialiste (PSOE). Le dirigeant du PSOE, Pedro Sánchez, a déclaré à propos de l’arrestation de Puigdemont : « Nous vivons dans un état social et démocratique de droit en Espagne et en Europe. Personne n’est au-dessus de la loi. [Nous] Respectons les décisions judiciaires et soutenons nos forces de sécurité ».

L’arrestation de Puigdemont, effectuée sur la base d’un mandat d’arrêt européen publié vendredi par la Cour suprême espagnole, a vu des dizaines de milliers de personnes se rassembler dimanche au centre de Barcelone. Entre les cris de « Puigdemont, notre président », « Cette Europe est une honte » et des appels à une grève générale, les manifestants ont bloqué la circulation des véhicules dans l’avenue principale de Las Ramblas et quatre autres routes.

L’Assemblée nationale catalane a organisé une manifestation devant le siège de l’UE à Barcelone pour se marcher jusqu’au consulat allemand. Des manifestations ont également été organisées à Gérone, Lleida et Tarragone. Les manifestants ont affronté la police anti-émeute, entraînant de nombreuses blessures.

Puigdemont vit en exil depuis octobre, lorsqu’il s’est enfui en Belgique avec quatre autres dirigeants régionaux après avoir déclaré l’indépendance de la Catalogne. En réponse, le gouvernement de droite du Parti populaire espagnol a invoqué l’article 155 de la Constitution, dissolvant le gouvernement catalan, mettant en œuvre le gouvernement direct de Madrid et imposant des élections anticipées.

Craignant les accusations de sédition et de rébellion qui ont conduit à l’emprisonnement de trois députés, dont le vice-président Oriol Junqueras (Gauche républicaine de Catalogne, ERC), Puigdemont reste en exil volontaire en Belgique.

Vendredi dernier, le juge Pablo Llarena de la Cour suprême espagnole a réactivé un mandat d’arrêt international contre Puigdemont alors qu’il se rendait en Finlande pour des entretiens avec des législateurs. Il a également emprisonné cinq dirigeants du gouvernement déchu de Puigdemont sans caution en attente de leur procès.

Au total, 25 dirigeants catalans doivent être jugés pour rébellion, détournement de fonds publics ou désobéissance à l’Etat. Les condamnations pourraient entraîner jusqu’à 30 ans de prison.

Toute l’affaire est fondée sur des motifs fallacieux selon lesquels le mouvement sécessionniste catalan a utilisé la violence pour obtenir son indépendance, justifiant ainsi l’accusation de rébellion qui, selon le code pénal espagnol, ne peut s’appliquer qu’à ceux qui « publiquement et avec violence » essaient « d’abroger, suspendre ou modifier la Constitution, totalement ou partiellement ».

Selon des sources du journal en ligne, eldiario.es, l’opération de police qui a abouti à la détention de Puigdemont a été menée par le Centre national de renseignement (CNI), en coordination avec le Bureau d’information générale de la police nationale. Selon les mêmes sources, les déplacements de Puigdemont ont été contrôlés à tout moment depuis qu’il a quitté la Belgique.

Puigdemont allait vers la Belgique pour se rendre aux autorités judiciaires, selon son avocat en Espagne, Jaume Alonso-Cuevillas, lorsqu’il a été intercepté. Selon le magazine d’information allemand Focus, les services de renseignement espagnols ont informé le Bureau fédéral de la police criminelle (BKA) allemand – responsable du terrorisme national et international – que Puigdemont se dirigeait vers la frontière allemande. Le BKA a ensuite informé l’Office national de la police criminelle (LKA) du Schleswig-Holstein qui a arrêté Puigdemont.

La décision d’arrêter Puigdemont en Allemagne est remarquable. Le code pénal allemand punit la modification de l’ordre constitutionnel et les tentatives de se séparer de l’Allemagne avec une peine d’emprisonnement à vie, prévue à l’article 81 du code pénal allemand, dans la section « Haute trahison contre la Fédération », qui dispose : « Quiconque s’engage, par la force ou par la menace de la force, à saper l’existence de la République fédérale d’Allemagne ; ou de changer l’ordre constitutionnel sur la base de la loi fondamentale de la République fédérale d’Allemagne, sera passible d’un emprisonnement à vie ou d’au moins dix ans. »

Le droit allemand est plus proche du droit espagnol que les lois existantes en Belgique, ce qui facilite le transfert de Puigdemont en Espagne.

Selon des sources d’El País, la police avait réfléchi à demander son arrestation en Finlande ou au Danemark, mais cela « a été écarté en raison de la conviction que l’ancien président de région allait continuer son voyage par voie terrestre en Allemagne. Ce pays est considéré par l’Espagne comme l’un des États de l’UE avec lesquels il existe de meilleures relations de collaboration policière. »

En novembre dernier, le gouvernement allemand a exprimé son soutien total à Madrid suite à la détention de huit anciens ministres catalans au sujet de leur rôle dans la campagne d’indépendance de la région.

Le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert, a déclaré aux journalistes : « Du point de vue du gouvernement fédéral, l’Espagne est un État de droit et, en tant que porte-parole du gouvernement, je ne vois aucune raison de commenter les décisions des tribunaux espagnols. Nous continuons à soutenir la position claire du Premier ministre espagnol Mariano Rajoy », ajoutant que « ce qui est important pour nous, c’est que l’unité et l’ordre constitutionnel de l’Espagne soient maintenus. »

Le rôle joué par le gouvernement allemand révèle de nouveau les efforts politiquement en faillite des nationalistes catalans pour promouvoir l’illusion que l’Union européenne et ses États membres interviendraient dans la crise catalane pour préserver les « valeurs démocratiques » en négociant un accord avec le gouvernement du Parti populaire à Madrid. Au lieu de cela, les dirigeants de l’UE et du gouvernement en Allemagne, en Grande-Bretagne et en France ont soutenu à plusieurs reprises le Premier ministre du PP Mariano Rajoy et ont insisté sur le fait qu’il est la seule personne avec qui ils vont négocier.

(Article paru en anglais le 26 mars 2018)